TOPONYMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La toponymie a pour objet l'étude des noms de lieux, ou toponymes. Dans le domaine linguistique, elle constitue l'une des deux branches de l'onomastique ou étude des noms propres (au sens large), l'autre étant l'anthroponymie, ou étude des noms de personnes. La toponymie comporte plusieurs catégories, essentiellement : l'oronymie, ou étude des noms de montagnes, l'hydronymie, ou étude des noms de cours d'eau, la microtoponymie, ou étude des noms de lieux-dits, l'odonymie, ou étude des noms de rues.

L'apparition de la toponymie est liée aux progrès accomplis, au cours du xixe siècle, dans la recherche philologique dont elle est devenue peu à peu un rameau presque indépendant, sans toutefois s'en détacher, car, à quelque langage qu'on puisse faire remonter un toponyme, celui-ci est en soi un mot, dont il faut étudier l'évolution phonétique et sémantique.

Historique

Un moment déterminant pour l'étude des noms de lieux a été, vers 1860, la mise en chantier des dictionnaires topographiques de France : répertoires alphabétiques départementaux (dont la série n'est pas encore complète) donnant pour chaque toponyme des formes évolutives datées et munies de références. C'est à ce moment que furent publiés les premiers manuels doctrinaux par Jules Quicherat (1867), puis Henri d'Arbois de Jubainville (1890). C'est en s'appuyant sur les éléments fournis par les dictionnaires topographiques parus et sur ceux d'autres précieux corpus tels que l'Altceltischer Sprachschatz de Holder (1901), mais aussi sur sa connaissance personnelle des documents médiévaux, qu'Auguste Longnon put faire au Collège de France et à l'École pratique des hautes études un cours de toponymie : son enseignement a été recueilli et publié (1920-1929) par ses élèves L. Mirot et P. Marichal, en un manuel qui fait encore autorité. En 1937 paraissait la Toponymie de la France d'Auguste Vincent : cet ouvrage aussi savant que prudent n'a pas été remplacé. Mais c'est à Albert Dauzat que revient un rôle prépondérant. Ce dialectologue sut attirer l'attention du monde universitaire sur l'intérêt des disciplines onomastiques, notamment par les chroniques qu'il publia de 1932 à 1950 dans la Revue des études anciennes ; il sut aussi vulgariser avec intelligence les données et les résultats de cette science toute neuve, dans des ouvrages qui ont conquis le grand public. Il a fondé la Revue internationale d'onomastique et organisé en 1938 le premier Congrès international de sciences onomastiques.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur aux Archives nationales

Classification


Autres références

«  TOPONYMIE  » est également traité dans :

AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 4 727 mots

Dans le chapitre « Modalités de l'aménagement linguistique »  : […] En ce qui concerne les noms propres, la question des noms de lieux ou toponymes est particulièrement vive. Car nommer un lieu est un geste éminemment politique, la langue semblant rendre propriétaire de l'objet désigné. Il peut en résulter des conflits endémiques dans des pays ou des régions où cohabitent plusieurs communautés de langues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amenagement-linguistique/#i_41964

GALLO-ROMAINE RELIGION

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 730 mots

Les documents directs que nous ont laissés les Celtes (et donc les Gaulois) antérieurement à la conquête romaine sont archéologiques et relèvent de la protohistoire. Ils excluent également les témoignages littéraires et la sculpture monumentale. La civilisation matérielle des Celtes a été à l'origine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-gallo-romaine/#i_41964

LUG(US), irl. LUG

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 440 mots

Désignant l'équivalent de Mercure dans le schéma religieux de César, le théonyme gaulois Lug(us) est attesté : par le toponyme latinisé Lugu-dunum (« forteresse de Lugus »), dont on connaît une quinzaine d'exemplaires — les principaux sont Lyon (Rhône), Laon (Aisne), Laudun (Gard), Loudun (Vienne), Loudon (Sarthe), Leiden (Pays- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lug-us-lug/#i_41964

LUNE

  • Écrit par 
  • Pierre THOMAS
  •  • 8 412 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre «  Cartographie et toponymie »  : […] La toponymie lunaire a plusieurs origines. Celle de la face visible date du xviie siècle et est due en partie à Johannes Hevelius et surtout à Giambattista Riccioli et Francesco Maria Grimaldi. Ces astronomes ont donné aux mers des noms de qualités humaines ou de phénomènes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lune/#i_41964

PAYSAGE HISTOIRE DU

  • Écrit par 
  • Philippe LEVEAU
  •  • 4 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comment écrit-on l'histoire du paysage ? »  : […] au dialogue que peuvent avoir les naturalistes avec les toponymistes. L'usage de la toponymie pour l'étude du peuplement et de l'appropriation de la terre est assez bien connue. L'histoire du paysage fait appel à la microtoponymie dans la mesure où un toponyme peut révéler des modifications récentes de la surface du terrain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-du-paysage/#i_41964

Voir aussi

Pour citer l’article

Marianne MULON, « TOPONYMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toponymie/