TOPONYMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La toponymie a pour objet l'étude des noms de lieux, ou toponymes. Dans le domaine linguistique, elle constitue l'une des deux branches de l'onomastique ou étude des noms propres (au sens large), l'autre étant l'anthroponymie, ou étude des noms de personnes. La toponymie comporte plusieurs catégories, essentiellement : l'oronymie, ou étude des noms de montagnes, l'hydronymie, ou étude des noms de cours d'eau, la microtoponymie, ou étude des noms de lieux-dits, l'odonymie, ou étude des noms de rues.

L'apparition de la toponymie est liée aux progrès accomplis, au cours du xixe siècle, dans la recherche philologique dont elle est devenue peu à peu un rameau presque indépendant, sans toutefois s'en détacher, car, à quelque langage qu'on puisse faire remonter un toponyme, celui-ci est en soi un mot, dont il faut étudier l'évolution phonétique et sémantique.

Historique

Un moment déterminant pour l'étude des noms de lieux a été, vers 1860, la mise en chantier des dictionnaires topographiques de France : répertoires alphabétiques départementaux (dont la série n'est pas encore complète) donnant pour chaque toponyme des formes évolutives datées et munies de références. C'est à ce moment que furent publiés les premiers manuels doctrinaux par Jules Quicherat (1867), puis Henri d'Arbois de Jubainville (1890). C'est en s'appuyant sur les éléments fournis par les dictionnaires topographiques parus et sur ceux d'autres précieux corpus tels que l'Altceltischer Sprachschatz de Holder (1901), mais aussi sur sa connaissance personnelle des documents médiévaux, qu'Auguste Longnon put faire au Collège de France et à l'École pratique des hautes études un cours de toponymie : son enseignement a été recueilli et publié (1920-1929) par ses élèves L. Mirot et P. Marichal, en un manuel qui fait encore autorité. En 1937 paraissait la Toponymie de la France d'Auguste Vincent : cet ouvrage aussi savant que prudent n'a pas été remplacé. Mais c'est à Albert Dauzat que revient un rôle prépondérant. Ce dialectologu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur aux Archives nationales

Classification


Autres références

«  TOPONYMIE  » est également traité dans :

AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 4 727 mots

Dans le chapitre « Modalités de l'aménagement linguistique »  : […] De fait, la compréhension de la notion d'aménagement linguistique n'a cessé de se diversifier, et il est possible de l'articuler globalement aujourd'hui de la façon suivante : — l'aménagement du statut des langues ; il inclut le type de statut, constitutionnel, législatif, juridique, réglementaire (usage de la ou des langues, présence de ces langues dans la vie publique et administrative, apprenti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amenagement-linguistique/#i_41964

GALLO-ROMAINE RELIGION

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 730 mots

Les documents directs que nous ont laissés les Celtes (et donc les Gaulois) antérieurement à la conquête romaine sont archéologiques et relèvent de la protohistoire. Ils excluent également les témoignages littéraires et la sculpture monumentale. La civilisation matérielle des Celtes a été à l'origine une civilisation du bois et du métal, fer et bronze. On a parlé d'« aniconisme », ce qui n'est que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-gallo-romaine/#i_41964

LUG(US), irl. LUG

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 440 mots

Désignant l'équivalent de Mercure dans le schéma religieux de César, le théonyme gaulois Lug(us) est attesté : par le toponyme latinisé Lugu-dunum (« forteresse de Lugus »), dont on connaît une quinzaine d'exemplaires — les principaux sont Lyon (Rhône), Laon (Aisne), Laudun (Gard), Loudun (Vienne), Loudon (Sarthe), Leiden (Pays-Bas) ; par le pluriel Lugoves […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lug-us-lug/#i_41964

LUNE

  • Écrit par 
  • Pierre THOMAS
  •  • 8 406 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre «  Cartographie et toponymie »  : […] Il existe deux façons d'établir une carte de l'ensemble de la Lune. La première consiste à représenter séparément, d'une part, la face visible telle qu'elle est aperçue depuis la Terre, d'autre part, la face cachée, avec le même type de projection. Cette cartographie est commode pour l'astronome amateur, qui retrouve sur la carte exactement ce qu'il voit dans son instrument. Adoptée dès le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lune/#i_41964

PAYSAGE HISTOIRE DU

  • Écrit par 
  • Philippe LEVEAU
  •  • 4 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comment écrit-on l'histoire du paysage ? »  : […] L'histoire du paysage présente deux aspects complémentaires. Elle implique la collaboration entre des disciplines différentes pour la mise en commun d'un matériel documentaire susceptible d'intéresser la reconstitution des cadres de vie ; c'est l'étude des paléo-environnements, la géographie historique sous son aspect physique et écologique. Le second aspect met en jeu moins des techniques que de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-du-paysage/#i_41964

Voir aussi

Pour citer l’article

Marianne MULON, « TOPONYMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toponymie/