TOPONYMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Méthode

Dans son emploi primitif, le toponyme décrit. C'est un nom commun (toutefois, certains noms de lieux paraissent être des noms de personnes pris en fonction toponymique) auquel peuvent s'appliquer les procédés habituels de dérivation (suffixes, etc.) et de composition avec un déterminant (épithète, etc.). Quelle que soit sa formation, le toponyme peu à peu se fige sur un unique objet, dans un contexte linguistique en constante évolution. Il importe donc de remonter aussi loin que possible dans le processus de cette lente pétrification, afin de retrouver à quel moment le toponyme était encore un mot vivant et, par conséquent, à quelle couche de langage il appartient. Ainsi, l'examen des formes anciennes, graphies sous lesquelles un toponyme apparaît dans les inscriptions et les textes au cours des siècles, est essentiel ; comme l'évolution d'un même mot est fort différente selon les dialectes, il faut, de plus, une bonne connaissance des lois de la phonétique historique vernaculaire et de la dialectologie régionale, faute de quoi cet examen reste lettre morte ou mène à des errements. Inversement, ces formes évolutives d'un mot peuvent constituer une précieuse source d'information sur les états successifs de la phonétique locale. Pour qui sait interpréter, même les latinisations, fréquentes dans les textes dès la renaissance carolingienne, même les attractions paronymiques, qui sont de tous les temps, peuvent permettre de percevoir un état de langue. L'enquête sur place (prononciations locales et contexte géographique) oriente également la recherche. D'autre part, si l'archéologie est l'un des principaux auxiliaires de la toponymie, parce qu'elle est susceptible de lui fournir des indications sur l'apparition d'un peuplement (ateliers préhistoriques, oppidum celtique, villa romaine, sépultures mérovingiennes), en revanche l'examen toponymique permet de déceler des habitats disparus, des vestiges enfouis, mais dont le souvenir est perpétué, inconsciemment, par les noms de lieux. Cependant, malgré l'observation conjointe des formes anciennes, de la topographie, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur aux Archives nationales

Classification


Autres références

«  TOPONYMIE  » est également traité dans :

AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 4 727 mots

Dans le chapitre « Modalités de l'aménagement linguistique »  : […] De fait, la compréhension de la notion d'aménagement linguistique n'a cessé de se diversifier, et il est possible de l'articuler globalement aujourd'hui de la façon suivante : — l'aménagement du statut des langues ; il inclut le type de statut, constitutionnel, législatif, juridique, réglementaire (usage de la ou des langues, présence de ces langues dans la vie publique et administrative, apprenti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amenagement-linguistique/#i_41964

GALLO-ROMAINE RELIGION

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 730 mots

Les documents directs que nous ont laissés les Celtes (et donc les Gaulois) antérieurement à la conquête romaine sont archéologiques et relèvent de la protohistoire. Ils excluent également les témoignages littéraires et la sculpture monumentale. La civilisation matérielle des Celtes a été à l'origine une civilisation du bois et du métal, fer et bronze. On a parlé d'« aniconisme », ce qui n'est que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-gallo-romaine/#i_41964

LUG(US), irl. LUG

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 440 mots

Désignant l'équivalent de Mercure dans le schéma religieux de César, le théonyme gaulois Lug(us) est attesté : par le toponyme latinisé Lugu-dunum (« forteresse de Lugus »), dont on connaît une quinzaine d'exemplaires — les principaux sont Lyon (Rhône), Laon (Aisne), Laudun (Gard), Loudun (Vienne), Loudon (Sarthe), Leiden (Pays-Bas) ; par le pluriel Lugoves […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lug-us-lug/#i_41964

LUNE

  • Écrit par 
  • Pierre THOMAS
  •  • 8 406 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre «  Cartographie et toponymie »  : […] Il existe deux façons d'établir une carte de l'ensemble de la Lune. La première consiste à représenter séparément, d'une part, la face visible telle qu'elle est aperçue depuis la Terre, d'autre part, la face cachée, avec le même type de projection. Cette cartographie est commode pour l'astronome amateur, qui retrouve sur la carte exactement ce qu'il voit dans son instrument. Adoptée dès le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lune/#i_41964

PAYSAGE HISTOIRE DU

  • Écrit par 
  • Philippe LEVEAU
  •  • 4 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comment écrit-on l'histoire du paysage ? »  : […] L'histoire du paysage présente deux aspects complémentaires. Elle implique la collaboration entre des disciplines différentes pour la mise en commun d'un matériel documentaire susceptible d'intéresser la reconstitution des cadres de vie ; c'est l'étude des paléo-environnements, la géographie historique sous son aspect physique et écologique. Le second aspect met en jeu moins des techniques que de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-du-paysage/#i_41964

Pour citer l’article

Marianne MULON, « TOPONYMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toponymie/