QUICHERAT JULES (1814-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Frère du philosophe Louis Quicherat, l'érudit français Jules Quicherat, ancien élève de l'École des chartes, mène parallèlement une activité d'historien et d'archéologue. Sous l'influence de Michelet, il s'intéresse au personnage de Jeanne d'Arc et édite ses Procès de condamnation et de réhabilitation... (1841-1849), en cinq tomes, dont l'Aperçu nouveau sur l'histoire de Jeanne d'Arc (1850) donne une synthèse heureuse et plus brève. Il étend son champ d'investigation avec l'Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI par Thomas Basin (1855) et les Vers de maître Henri Baude (1856).

Il joue surtout un rôle important dans l'essor de l'archéologie. Sa méthode est neuve : il procède d'après l'étude directe des monuments. C'est lui qui instaure la classification des écoles d'architecture de l'époque romane d'après le mode de construction des voûtes. Au moment de la réorganisation de l'École des chartes, il est nommé répétiteur d'archéologie (1847), puis professeur titulaire de la chaire de diplomatique (1849). D'une polémique qui avait duré dix ans au sujet de l'emplacement d'Alésia, il sort un Traité de la formation française des noms de lieux (1867). Il publie aussi une Histoire du costume (1877).

Déjà membre de la Société des antiquaires de France et du Comité des travaux historiques, Jules Quicherat est nommé en 1871 directeur de l'École des chartes. Une publication posthume, Mélanges d'archéologie et d'histoire (1885), a voulu réunir certains de ses articles dispersés dans des revues.

—  France CANH-GRUYER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  QUICHERAT JULES (1814-1882)  » est également traité dans :

JEANNE D'ARC (1412-1431)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 335 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Jeanne après Jeanne »  : […] Jeanne avait de son vivant connu une célébrité due surtout à l'étonnement de voir la Pucelle « passer de la garde des brebis à la tête des armées du roi de France ». Au lendemain de sa mort son souvenir fut tantôt honoré, tantôt exploité, bien que, à la cour et au sommet de la hiérarchie ecclésiastique, on fût porté à faire silence sur elle pour attribuer à Dieu seul et à son intérêt pour la monar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanne-d-arc/#i_3952

Pour citer l’article

France CANH-GRUYER, « QUICHERAT JULES - (1814-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-quicherat/