TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tito, 1953

Tito, 1953
Crédits : Hulton Getty

photographie

Combattantes yougoslaves, 1943

Combattantes yougoslaves, 1943
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Président de la république socialiste fédérative de Yougoslavie et président de la Ligue des communistes de Yougoslavie, Tito a été l'un des grands chefs d'État de la seconde moitié du xxe siècle, donnant à la Yougoslavie une place internationale.

Tito, 1953

Tito, 1953

Photographie

Le maréchal Tito (1892-1980) prononçant un discours, lors du IVe congrès du Parti communiste yougoslave, en 1953. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Membre du Parti communiste yougoslave en 1920, il en deviendra le secrétaire de facto en 1936 et en fera un parti discipliné et actif. Il a été l'artisan de la lutte contre l'occupant pendant la Seconde Guerre mondiale et, par là, de la révolution yougoslave. Personnalité déterminante du P.C.Y. et de la Yougoslavie depuis 1945, il a su résister à Staline en 1948 et il a affirmé une voie indépendante vers le socialisme avec l'autogestion sur le plan intérieur, l'indépendance et le non-alignement sur le plan extérieur.

La jeunesse et l'expérience de la révolution bolchevique

Très mouvementée, la vie de Tito comprend plusieurs périodes et comporte encore des points obscurs, sa biographie officielle n'en a précisés certains que récemment. Josip Broz est né le 7 mai 1892 d'un père croate et d'une mère slovène à Kumrovec, village situé au nord-ouest de Zagreb, dans la partie hongroise de l'Empire austro-hongrois ; son anniversaire officiel dans la Yougoslavie socialiste sera le 25 mai, jour de la Jeunesse. Son enfance au village l'a sûrement marqué. Il a connu la vie difficile d'une famille paysanne nombreuse (sept seulement de ses quinze frères et sœurs ont survécu) encore que sa famille fût assez bien lotie par rapport aux autres villageois et qu'il vécût des moments heureux surtout auprès de ses grands-parents maternels. Il entendit les récits des luttes paysannes d'autrefois contre les seigneurs étrangers, notamment celle de Matija Gubec, chef d'un soulèvement au xvie siècle dans les régions croates et slovènes soumises à l'Autriche – Gubec que l'on a évoqué parfois à son propos, ainsi dans un discours officiel lors de sa mort [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., Centre d'études et de recherches internationales (C.E.R.I.)

Classification


Autres références

«  TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980)  » est également traité dans :

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 482 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Bosnie dans le royaume yougoslave »  : […] Quand la Constitution de ce nouvel État fut finalement établie en juin 1921, la Bosnie ne garda aucun statut officiel propre. Cependant, son tracé fut préservé sur la carte, sous la forme de six oblasti (provinces) correspondant aux sandjak de la période ottomane tardive (à l'exception de celui de Novi Pazar). Le servage fut aboli, mais la Bosnie resta relativement sous-déve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bosnie-herzegovine/#i_38725

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 974 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Un nationalisme utile »  : […] Malgré une soumission totale à l'Union soviétique, les dirigeants communistes bulgares ont souvent été tentés par le nationalisme ; lorsque Moscou lâchait la bride, le « national-communisme » bulgare reprenait de la vigueur. De 1945 à 1948, Tito est le modèle de l'Europe de l'Est. Ce dernier ayant des visées sur la Macédoine bulgare (Macédoine du Pirin dont la capitale, Gorna Djoumaya, est devenu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bulgarie/#i_38725

CROATIE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Ivo FRANGES, 
  • Mladen KOZUL
  •  • 9 188 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La Croatie contemporaine »  : […] C'est Napoléon qui va mettre fin provisoirement à cet équilibre. Après avoir défait Venise et l'Autriche, il crée les provinces illyriennes rattachées à l'Empire de 1809 à 1813. La Slovénie, la Dalmatie et une grande partie de la Croatie y sont englobées. Les Français abolissent la féodalité et introduisent le Code civil. Les ferments du nationalisme croate vont commencer à germer. La première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croatie/#i_38725

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 416 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'éclatement de la Yougoslavie »  : […] Fondé en 1918, le royaume des Serbes, Croates et Slovènes prend le nom de Yougoslavie en 1929. Envahi par l'Allemagne en 1941, il est occupé et dépecé, un État croate fasciste est formé. La résistance nationale est animée par Josip Broz (Tito), né de père croate et de mère slovène. La Yougoslavie devient une république populaire, présidée par Tito, en 1945 ; elle comprend six républiques et deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democraties-populaires/#i_38725

DJILAS MILOVAN (1911-1995)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 666 mots

Surnommé « l'enfant terrible du communisme yougoslave », Milovan Djilas a traversé toutes les étapes de la Yougoslavie contemporaine : les royaumes du Monténégro puis de Yougoslavie, la Yougoslavie titiste et l'éclatement de la Yougoslavie. Milovan Djilas est né en 1911 dans une famille aisée de sept enfants du village monténégrin de Podbisce. Son père, officier, finance ses études de lettres et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milovan-djilas/#i_38725

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « L'équilibre de la terreur »  : […] Les signes de détente les plus spectaculaires devaient intervenir en Europe. Renonçant à lier plus longtemps la solution du problème autrichien à celle du problème allemand, l'U.R.S.S. acceptait, au printemps de 1955, la neutralisation et l'évacuation de l'Autriche qui retrouvait quelques mois plus tard sa liberté. Khrouchtchev, devenu en septembre 1953 premier secrétaire du Parti communiste de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/#i_38725

KARDELJ EDWARD (1910-1979)

  • Écrit par 
  • Paul YANKOVITCH
  •  • 722 mots

Né à Ljubljana (Slovénie), Kardelj est le principal théoricien de la société d'autogestion et l'un des auteurs de toutes les constitutions yougoslaves après la guerre, notamment de la Constitution de 1974 qui, du fait de ses conceptions parfaitement originales, n'a rien de comparable dans aucun autre pays. Originaire d'une famille ouvrière, ancien instituteur, Kardelj adhère en 1928 au Parti commu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-kardelj/#i_38725

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le révisionnisme moderne »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, la revendication yougoslave d'un passage spécifique au socialisme ouvre la voie au révisionnisme moderne. Sur le plan international, Tito se réclame du neutralisme, alors que sur le plan interne la critique du centralisme conduit à défendre le système de l'autogestion. La Yougoslavie est exclue du Kominform en 1948 ; désormais, titisme et révisionnisme se conjugu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-les-revisions-du-marxisme/#i_38725

MIHAÏLOVIĆ DRAZA (1893-1946)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 346 mots

Officier serbe, né le 27 mars 1893 à Ivanjica (Serbie), mort le 17 juillet 1946 à Belgrade. Dragoljub, ou Draža, Mihaïlović combat dans les guerres balkaniques (1912-1913), puis pendant la Première Guerre mondiale. Devenu colonel lorsque l'Allemagne envahit la Yougoslavie en avril 1941, il refuse de se soumettre à la capitulation de l'armée yougoslave. Il met alors sur pied un mouvement de résis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/draza-mihailovic/#i_38725

PROCÈS POLITIQUES DANS LES DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 990 mots

Les procès politiques qui se sont déroulés dans les démocraties populaires de l'Europe de l'Est prennent leur origine dans le tournant de la guerre froide qui poussa Staline à intégrer celles-ci plus complètement à l'Union soviétique. On y passe de l'expérience nationaliste et gradualiste à la « dictature du prolétariat » en adoptant la thèse stalinienne de l'exacerbation de la lutte de classes d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-politiques-dans-les-democraties-populaires/#i_38725

RANKOVIĆ ALEKSANDAR (1909-1983)

  • Écrit par 
  • Paul YANKOVITCH
  •  • 491 mots

Ancien vice-président de la république socialiste fédérative de Yougoslavie, de nationalité serbe, Alexandre Ranković est né à Draževac, près de Belgrade. Ancien apprenti tailleur de costumes nationaux, il adhère en 1928 au Parti communiste yougoslave (P.C.Y.). Un an plus tard, la Cour pour la protection de l'État le condamne à six ans de réclusion pour activité révolutionnaire. Membre du comité c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aleksandar-rankovic/#i_38725

SERBIE

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Jovan DERETIC, 
  • Catherine LUTARD
  •  • 11 785 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'indépendance »  : […] Comme toutes les régions dominées par l'Empire ottoman, la Serbie était profondément arriérée sur le plan économique et allait peu bénéficier des répercussions de la révolution industrielle. Fortement rurale (90 p. 100 de la population), elle se caractérisait par une communauté familiale patriarcale (la zadruga ) qui prenait la forme d'une organisation sociale, économique et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serbie/#i_38725

SLOVÉNIE

  • Écrit par 
  • Evgen BAVCAR, 
  • Antonia BERNARD, 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Franc ZADRAVEC
  •  • 10 226 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les périodes yougoslaves »  : […] Il est incontestable que les Slovènes y gagnèrent, du point de vue politique, en entrant dans le nouvel ensemble. Cependant, celui-ci se voulait « triunitaire », c'est-à-dire triple et un à la fois, y compris pour la langue et pour la culture. Malgré la création en 1919 de l'Université slovène et, plus tard, de l'Académie, la déception fut grande : les Slovènes se rendirent compte de la méconnaiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/slovenie/#i_38725

YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Catherine LUTARD, 
  • Robert PHILIPPOT
  • , Universalis
  •  • 15 194 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  L'éclatement de la Yougoslavie et la fin de la fédération »  : […] Bien avant la disparition de la république socialiste fédérative de Yougoslavie en 1991-1992, les ferments de la désintégration étaient à l'œuvre. Sécessions et guerres se sont multipliées sur la quasi-totalité du territoire yougoslave. Par un effet de dominos, les combats ont glissé du nord vers le sud, partant de la Slovénie en 1991, pour atteindre le Kosovo en 1998 et la Macédoine en 2001 . Pen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yougoslavie/#i_38725

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Paule CANAPA, « TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tito/