TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980)

Médias de l’article

Tito, 1953

Tito, 1953
Crédits : Hulton Getty

photographie

Combattantes yougoslaves, 1943

Combattantes yougoslaves, 1943
Crédits : Hulton Getty

photographie


Président de la république socialiste fédérative de Yougoslavie et président de la Ligue des communistes de Yougoslavie, Tito a été l'un des grands chefs d'État de la seconde moitié du xxe siècle, donnant à la Yougoslavie une place internationale.

Tito, 1953

Tito, 1953

photographie

Le maréchal Tito (1892-1980) prononçant un discours, lors du IVe congrès du Parti communiste yougoslave, en 1953. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Membre du Parti communiste yougoslave en 1920, il en deviendra le secrétaire de facto en 1936 et en fera un parti discipliné et actif. Il a été l'artisan de la lutte contre l'occupant pendant la Seconde Guerre mondiale et, par là, de la révolution yougoslave. Personnalité déterminante du P.C.Y. et de la Yougoslavie depuis 1945, il a su résister à Staline en 1948 et il a affirmé une voie indépendante vers le socialisme avec l'autogestion sur le plan intérieur, l'indépendance et le non-alignement sur le plan extérieur.

La jeunesse et l'expérience de la révolution bolchevique

Très mouvementée, la vie de Tito comprend plusieurs périodes et comporte encore des points obscurs, sa biographie officielle n'en a précisés certains que récemment. Josip Broz est né le 7 mai 1892 d'un père croate et d'une mère slovène à Kumrovec, village situé au nord-ouest de Zagreb, dans la partie hongroise de l'Empire austro-hongrois ; son anniversaire officiel dans la Yougoslavie socialiste sera le 25 mai, jour de la Jeunesse. Son enfance au village l'a sûrement marqué. Il a connu la vie difficile d'une famille paysanne nombreuse (sept seulement de ses quinze frères et sœurs ont survécu) encore que sa famille fût assez bien lotie par rapport aux autres villageois et qu'il vécût des moments heureux surtout auprès de ses grands-parents maternels. Il entendit les récits des luttes paysannes d'autrefois contre les seigneurs étrangers, notamment celle de Matija Gubec, chef d'un soulèvement au xvie siècle dans les régions croates et slovènes soumises à l'Autriche – Gubec que l'on a évoqué parfois à son propos, ainsi dans un discours officiel lors de sa mort. Tito fréquenta l'école primaire, mais il dut quitter le village à quinze ans et, manquant d'argent pour émigrer outre-mer comm [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., Centre d'études et de recherches internationales (C.E.R.I.)

Classification


Autres références

«  TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980)  » est également traité dans :

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Bosnie dans le royaume yougoslave »  : […] des Partisans communistes (incluant des Serbes, des Croates et des musulmans) menée par Josip Broz, dit Tito. Les buts profondément divergents des deux mouvements provoquèrent une guerre civile. Les forces royalistes se rapprochèrent de plus en plus des forces allemandes et italiennes pour leur prêter main-forte et commirent des atrocités contre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bosnie-herzegovine/#i_38725

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 978 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Un nationalisme utile »  : […] la bride, le « national-communisme » bulgare reprenait de la vigueur. De 1945 à 1948, Tito est le modèle de l'Europe de l'Est. Ce dernier ayant des visées sur la Macédoine bulgare (Macédoine du Pirin dont la capitale, Gorna Djoumaya, est devenue, après la guerre, Blagoevgrad), Dimitrov obtempère. Au nom de l'amitié bulgaro-yougoslave, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bulgarie/#i_38725

CROATIE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Ivo FRANGES, 
  • Mladen KOZUL
  •  • 9 190 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La Croatie contemporaine »  : […] tueries amènent de nombreux Yougoslaves à rejoindre les rangs des partisans du maréchal Tito. Dans les montagnes de Croatie, des zones libres existent dès 1943. L'ensemble de la Croatie est libéré en mai 1945 et les Oustachis sont impitoyablement pourchassés. Mais, avec l'appui de l'Église catholique, Ante Pavelić réussit à s'enfuir en Italie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croatie/#i_38725

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 420 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'éclatement de la Yougoslavie »  : […] par l'Allemagne en 1941, il est occupé et dépecé, un État croate fasciste est formé. La résistance nationale est animée par Josip Broz (Tito), né de père croate et de mère slovène. La Yougoslavie devient une république populaire, présidée par Tito, en 1945 ; elle comprend six républiques et deux régions autonomes (le Kosovo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democraties-populaires/#i_38725

DJILAS MILOVAN (1911-1995)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 666 mots

prison de Vojvodine où il parfait sa culture marxiste-léniniste. À sa sortie, il rencontre Josip Broz, le futur Tito. En 1937, ce dernier est nommé secrétaire général du P.C.Y. sur ordre de Moscou. Djilas entre alors au comité central. Trois ans plus tard, à la veille de l'entrée en guerre de la Yougoslavie, il est membre du bureau politique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milovan-djilas/#i_38725

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 901 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « L'équilibre de la terreur »  : […] l'Union soviétique, se rendait en mai à Belgrade pour présenter à Tito les excuses de son pays. C'est dans ce climat que s'ouvrit à Genève, le 18 juillet, la première rencontre « au sommet » à quatre de l'après-guerre. Étaient présents : Dwight D. Eisenhower, Nikolaï Boulganine – depuis février chef du gouvernement soviétique, mais en fait simple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/#i_38725

KARDELJ EDWARD (1910-1979)

  • Écrit par 
  • Paul YANKOVITCH
  •  • 722 mots

Né à Ljubljana (Slovénie), Kardelj est le principal théoricien de la société d'autogestion et l'un des auteurs de toutes les constitutions yougoslaves après la guerre, notamment de la Constitution de 1974 qui, du fait de ses conceptions parfaitement originales, n'a rien de comparable dans aucun autre pays. Originaire d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-kardelj/#i_38725

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le révisionnisme moderne »  : […] , la revendication yougoslave d'un passage spécifique au socialisme ouvre la voie au révisionnisme moderne. Sur le plan international, Tito se réclame du neutralisme, alors que sur le plan interne la critique du centralisme conduit à défendre le système de l'autogestion. La Yougoslavie est exclue du Kominform en 1948 ; désormais, titisme et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-les-revisions-du-marxisme/#i_38725

MIHAÏLOVIĆ DRAZA (1893-1946)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 346 mots

tenues par les troupes italiennes), les Alliés se détournent de Mihaïlović pour soutenir Tito en 1944. Mihaïlović doit ainsi se cacher à la fin de la guerre mais est capturé par les Partisans le 13 mars 1946. Le gouvernement yougoslave l'accuse alors de trahison et de collaboration avec les nazis. Bien qu'une commission d'enquête américaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/draza-mihailovic/#i_38725

PROCÈS POLITIQUES DANS LES DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 990 mots

Le détonateur du déclenchement des procès en série fut l'affaire yougoslave. À partir du 28 juin 1948, Tito et le « titisme » représentèrent pour le Kominform l'ennemi à abattre. Il fallait trouver des « Tito » dans les autres partis pour justifier l'état de siège et la pénurie. Ce fut donc la chasse aux communistes nationaux, reflétant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-politiques-dans-les-democraties-populaires/#i_38725

RANKOVIĆ ALEKSANDAR (1909-1983)

  • Écrit par 
  • Paul YANKOVITCH
  •  • 491 mots

Ancien vice-président de la république socialiste fédérative de Yougoslavie, de nationalité serbe, Alexandre Ranković est né à Draževac, près de Belgrade. Ancien apprenti tailleur de costumes nationaux, il adhère en 1928 au Parti communiste yougoslave (P.C.Y.). Un an plus tard, la Cour pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aleksandar-rankovic/#i_38725

SERBIE

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Jovan DERETIC, 
  • Catherine LUTARD
  •  • 11 783 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'indépendance »  : […] de l'armée royale Draža Mihajlović, les partizani réunis autour de Josip Broz Tito, chef du Parti communiste yougoslave, et le courant fasciste croate des oustacha dirigé par Ante Pavelić. Le retrait des troupes ennemies en 1945 confirma la victoire du Parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serbie/#i_38725

SLOVÉNIE

  • Écrit par 
  • Evgen BAVCAR, 
  • Antonia BERNARD, 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Franc ZADRAVEC
  •  • 10 228 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les périodes yougoslaves »  : […] faut admettre qu'elle représentait un pas en avant vers l'affirmation de la nation. Sous Tito, la Slovénie bénéficiait de l'autonomie comme république fédérale, avec son Assemblée et sa langue, devenue l'une des trois langues officielles de Yougoslavie. Son avance économique fut un atout par rapport aux régions moins développées de la Yougoslavie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/slovenie/#i_38725

YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Catherine LUTARD, 
  • Robert PHILIPPOT
  • , Universalis
  •  • 15 190 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  L'éclatement de la Yougoslavie et la fin de la fédération »  : […] Pendant trente-cinq ans, le maréchal Tito avait réussi tant bien que mal à jongler entre les différents nationalismes de la fédération : slovène, croate, serbe, bosniaque, albanais, macédonien. Le 4 mai 1980, il meurt sans avoir désigné de dauphin. Il est remplacé par une direction collégiale tournante, avec droit de veto pour chacune des six […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yougoslavie/#i_38725

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Paule CANAPA, « TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tito/