TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chef des Partisans et le chef de l'État yougoslave

Le 6 avril 1941, quand l'Allemagne attaque la Yougoslavie, Tito se trouve à Zagreb. Sous sa direction, le P.C.Y. envisage un soulèvement, mais ne le déclenche qu'après l'invasion de l'U.R.S.S. par l'Allemagne en juin 1941. Tito devient le chef de l'état-major des unités de Partisans (juill. 1941) et va créer une véritable armée de libération (1942) ; il sera maréchal en 1943. Passé à Belgrade en mai 1941, il prend le maquis en septembre et participe aux combats de la résistance jusqu'à la fin – il sera blessé à la bataille de la Sutjeska en 1943. Mais le P.C.Y. affirme aussi la représentativité politique du mouvement des Partisans contre le gouvernement en exil à Londres et réussira à la faire reconnaître par les Alliés – Tito est le président du comité exécutif (créé en novembre 1943) du Conseil antifasciste de libération nationale. En août 1944, il rencontre Churchill à Naples et, en septembre, Staline à Moscou pour la première fois. Les qualités de stratège militaire de Tito ont été discutées (erreurs tactiques selon Djilas par exemple), mais il a saisi l'importance qu'il y avait à prendre le maquis et à s'implanter dans les villages, il a su organiser le combat des Partisans et acquérir leur loyauté par ses qualités de dirigeant. Il a compris la possibilité de transformer la lutte de libération contre l'occupant en révolution, sans faire référence au socialisme mais en prenant position contre le pouvoir ancien, pour la justice sociale, et en affirmant le pouvoir du P.C.Y. pendant la guerre même, dans une semi-guerre civile, contre son principal opposant, les Tchetniks serbes du Draža Mihajlović, représentant du gouvernement royal, et autre force de résistance. Autre facteur important, Tito a proclamé le maintien de l'État yougoslave, alors démembré, et a fait appel à toutes les nationalités dans l'égalité et la fraternité.

Combattantes yougoslaves, 1943

Combattantes yougoslaves, 1943

Photographie

Des jeunes femmes yougoslaves s'entraînent dans un camp allié, en Italie, en 1943. Bientôt, elles retourneront dans leur pays, se battre aux côtés des hommes, dans les unités de partisans du maréchal Tito (1892-1980). 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Devenu, le 7 mars 1945, le chef du nouveau gouvernement de la Yougoslavie libérée, il détient ensuite jusqu'à sa mort les plus hautes fonctions dans l'État (Premier ministre puis président [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., Centre d'études et de recherches internationales (C.E.R.I.)

Classification


Autres références

«  TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980)  » est également traité dans :

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 482 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Bosnie dans le royaume yougoslave »  : […] Quand la Constitution de ce nouvel État fut finalement établie en juin 1921, la Bosnie ne garda aucun statut officiel propre. Cependant, son tracé fut préservé sur la carte, sous la forme de six oblasti (provinces) correspondant aux sandjak de la période ottomane tardive (à l'exception de celui de Novi Pazar). Le servage fut aboli, mais la Bosnie resta relativement sous-développée dans les domain […] Lire la suite

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 974 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Un nationalisme utile »  : […] Malgré une soumission totale à l'Union soviétique, les dirigeants communistes bulgares ont souvent été tentés par le nationalisme ; lorsque Moscou lâchait la bride, le « national-communisme » bulgare reprenait de la vigueur. De 1945 à 1948, Tito est le modèle de l'Europe de l'Est. Ce dernier ayant des visées sur la Macédoine bulgare (Macédoine du Pirin dont la capitale, Gorna Djoumaya, est devenu […] Lire la suite

CROATIE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Ivo FRANGES, 
  • Mladen KOZUL
  •  • 9 188 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La Croatie contemporaine »  : […] C'est Napoléon qui va mettre fin provisoirement à cet équilibre. Après avoir défait Venise et l'Autriche, il crée les provinces illyriennes rattachées à l'Empire de 1809 à 1813. La Slovénie, la Dalmatie et une grande partie de la Croatie y sont englobées. Les Français abolissent la féodalité et introduisent le Code civil. Les ferments du nationalisme croate vont commencer à germer. La première […] Lire la suite

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 416 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'éclatement de la Yougoslavie »  : […] Fondé en 1918, le royaume des Serbes, Croates et Slovènes prend le nom de Yougoslavie en 1929. Envahi par l'Allemagne en 1941, il est occupé et dépecé, un État croate fasciste est formé. La résistance nationale est animée par Josip Broz (Tito), né de père croate et de mère slovène. La Yougoslavie devient une république populaire, présidée par Tito, en 1945 ; elle comprend six républiques et deux […] Lire la suite

DJILAS MILOVAN (1911-1995)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 666 mots

Surnommé « l'enfant terrible du communisme yougoslave », Milovan Djilas a traversé toutes les étapes de la Yougoslavie contemporaine : les royaumes du Monténégro puis de Yougoslavie, la Yougoslavie titiste et l'éclatement de la Yougoslavie. Milovan Djilas est né en 1911 dans une famille aisée de sept enfants du village monténégrin de Podbisce. Son père, officier, finance ses études de lettres et […] Lire la suite

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « L'équilibre de la terreur »  : […] Les signes de détente les plus spectaculaires devaient intervenir en Europe. Renonçant à lier plus longtemps la solution du problème autrichien à celle du problème allemand, l'U.R.S.S. acceptait, au printemps de 1955, la neutralisation et l'évacuation de l'Autriche qui retrouvait quelques mois plus tard sa liberté. Khrouchtchev, devenu en septembre 1953 premier secrétaire du Parti communiste de l' […] Lire la suite

KARDELJ EDWARD (1910-1979)

  • Écrit par 
  • Paul YANKOVITCH
  •  • 722 mots

Né à Ljubljana (Slovénie), Kardelj est le principal théoricien de la société d'autogestion et l'un des auteurs de toutes les constitutions yougoslaves après la guerre, notamment de la Constitution de 1974 qui, du fait de ses conceptions parfaitement originales, n'a rien de comparable dans aucun autre pays. Originaire d'une famille ouvrière, ancien instituteur, Kardelj adhère en 1928 au Parti commu […] Lire la suite

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le révisionnisme moderne »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, la revendication yougoslave d'un passage spécifique au socialisme ouvre la voie au révisionnisme moderne. Sur le plan international, Tito se réclame du neutralisme, alors que sur le plan interne la critique du centralisme conduit à défendre le système de l'autogestion. La Yougoslavie est exclue du Kominform en 1948 ; désormais, titisme et révisionnisme se conjugu […] Lire la suite

MIHAÏLOVIĆ DRAZA (1893-1946)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 346 mots

Officier serbe, né le 27 mars 1893 à Ivanjica (Serbie), mort le 17 juillet 1946 à Belgrade. Dragoljub, ou Draža, Mihaïlović combat dans les guerres balkaniques (1912-1913), puis pendant la Première Guerre mondiale. Devenu colonel lorsque l'Allemagne envahit la Yougoslavie en avril 1941, il refuse de se soumettre à la capitulation de l'armée yougoslave. Il met alors sur pied un mouvement de résis […] Lire la suite

PROCÈS POLITIQUES DANS LES DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 990 mots

Les procès politiques qui se sont déroulés dans les démocraties populaires de l'Europe de l'Est prennent leur origine dans le tournant de la guerre froide qui poussa Staline à intégrer celles-ci plus complètement à l'Union soviétique. On y passe de l'expérience nationaliste et gradualiste à la « dictature du prolétariat » en adoptant la thèse stalinienne de l'exacerbation de la lutte de classes d […] Lire la suite

RANKOVIĆ ALEKSANDAR (1909-1983)

  • Écrit par 
  • Paul YANKOVITCH
  •  • 491 mots

Ancien vice-président de la république socialiste fédérative de Yougoslavie, de nationalité serbe, Alexandre Ranković est né à Draževac, près de Belgrade. Ancien apprenti tailleur de costumes nationaux, il adhère en 1928 au Parti communiste yougoslave (P.C.Y.). Un an plus tard, la Cour pour la protection de l'État le condamne à six ans de réclusion pour activité révolutionnaire. Membre du comité c […] Lire la suite

SERBIE

  • Écrit par 
  • Amaël CATTARUZZA, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Jovan DERETIC, 
  • Catherine LUTARD
  •  • 11 785 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'indépendance »  : […] Comme toutes les régions dominées par l'Empire ottoman, la Serbie était profondément arriérée sur le plan économique et allait peu bénéficier des répercussions de la révolution industrielle. Fortement rurale (90 p. 100 de la population), elle se caractérisait par une communauté familiale patriarcale (la zadruga ) qui prenait la forme d'une organisation sociale, économique et rurale. Soucieuse d'un […] Lire la suite

SLOVÉNIE

  • Écrit par 
  • Evgen BAVCAR, 
  • Antonia BERNARD, 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Franc ZADRAVEC
  •  • 10 226 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les périodes yougoslaves »  : […] Il est incontestable que les Slovènes y gagnèrent, du point de vue politique, en entrant dans le nouvel ensemble. Cependant, celui-ci se voulait « triunitaire », c'est-à-dire triple et un à la fois, y compris pour la langue et pour la culture. Malgré la création en 1919 de l'Université slovène et, plus tard, de l'Académie, la déception fut grande : les Slovènes se rendirent compte de la méconnaiss […] Lire la suite

YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Catherine LUTARD, 
  • Robert PHILIPPOT
  • , Universalis
  •  • 15 194 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre «  L'éclatement de la Yougoslavie et la fin de la fédération »  : […] Bien avant la disparition de la république socialiste fédérative de Yougoslavie en 1991-1992, les ferments de la désintégration étaient à l'œuvre. Sécessions et guerres se sont multipliées sur la quasi-totalité du territoire yougoslave. Par un effet de dominos, les combats ont glissé du nord vers le sud, partant de la Slovénie en 1991, pour atteindre le Kosovo en 1998 et la Macédoine en 2001 . Pen […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6 juillet 2016 • France - Rwanda • Condamnation à Paris de deux anciens bourgmestres rwandais.

La cour d’assises de Paris condamne à la réclusion à perpétuité, pour génocide et crimes contre l’humanité, deux anciens bourgmestres rwandais, Tito Barahira et Octavien Ngenzi, pour leur participation au massacre de quelque deux mille personnes à Kabarondo, dans l’est du pays, en avril 1994 [...] Lire la suite

9 mars 2016 • Kiribati • Élection de Taaneti Mwamwau à la présidence.

Taaneti Mwamwau, candidat de la coalition d’opposition Tobwaan Kiribati Party, est élu président avec 60 p. 100 des suffrages. Son principal adversaire, Rimeta Beniamina, candidat du parti Boutokaan te koaua, obtient 38,6 p. 100 des voix. Rimeta Beniamina était soutenu par le président sortant Anote Tong, et Taaneti Mwamwau par l’ancien président Teburoro Tito.  [...] Lire la suite

14 novembre 1999 • Macédoine • Élection du conservateur Boris Trajkovski à la présidence.

intérieure de Macédoine – Parti démocratique pour l'unité nationale macédonienne (V.R.M.O.-D.P.M.N.E., centre droit). Son adversaire, Tito Petkovski, candidat de l'Union sociale-démocrate de Macédoine (S.D.S.M., ex-communiste), était arrivé en tête lors du premier tour, le 31 octobre. Boris Trajkovski a [...] Lire la suite

6-31 mai 1990 • Yougoslavie • Remous après la victoire de l'opposition en Croatie.

cinquante-huit des trois cent cinquante-six sièges à pourvoir. Mené par Franjo Tudjman, ancien général de Tito, l'H.D.Z. est assurée de disposer de la majorité des deux tiers dans les trois chambres du parlement local. Le 15, Borisav Jovic succède à Janez Drnovsek à la présidence de la fédération. Élu [...] Lire la suite

23-29 mars 1989 • Yougoslavie • Violents affrontements au Kosovo.

Le 23, le Parlement de la région autonome du Kosovo, peuplée à 90 p. 100 d'Albanais, approuve, par 167 voix contre 10, une réforme de la Constitution serbe de 1974, réforme qui reprend un bon nombre des prérogatives qui avaient été attribuées, sous Tito, aux régions autonomes. Ce vote intervient [...] Lire la suite

5-26 octobre 1988 • Yougoslavie • Malaise social et résurgence des revendications nationales

Le 5, des dizaines de milliers de personnes manifestent dans les rues de Novi-Sad, capitale de la province autonome de Voïvodine, séparée, comme le Kosovo, de la république fédérée de Serbie sur la volonté de Tito (croate d'origine) qui redoutait l'hégémonie serbe (9,3 millions d'habitants [...] Lire la suite

17-30 janvier 1986 • Ouganda • Victoire des rebelles de Yoweri Museveni, nommé chef de l'État

Le 17, un mois après la signature de l'« accord de paix » entre les forces gouvernementales du président Tito Okello et les rebelles de l'Armée nationale de résistance (N.R.A.), dirigés par Yoweri Museveni, les combats reprennent dans les environs immédiats de Kampala, provoquant des réactions [...] Lire la suite

17 décembre 1985 • Ouganda • Signature d'un « accord de paix », non respecté

et qui s'est intensifiée depuis la chute du président Milton Obote en juillet, mais il n'est pas respecté : la guerre civile se poursuit, ainsi que les atrocités et les exactions commises par les soldats gouvernementaux à Kampala. Dans ces conditions, Yoweri Museweni, qui avait accepté de reconnaître le régime du général Tito Okello, refuse de se rendre à Kampala.  [...] Lire la suite

27-29 juillet 1985 • Ouganda • Renversement du président Milton Oboté par l'armée

que le général Tito Okello, commandant en chef des forces armées ougandaises, est nommé chef de l'État. Les frontières sont fermées et la Constitution suspendue ; cependant, les autorités promettent d'organiser des élections d'ici à un an et de rétablir une « démocratie authentique ».  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Paule CANAPA, « TITO JOSIP BROZ dit (1892-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tito/