THYROÏDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Exploration fonctionnelle

L'exploration biologique de la fonction thyroïdienne dispose de nombreuses méthodes, couramment utilisées en clinique.

Les mesures du métabolisme basal, de la cholestérolémie, du temps de décontraction musculaire après percussion du tendon d'Achille (achilléogramme) rendent possible l'appréciation de l'action périphérique des hormones thyroïdiennes.

Les dosages concernant les hormones thyroïdiennes se sont d'abord limités à l'iodémie protidique plasmatique. Un progrès important a marqué l'utilisation des résines échangeuses d'ions. De plus en plus, on utilise les techniques radio-immunologiques, mesurant directement T4 et T3. La fraction libre est appréciée indirectement par l'indice de thyroxine libre (ITL) ou dosée directement (FT3 et FT4). L'étude de TSH, par dosage radio-immunologique est le complément indispensable.

La méthode d'exploration la plus courante utilise l'iode radioactif (131I), grâce auquel on peut effectuer une étude cinétique de la fonction thyroïdienne. On mesure, trois, six, vingt-quatre et quarante-huit heures après le début du test, la captation de l'isotope par la thyroïde, le rapport des radioactivités globulaire et plasmatique (rapport H/P) qui fournit la proportion d'iode hormonal marqué, seul capable de pénétrer dans les hématies, et enfin, éventuellement, l'élimination urinaire du radio-iode. Il est important de rappeler que cette méthode ne fournit qu'un aspect dynamique de la fonction thyroïdienne et non une mesure réelle de la sécrétion. Elle permet, en outre, de traduire visuellement la radioactivité de la glande au moyen d'un scintigramme, sur lequel on peut apprécier le volume de la thyroïde, préciser l'activité de ses diverses parties, détecter certains goitres plongeants, et éventuellement l'existence d'une thyroïde ectopique (notamment linguale) ou de métastases d'origine thyroïdienne.

On recourt enfin à des épreuves dynamiques. L'épreuve de stimulation (test de Querido) mesure l'iodémie plasmatique et la fixation thyroïdienne du radio-iode avant et après l'injection de thyréostimuline à raison de 100 uni [...]

Fixation thyroïdienne de l'iode 131

Dessin : Fixation thyroïdienne de l'iode 131

Dessin

Fixation thyroïdienne de l'iode 131 (131/) chez un groupe de sujets normaux : au milieu, à l'état de base ; en haut, après stimulation par TSH ; en bas, après freinage par T3

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Di-iodothyrosine et hormones thyroïdiennes

Di-iodothyrosine et hormones thyroïdiennes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Fixation thyroïdienne de l'iode 131

Fixation thyroïdienne de l'iode 131
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Test à l'iode 131 : maladie de Basedow

Test à l'iode 131 : maladie de Basedow
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire de clinique endocrinologique à la faculté de médecine de Paris, membre de l'Académie nationale de médecine

Classification

Autres références

«  THYROÏDE  » est également traité dans :

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 748 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les hormones thyroïdiennes »  : […] Dès la naissance, les hormones thyroïdiennes ( thyroxine ou T4 et plus probablement triiodothyronine ou T3) contrôlent la croissance. Leur absence empêche la mise en place d'une organisation normale du cartilage de croissance et s'accompagne d'une diminution de sécrétion de l'hormone de croissance. Une telle situation est provoquée par l'absence congénitale de glande thyroïde ou par l'insuffisa […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 135 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les neurones »  : […] Les neurones prennent leur forme définitive (pyramidale, sphérique, étoilée) et développent leurs prolongements, épines dendritiques et boutons axonaux semblant « explorer » leur environnement immédiat à la recherche de leurs voisins, pour établir avec eux les synapses. On pense qu'en général un neurone engendre au début beaucoup plus de liaisons (par ses dendrites) qu'il n'en aura l'usage plus […] Lire la suite

GRAVES MALADIE DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 426 mots

Maladie endocrinienne, la maladie de Graves est la plus fréquente cause d'hyperthyroïdie ou thyrotoxicose (hypersécrétion d'hormone thyroïde). Dans la maladie de Graves, la sécrétion excessive d'hormone thyroïde s'accompagne habituellement d'une hypertrophie diffuse de la glande (entraînant un goître) et une exophtalmie (protrusion des globes oculaires) avec une rétraction des paupières et d'autr […] Lire la suite

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 348 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Synthèse, sécrétion et transport plasmatique »  : […] Les mécanismes impliqués dans la synthèse d'hormones homologues sont vraisemblablement similaires chez les divers Vertébrés. C'est ainsi que les précurseurs de certaines hormones comme la pro-insuline et la proopiocortine (le précurseur de l'ACTH, de la MSH et aussi les morphines endogènes que sont les endorphines) existent chez les Poissons comme chez les Mammifères. Cependant, certains caractèr […] Lire la suite

HORMONES THYROÏDIENNES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 344 mots

1820 Jean-François Coindet, de Genève, utilise l'iode dans le traitement du goitre […] Lire la suite

INFANTILISME

  • Écrit par 
  • Geneviève DI COSTANZO
  •  • 559 mots

La persistance, à l'âge adulte, des caractères physiques, psychiques et génitaux propres à l'enfance peut définir l'infantilisme. Il se différencie du nanisme, qui ne porte que sur la croissance staturale, et de l'eunuchisme, qui procède seulement de l'insuffisance génitale. L'origine de l'infantilisme est souvent endocrinienne (l'antéhypophyse étant fréquemment concernée) ou diencéphalique, mais […] Lire la suite

IODE

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 2 692 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Isotopes radioactifs et thyroïde »  : […] Ce même isotope 129 I est une signature des déchets nucléaires. Les sources les mieux documentées sont les usines de retraitement de La Hague (Manche) et de Sellafield (nord-ouest de l'Angleterre). La forme moléculaire prépondérante dans les rejets de cet isotope est l'iodure de méthyle CH 3 I. Dans l'ancienne Union soviétique, les fleuves Ob et Ienisseï, qui drainent d'anciens sites d'essais nucl […] Lire la suite

KOCHER THEODOR EMIL (1841-1917)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 467 mots

Chirurgien suisse, prix Nobel de physiologie et de médecine en 1909. Docteur en médecine de la faculté de Berne, étudiant brillant, Kocher se rend à Berlin, à Paris et à Londres pour y chercher un poste et compléter sa formation de chirurgien. Il se forme au contact de grands chirurgiens, ce qui lui permet de développer sa propre pratique chirurgicale. De 1872 à 1911, il est professeur de chirurg […] Lire la suite

MÉTAMORPHOSE, biologie

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 762 mots
  •  • 3 médias

Le développement indirect est caractérisé par le fait qu'à l'embryogenèse fait suite une phase larvaire : la larve diffère grandement de ses parents, auxquels elle ressemblera à la suite de profondes modifications. Toutefois, les modifications anatomiques et physiologiques qui conduisent à l'état adulte peuvent s'effectuer de deux façons bien différentes. Elles peuvent être progressives ou se réal […] Lire la suite

NÉOTÉNIE

  • Écrit par 
  • Lieba LAZARD
  •  • 1 683 mots

Dans le chapitre « La néoténie chez les Batraciens »  : […] La néoténie totale n'a été observée que chez les Batraciens urodèles, où elle se présente selon deux modalités différentes : – La néoténie obligatoire , dans laquelle la métamorphose, qui est la règle chez les Amphibiens, n'intervient jamais. Les quelques espèces présentant cette forme de néoténie sont groupées sous le nom de Pérennibranches (à branchies persistantes). Les cas les mieux connus son […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques DECOURT, « THYROÏDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thyroide/