BUGEAUD THOMAS ROBERT, marquis de la Piconnerie (1784-1849) duc d'Isly et maréchal de France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille irlandaise qui avait émigré en France, Bugeaud s'engage dans l'armée en 1804, comme vélite, dans les grenadiers à pied de la garde impériale. Il est promu caporal à Austerlitz et blessé à Pultusk ; il combat ensuite en Espagne, où il devient capitaine sous les ordres du général Lamarque. Il met en déroute un régiment anglais, ce qui lui vaut le grade de lieutenant-colonel, et il est promu colonel à son retour en France. Il se rallie à Napoléon pendant les Cent-Jours et combat avec succès les Autrichiens en Savoie. Licencié de l'armée à la seconde Restauration, il se retire dans sa propriété de La Durantie, près d'Excideuil en Périgord, et s'occupe d'améliorer l'exploitation de ses terres en employant le plâtre comme engrais et en développant la culture de la betterave. Au moment de la guerre d'Espagne, le gouvernement refuse sa demande de réintégration dans l'armée. Adhérant à l'opposition libérale, il est en vain son candidat à une élection en Dordogne en 1829.

La monarchie de Juillet le rappelle à l'activité comme maréchal de camp et il est élu député d'Excideuil en juillet 1831 ; il représente la Dordogne à la Chambre jusqu'à sa mort. Attaché à une politique conservatrice et aux intérêts de l'agriculture, il est un défenseur intransigeant du protectionnisme douanier. Il est chargé de la garde de la duchesse de Berry dans la citadelle de Blaye ; cette fonction lui vaut la haine des légitimistes et l'accusation de « geôlier » en janvier 1834 par le député républicain Dulong ; il s'ensuit un duel au cours duquel Dulong est tué. Lors de l'insurrection d'avril 1834, Bugeaud commande une brigade dont certains soldats se livrent à des massacres, notamment rue Transnonain. Les républicains en font porter la responsabilité à Bugeaud, dont l'impopularité persiste à Paris. Envoyé en Algérie, il remporte un premier succès à La Sikkah le 6 juillet 1836. Sous le ministère Molé, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BUGEAUD THOMAS ROBERT, marquis de la Piconnerie (1784-1849) duc d'Isly et maréchal de France  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La conquête »  : […] L' intervention française fut la suite inattendue d'une affaire commerciale et financière à laquelle se trouvait mêlé le dey Hussein. Celui-ci, mécontent du retard apporté par la France au remboursement de créances auxquelles il était intéressé, s'en prit au consul français qu'il frappa. Le gouvernement de Charles X, n'ayant pas obtenu d'excuses, riposta par le blocus d'Alger qui devait durer tro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_21303

JUILLET MONARCHIE DE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 8 485 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La politique extérieure de la monarchie de Juillet »  : […] La nécessité pour Louis-Philippe de se faire accepter par les cours européennes s'accompagne du souci de ménager l'orgueil national. Les Français assurent avec l'Angleterre la défense du nouveau royaume de Belgique par le siège d'Anvers que les Hollandais avaient réoccupée (automne 1832). Afin d'éviter que l'intervention autrichienne fût la seule en Italie, Casimir Périer envoya, en février 1832, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie-de-juillet/#i_21303

ALGER PRISE D' (1830)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 186 mots

Le 5 juillet 1830, le dey d'Alger capitulait devant l'intervention militaire française, décidée par le roi Charles X à la suite d'une complexe histoire de créances dues par la France. La décision de transformer cette victoire militaire en point de départ d'une phase de colonisation ne fut pas immédiate. L'ancienne régence d'Alger prit, en 1834, le nom de « Possessions françaises dans le nord de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prise-d-alger/#i_21303

Pour citer l’article

André Jean TUDESQ, « BUGEAUD THOMAS ROBERT, marquis de la Piconnerie (1784-1849) duc d'Isly et maréchal de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-robert-bugeaud/