DEY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Déformation du mot turc dāyi̊, qui signifie « oncle maternel » et semble avoir été utilisé chez les Ottomans comme titre honorifique décerné aux marins qui se sont illustrés en combattant en Méditerranée. Par la suite, ce titre a désigné un officier de la milice des janissaires de Tunis et d'Alger. En 1590, une révolte de la milice amène l'un de ces deys, élu par ses pairs, à la tête de la province de Tunis ; le gouvernement des deys a duré jusqu'au moment où le Ḥamūda ben Mūrad s'empara du pouvoir (1659) ; la fonction de dey continue à exister, mais son titulaire ne tient qu'une place de plus en plus médiocre dans la hiérarchie tunisienne. À Alger, le gouvernement des deys apparaît en 1671 ; élu d'abord par les chefs de la marine, le dey l'est ensuite par les officiers de la milice : ce gouvernement dure jusqu'à la conquête française de 1830. Installée d'abord dans le palais de la Djanina à Alger, la résidence des deys est, en 1816, transférée dans la forteresse qui domine la Kasba. Le pouvoir absolu des deys fut parfois limité par le Conseil de la milice, et souvent interrompu de façon brutale : sur les trente deys qui se sont succédé de 1671 à 1830, quatorze moururent de mort violente ; ces trente deys étaient soit d'origine ottomane, soit des renégats convertis à l'islam.

—  Robert MANTRAN

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification


Autres références

«  DEY  » est également traité dans :

TUNISIE

  • Écrit par 
  • Michel CAMAU, 
  • Roger COQUE, 
  • Jean GANIAGE, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Khadija MOHSEN-FINAN
  •  • 19 909 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La période turque »  : […] À partir du début du xvi e  siècle, la Tunisie participe de plus en plus à la politique méditerranéenne, du fait qu'elle est devenue d'abord un des enjeux de la rivalité qui oppose Espagnols et Turcs au Maghreb, ensuite parce que le commerce européen en a fait un de ses lieux d'échange, enfin parce qu'au xix e  siècle elle a été l'objet des ambitions française, anglaise et italienne. Durant cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunisie/#i_30762

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « DEY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dey/