NASHE THOMAS (1567-env. 1601)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain anglais, né à Lowestoft (Suffolk). Fils d'un ministre de l'Église anglicane, Thomas Nashe reçoit sa formation à Saint John's College (Cambridge), qui lui confère le grade de Bachelor of Arts en 1586. Un an plus tard, il devient à Londres un des membres les plus en vue des university wits (parmi lesquels John Lyly, Christopher Marlowe, Robert Greene, Thomas Lodge et George Peele), première génération de jeunes écrivains professionnels en Angleterre, qui furent les prédécesseurs immédiats de Shakespeare. Vivant uniquement de sa plume, il mène une existence précaire ; de temps à autre, il réussit à s'assurer la protection de certains grands du royaume.

Esprit mordant, usant d'un style flamboyant aux effets destructeurs, inspiré de la manière de Rabelais, il participe, en 1589-1590, à l'âpre controverse de « Martin Marprelate » en mettant sa plume au service de l'épiscopat anglican pour répliquer aux pamphlets des puritains. Son tempérament querelleur l'oppose, dans une féroce polémique personnelle, à l'érudit Gabriel Harvey, qu'il fustige par de cinglantes brochures : Strange Newes, 1592 (Étranges Nouvelles) et Have with you to Saffron-Walden, 1596 (Sus à vous). L'observation critique de la société de son temps fournit une abondante matière à ses dispositions satiriques : les travers humains autant que les modes littéraires sont impitoyablement dénoncés dans The Anatomie of Absurditie, 1589 (Anatomie de l'absurdité), tandis que Pierce Penilesse, 1592 (Pierre-sans-le-sou), son œuvre la plus célèbre, analyse les mœurs du temps selon le modèle traditionnel des péchés capitaux, incarnés par des portraits grotesques, première manifestation du « caractère » dans la littérature anglaise. Sa veine moralisante le conduit, dans Christs Teares over Jerusalem, 1593 (Les Larmes du Christ sur Jérusalem), à prophétiser le malheur de Londres, ville pécheresse à laquelle il tend un miroir où elle verra ses crimes.

Son humeur fantasque, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégée d'anglais, docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  NASHE THOMAS (1567-env. 1601)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Caractère de la Renaissance anglaise »  : […] La Renaissance pénétra en Angleterre avec une grande lenteur ; et la Renaissance religieuse, c'est-à-dire la révolte contre le catholicisme intellectuel et scolastique, devança la renaissance littéraire ; d'où l'absence dans cette dernière de la sérénité païenne et, en revanche, sa participation aux tendances calvinistes de la Réformation. Cela explique aussi son attitude à l'égard de l'Italie, at […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5887

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les « university wits » »  : […] On désigne sous ce terme un groupe d'écrivains, dramaturges, conteurs et pamphlétaires, issus des universités, qui mirent leur culture au service de l'art populaire du théâtre au lieu de se faire prêtres ou professeurs. Ces intellectuels, ardemment désireux d'accroître le prestige de la poésie et de propager leurs idées, furent les protagonistes d'un théâtre d'avant-garde et donnèrent en quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-elisabethain/#i_5887

EUPHUISME

  • Écrit par 
  • Georges GRANJOUX
  •  • 1 594 mots

Dans le chapitre « John Lyly, humaniste, écrivain, courtisan »  : […] John Lyly naquit dans une famille d'humanistes, dont le plus célèbre fut son grand-père William, ami d'Érasme et de Thomas More, premier directeur de l'école de Saint-Paul et auteur d'une grammaire latine renommée. Après avoir fait ses humanités à Oxford, John Lyly vécut à Londres, au palais de Savoie, qui servait souvent d'asile à des lettrés impécunieux, et entra, comme secrétaire, au service du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euphuisme/#i_5887

Pour citer l’article

Éliane CUVELIER, « NASHE THOMAS (1567-env. 1601) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-nashe/