GREENE ROBERT (1558 env.-1592)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Robert Greene fut un prosateur anglais de la fin du xvie siècle et l’un des plus brillants prédécesseurs de Shakespeare dans le genre de la comédie romanesque en vers « blancs ». Il fut aussi un des premiers écrivains professionnels en Angleterre, et l’un des premiers auteurs anglais à rédiger son autobiographie.

Robert Greene naît en juillet 1558 ( ?) à Norwich (Angleterre). Diplômé de Cambridge et d’Oxford, il s’installe à Londres, où il mène une vie dévoyée. Entre 1580 et 1592, il écrit plus de trente-cinq ouvrages. Afin de plaire au lecteur, il suit dans un premier temps aveuglément la mode littéraire, prenant pour modèle Euphues, roman en prose de John Lyly. À la fin des années 1580, il écrit des pastorales en prose à la manière de l’Arcadia de Philip Sidney, émaillant ses textes de paroles de chanson charmantes qui lui donnent une réputation de poète. Son plus bel essai dans ce domaine, Pandosto (1588), inspirera directement Le Conte d’hiver de Shakespeare.

Vers 1590, Robert Greene commence à rédiger des ouvrages didactiques sérieux. Avec Greenes never too late (1590) tout d’abord, il rapporte des histoires d’enfant prodigue. Il s’inspire de toute évidence de son expérience personnelle, comme en témoigne le pamphlet Greenes groats-worth of witte, bought with a million of repentance, imprimé à titre posthume en 1592 et dans lequel Greene avoue que les aventures de Roberto reflètent en grande partie les siennes. Dans ce même ouvrage apparaît la première référence imprimée à Shakespeare. Greene le décrit ainsi : « un parvenu, corbeau paré de nos plumes, qui, avec son cœur de tigre recouvert d’une peau d’acteur, se croit aussi habile à enfler [...] un vers blanc que le meilleur d’entre vous, et devenu absolument un Johannes factotum, est, dans sa propre opinion, le seul shake-scene du pays » (trad. François Guizot ; les mots en italique font allusion au vers Oh, cœur de tigre caché dans le sein d’une femme tiré de la première partie du Hen [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  GREENE ROBERT (1558 env.-1592)  » est également traité dans :

CHETTLE HENRY (1560 env.-1607)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 694 mots

Fils d'un teinturier de la cité de Londres, Chettle travaille comme apprenti chez un imprimeur en 1577. On le retrouve, quelque dix ans plus tard, associé de l'imprimeur John Danter. L'imprimerie était un lieu de rencontre des university wits et des dramaturges. Danter ayant fait faillite, l'imprimeur Chettle se mit à écrire des pièces pour Philip Henslowe, entrepreneur de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-chettle/#i_6119

LE CONTE D'HIVER, William Shakespeare - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 1 244 mots

Le Conte d'hiver , qui compte parmi les quatre dernières pièces de William Shakespeare (1564-1616), appartient au genre hybride des « romances », ou tragi-comédies romanesques, au même titre que La Tempête . Joué en 1611, il est publié pour la première fois en 1623 dans les œuvres complètes (posthumes) de Shakespeare. Son titre évoque les histoires merve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-conte-d-hiver/#i_6119

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les « university wits » »  : […] On désigne sous ce terme un groupe d'écrivains, dramaturges, conteurs et pamphlétaires, issus des universités, qui mirent leur culture au service de l'art populaire du théâtre au lieu de se faire prêtres ou professeurs. Ces intellectuels, ardemment désireux d'accroître le prestige de la poésie et de propager leurs idées, furent les protagonistes d'un théâtre d'avant-garde et donnèrent en quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-elisabethain/#i_6119

LODGE THOMAS (1557-1625)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 926 mots

Fils du lord-maire de Londres, Thomas Lodge fut éduqué à l'École des marchands tailleurs et à Trinity College (Oxford). Il fit aussi du droit à Lincoln's Inn (1578), mais la littérature l'attira bientôt. Il se lança dans la controverse en 1580 contre un pamphlet de Stephen Gosson, The School of Abuse (1579), qui traitait les poètes et les comédiens de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-lodge/#i_6119

SHAKESPEARE WILLIAM

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 8 219 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une vie exemplaire »  : […] On en sait autant, et même plus, sur la vie de William Shakespeare que sur celle de la plupart de ses contemporains. Mais sa réputation a nourri encore plus de légendes et de mythes que l'historien n'a de faits authentiques sur lesquels se fonder. Il naquit à Stratford-sur-Avon, aimable bourg du comté de Warwick, en 1564, et si l'on en croit la tradition, un 23 avril. C'est aussi un 23 avril qu'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-shakespeare/#i_6119

Pour citer l’article

« GREENE ROBERT (1558 env.-1592) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-greene/