THERMODYNAMIQUEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évolution de la calorimétrie

Au xviie siècle, avant l'invention du thermomètre, les physiciens ne pouvaient avoir que des idées confuses en ce qui concerne la chaleur ; l'œuvre de Jean-Baptiste Morin (1583-1656), professeur de mathématiques et d'astronomie au Collège royal (l'actuel Collège de France), en témoigne. Dans son Astrologia gallica, publiée en 1661 à La Haye, Morin est tout fier de consacrer un chapitre à la détermination de la température d'un mélange : Hac de re (quod sciam) nemo hactenus quidquam determinavit (Sur ce sujet, que je sache, personne n'a jusqu'ici déterminé quoi que ce soit), écrit-il dans l'introduction. L'auteur utilisait un thermomètre divisé en huit degrés, dont la partie médiane marquait le tempéré, les quatre degrés supérieurs le chaud, et les quatre inférieurs le froid. L'eau, dont la température atteint la deuxième division du froid, est selon lui un liquide ayant 2 degrés de chaud et 6 de froid. Morin considérait en quelque sorte la chaleur comme la couleur. Pour lui le chaud et le froid sont deux qualités contraires. Afin de calculer la température d'un mélange, il pose trois principes :

– Aucune destruction de qualité, c'est-à-dire de chaud ou de froid, ne se produit dans un mélange, où seule a lieu une permutation ;

– L'action et la réaction interviennent seulement entre les qualités opposées présentes avec le plus grand degré, les autres qualités se bornant à s'intensifier ;

– La vertu totale d'un nombre de degrés est la même dans le chaud et dans le froid.

Morin traite plusieurs problèmes, entre autres la température du mélange, en quantités égales, d'eau ayant 2 degrés de chaud et 6 de froid, et d'eau ayant 4 degrés de chaud et 4 de froid. À l'aide de ces principes il montre tout d'abord que le mélange ne peut rester à la température de l'eau froide ni atteindre celle de l'eau chaude. Il rejette ensuite la valeur moyenne de 3 degrés de chaud et 5 de froid ; puis, grâce à une équation du premier degré à une inconnue, il calcule le nombre de degrés de chaud du mélange et trouve 24/5. Mor [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Éolipile

Éolipile
Crédits : D.R.

photographie

Lord Kelvin

Lord Kelvin
Crédits : Herbert Barraud/ Getty Images

photographie

James Prescott Joule

James Prescott Joule
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur civil des Mines, membre correspondant de l'Académie internationale d'histoire des sciences, professeur à l'université de Paris-I

Classification

Autres références

«  THERMODYNAMIQUE  » est également traité dans :

THERMODYNAMIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 1 350 mots
  •  • 4 médias

La thermodynamique est une science relativement jeune. Elle a pris naissance au xixe siècle sous la forme d'une discipline embrassant l'étude de toutes les transformations qui s'accomplissent à notre échelle (phénomènes macroscopiques), c'est-à-dire aussi bien les changements d'états physicochimiques que les changements de posi […] Lire la suite

THERMODYNAMIQUE - Lois fondamentales

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF, 
  • Ilya PRIGOGINE
  •  • 3 735 mots
  •  • 5 médias

Le principe d'équivalence des unités de chaleur et de travail est généralement attribué au médecin allemand J. R. von Mayer, qui l'a formulé pour la première fois en 1842 dans ses Remarques sur les forces inanimées de la nature. Mais on doit aussi associer à la même découverte le nom de J. P. Joule avec, comme précurseurs, B. Thompson (co […] Lire la suite

THERMODYNAMIQUE - Thermodynamique chimique

  • Écrit par 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 7 295 mots
  •  • 3 médias

On peut dire qu'au milieu du xixe siècle les bases fondamentales de la thermodynamique classique et de la théorie de l'énergie étaient établies grâce aux travaux de V. Hess, S. Carnot, J. R. von Mayer, J. P. Joule, R. J. E. Clausius, lord Kelvin. Les lois ainsi mises au jour contribuèrent puissamment au développement des machines thermiques, mais leur […] Lire la suite

THERMODYNAMIQUE - Thermodynamique technique

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 2 517 mots
  •  • 3 médias

La thermodynamique technique applique les premier et second principes aux machines thermiques. La liquéfaction des gaz, l'industrie frigorifique, le fonctionnement des pompes à chaleur, la climatisation, les moteurs à combustion, etc., sont autant de domaines concernés par ces lois, et les diagrammes et cycles qu'on […] Lire la suite

THERMODYNAMIQUE - Processus irréversibles linéaires

  • Écrit par 
  • Jacques CHANU
  •  • 2 491 mots
  •  • 5 médias

Jusqu'à ce que la thermodynamique ait été en mesure d'en fournir une présentation unifiée, les phénomènes de transport qui intéressent les milieux matériels furent étudiés de manière séparée et en ordre plutôt dispersé, sans qu'au-delà d'analogies formelles plus ou moins évidentes aucun lien d'essence fondamentale n'ait été vraiment dégagé. L'apport de la thermodynamique contemporaine fut décisif […] Lire la suite

THERMODYNAMIQUE - Processus irréversibles non linéaires

  • Écrit par 
  • Agnès BABLOYANTZ, 
  • Paul GLANSDORFF, 
  • Albert GOLDBETER, 
  • Grégoire NICOLIS, 
  • Ilya PRIGOGINE
  •  • 9 748 mots
  •  • 8 médias

Les progrès réalisés dans le domaine non linéaire sont beaucoup plus récents. On connaît cependant à leur sujet un critère d'évolution général régissant le comportement d'un système dissipatif, soumis à des contraintes stationnaires (Paul Glansdorff et Ilya Prigogine, 1954).Après décomposition de la production d'ent […] Lire la suite

THERMODYNAMIQUE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 6 108 mots

De nos jours, on peut définir la thermodynamique comme la science des propriétés et des processus qui mettent en jeu la température et la chaleur.Le nom de « thermodynamique » associe les deux mots grecs thermon (chaleur) et dynamis (puissance). Le but premier de la discipline, explicitement formulé d'emblée, était d'a […] Lire la suite

BIOÉNERGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Jacques TONNELAT
  • , Universalis
  •  • 5 211 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Thermodynamique et bioénergétique »  : […] Historiquement, les phénomènes énergétiques ont d'abord été étudiés à propos des machines à vapeur. Une science s'est ainsi édifiée, qui s'applique à tous les domaines de la physique, de la chimie et de la biologie. Son importance est fondamentale et son application universelle, bien qu'elle ait conservé le nom de thermodynamique. La thermodynamique repose sur deux principes qui ne sont pas direc […] Lire la suite

BOLTZMANN LUDWIG (1844-1906)

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 1 634 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interprétation probabiliste du deuxième principe de la thermodynamique »  : […] À partir de ce deuxième principe, Loschmidt a présenté à Boltzmann une objection redoutable, souvent reprise depuis lors, et qui consiste à affirmer l'impossibilité de faire sortir des équations réversibles de la mécanique une interprétation des processus irréversibles de la thermodynamique. Boltzmann a parfaitement compris la valeur de l'objection et y a trouvé un levier puissant pour renouveler […] Lire la suite

CARNOT SADI (1796-1832)

  • Écrit par 
  • Robert FOX
  •  • 838 mots

Fils aîné de Lazare Carnot, « l'Organisateur de la Victoire », Nicolas Léonard Sadi Carnot est un des pionniers de la thermodynamique. Son unique publication, les Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance , ignorée de son temps, mais redécouverte trente ans plus tard par Clapeyron, permit à Thomson et à Clausius d'énoncer le second principe […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Arthur BIREMBAUT, « THERMODYNAMIQUE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-histoire/