RENAUDOT THÉOPHRASTE (1586-1653)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La carrière de Renaudot est des plus curieuses : elle révèle une grande opiniâtreté, beaucoup d'intelligence, de réels talents d'intrigue et surtout une remarquable curiosité. Bien que trop souvent ignoré par l'histoire, le père de La Gazette fut un des esprits les plus remarquables de son temps.

Né dans une famille protestante aisée, Renaudot quitta Loudun (Vienne) en 1605 pour faire ses études de médecine à Montpellier : il y fut reçu docteur en 1606, à vingt ans ! Il voyagea ensuite plusieurs années avant de se fixer en 1612 dans sa ville natale. Un Traité des pauvres lui valut en 1612 un premier brevet royal pour un projet de « bureau d'adresses ». En Poitou, Renaudot connut Richelieu, évêque de Luçon, réfugié près de Poitiers, et le père Joseph. En 1624, ses deux protecteurs firent confirmer ses brevets ; en 1626, Renaudot, qui s'était installé à Paris, se convertit au catholicisme. En 1629, il put enfin ouvrir dans l'île de la Cité, rue de Calandre, à l'enseigne du Grand Coq, son bureau d'adresses.

À l'origine, il ne s'agissait que d'un bureau de placement officiel destiné à offrir du travail à la masse des gueux qui encombraient les hospices et les bas quartiers de Paris. Mais très vite ce bureau diversifia ses activités : ce fut une véritable agence de renseignements de tous ordres qui enregistrait les demandes d'emploi, les propositions de vente ou d'achat les plus diverses, les propositions de voyages à frais partagés, les déclarations de toute nature ; ce service de petites annonces eut un très grand succès, car il correspondait à un véritable besoin.

Petit à petit, Renaudot élargit les activités de son bureau d'adresses. En 1631, il y installa sa Gazette et son imprimerie ; il y édita à partir du 1er juin 1632 sa Feuille du bureau d'adresses, véritable feuille d'annonces, décadaire puis hebdomadaire avant de reprendre, quelques années plus tard, la publication du Mercure français. En 1633, deux ans avant la création de l'Académie française, en marge de s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Panthéon-Assas

Classification


Autres références

«  RENAUDOT THÉOPHRASTE (1586-1653)  » est également traité dans :

CENSURE

  • Écrit par 
  • Julien DUVAL
  •  • 6 226 mots

Dans le chapitre « La censure royale »  : […] à un système reposant également sur le principe du privilège : en 1631, Théophraste Renaudot et ses descendants reçoivent « à perpétuité » le privilège royal d'imprimer les « choses passées et avenues, ou qui se passeront tant dedans qu'au dehors du royaume ». Une presse officielle en position de monopole est ainsi créée : seul le journal de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/censure/#i_48741

GAZETTE LA, puis GAZETTE DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 574 mots

Journal parisien paru du 30 mai 1631 au 30 septembre 1915. Théophraste Renaudot n'est pas le créateur de la presse périodique en France, mais il reste bien le fondateur du premier grand journal français, La Gazette. Le premier périodique français, Nouvelles ordinaires de divers endroits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gazette-gazette-de-france/#i_48741

LA GAZETTE (T. Renaudot)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 213 mots
  •  • 1 média

La fondation, en 1631, par Renaudot (1586-1653) de La Gazette est considérée comme l'acte de naissance de la presse périodique française, même si un autre titre peut revendiquer une antériorité de quelques mois. Si dans plusieurs pays européens – aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-gazette/#i_48741

PRESSE - Naissance et développement de la presse écrite

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 5 781 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'ère des grands journaux et des grands magazines : 1870-1950 »  : […] journaux : ils avaient compris qu'à comprimer le quatrième pouvoir on accroissait finalement sa puissance (déjà Renaudot avait écrit en 1632 : « le commerce de mes Nouvelles ne s'est jamais pu défendre : il tient en cela de la nature des torrents qu'il se grossit de la résistance »). En accordant aux journaux l'impunité et en laissant jouer la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/presse-naissance-et-developpement-de-la-presse-ecrite/#i_48741

Pour citer l’article

Pierre ALBERT, « RENAUDOT THÉOPHRASTE - (1586-1653) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophraste-renaudot/