LA GAZETTE (T. Renaudot)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fondation, en 1631, par Renaudot (1586-1653) de La Gazette est considérée comme l'acte de naissance de la presse périodique française, même si un autre titre peut revendiquer une antériorité de quelques mois. Si dans plusieurs pays européens – aux Pays-Bas depuis 1605 – circulaient des publications ayant toutes les apparences du journal, la France ne connaissait avant cette année-là que des feuilles volantes imprimées sans périodicité régulière. Ce constat conduisit Renaudot, qui venait d'ouvrir à Paris une sorte d'agence de petites annonces – le Bureau d'adresses –, à obtenir de Louis XIII le privilège d'imprimer et de vendre les « nouvelles, gazettes et récit » de tout ce qui se passe au-dedans et au-dehors du royaume. Le premier numéro, non daté, parut vraisemblablement le 30 mai. De pagination continue permettant la confection de recueils annuels, et assortie de suppléments, La Gazette passa rapidement de quatre à huit pages. Elle n'insérait pas d'articles de fond, et ne livrait que des nouvelles sans commentaire. Son fondateur en fixa l'originalité : « L'histoire est le récit des choses advenues. La gazette seulement le bruit qui en court. »

Théophraste Renaudot

Théophraste Renaudot

photographie

Les fonctions officielles qu'exerça Renaudot (médecin, secrétaire du roi, commissaire général des pauvres) sont de peu de poids comparées au titre de gloire que la postérité lui a décerné pour avoir lancé, en 1631, la Gazette de France : celui d'inventeur de la presse moderne. 

Crédits : AKG

Afficher

—  Bernard VALADE

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « LA GAZETTE (T. Renaudot) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-gazette/