TERRITOIRE, éthologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Crapauds

Crapauds
Crédits : Christoph Burki/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Caméléon

Caméléon
Crédits : Mike Severns/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Rats musqués

Rats musqués
Crédits : Hulton Getty

photographie

Hyène

Hyène
Crédits : J Sneesby/B Wilkins, Getty Images

photographie


Dans les différentes classes de Vertébrés, les structures sociales ont évolué sous la pression de deux exigences : d'une part, multiplier les contacts et la coopération entre individus pour la recherche de nourriture, l'utilisation d'abris, la reproduction, l'élevage et la protection des jeunes, ce qui explique la complexité croissante des relations au sein du couple temporaire ou durable, de la cellule mère-petits, de la famille, du groupe multifamilial ; et, d'autre part, assurer la dispersion des individus dans l'habitat, de façon que la population se maintienne à un niveau compatible avec les ressources limitées du milieu.

Au sein des groupes sociaux plus ou moins structurés répondant à ces deux impératifs, les contacts entre individus sont fondés chez les Vertébrés sur le fait que chaque sujet maintient autour de lui un espace de sécurité où aucune intrusion du voisin n'est tolérée. Cette distance individuelle est due à la double tendance à approcher le congénère et à s'en tenir éloigné ; elle détermine l'espacement des sujets. Elle varie selon les espèces, les saisons, l'heure, le lieu, la nature des activités en jeu, les circonstances. Elle diminue en présence d'un danger commun : un banc de poissons ou un vol d'étourneaux se resserrent en présence d'un prédateur ; celui-ci parti, chacun reprend ses distances. Elle est plus grande lorsqu'il y a compétition pour les places au dortoir, le choix d'un perchoir, l'accès au point d'eau ou à une source de nourriture. Plus grande à l'égard d'un étranger que vis-à-vis d'un voisin ou d'un autre membre du groupe, elle dépend donc de la connaissance individuelle des partenaires. Enfin, lorsqu'une composante sexuelle s'ajoute à la double tendance d'approche et d'évitement chez un mâle, la distance individuelle diminue vis-à-vis des femelles et augmente vis-à-vis des mâles concurrents.

Ce principe de la distance critique régissant les rapports entre individus s'exprime chez les Vertébrés sous deux form [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TERRITOIRE, éthologie  » est également traité dans :

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Comportement »  : […] La biologie de la reproduction a, chez les Mammifères, des caractères tout à fait originaux, en raison de l'existence chez la femelle de cycles œstriens à détermination hormonale, l'accouplement ne s'effectuant qu'au cours de l' œstrus. Certains Mammifères n'ont qu'un cycle œstrien par an (phoques, otaries, morses, Mustélidés), d'autres plusieurs au cours d'une période définie de l'année ; chez d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mammiferes/#i_43721

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Les phéromones de mammifères »  : […] Les phéromones des mammifères interviennent dans la définition des droits territoriaux et du statut social à l'intérieur d'une communauté. Elles jouent aussi un rôle dans l'attraction, généralement à assez courte distance, d'un sexe par l'autre, et dans l'identification de l'état physiologique d'un individu par ses congénères. Les droits territoriaux , qu'ils appartiennent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pheromones/#i_43721

PRIMATES

  • Écrit par 
  • Bertrand L. DEPUTTE
  •  • 23 052 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Processus interactifs de communication »  : […] Ici la communication olfactive à fonction territoriale n'est pas différée et est incluse dans des échanges « multimodaux » ; le marquage olfactif est alors associé à des vocalisations puissantes émises par des adversaires en contact visuel ( Propithecus , Mertl-Millhollen, 1979 ; Callicebus , Mason, 1968 ; Saguinus , Dawson, 1979). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primates/#i_43721

SOCIÉTÉS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Bernard THIERRY
  •  • 5 394 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De la vie solitaire au groupe temporaire »  : […] De nombreuses espèces animales vivent de façon solitaire. Les interactions n'interviennent entre les deux sexes que pour assurer la reproduction. Dans certains cas, les individus s'organisent dans l'espace en formant des territoires. Chaque animal habite une région déterminée de son environnement et la défend activement contre ses congénères, par l'agression des intrus ou par des signaux spécifiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societes-animales/#i_43721

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude RUWET, « TERRITOIRE, éthologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/territoire-ethologie/