Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

Défis démographiques, économiques et environnementaux

Terre-Neuve-et-Labrador est confrontée à de multiples défis. Sur le plan démographique, il s’agit de la province canadienne la plus affectée par le vieillissement de sa population. Plusieurs localités souffrent de dépeuplement. Par endroits, le phénomène est tel qu’il menace la survie de certaines d’entre elles, comme ce fut le cas, avec la fermeture définitive de Little Bay Islands en 2020 (fin de la desserte de l’île par le bac et coupure des services tels que l’approvisionnement électrique), les résidents ayant accepté, par référendum, une somme offerte par le gouvernement pour supporter les coûts liés à leur relocalisation. La dépopulation est alimentée par un taux de natalité très faible, un solde migratoire le plus souvent déficitaire ainsi que par un accroissement naturel négatif.

Fortement tournée vers les ressources naturelles, l’économie est dépendante de la conjoncture mondiale et, en particulier, de l’évolution des cours du pétrole. À cet égard, la pandémie de Covid-19 a profondément ébranlé les finances publiques de la province qui a reçu un programme de soutien de la part de la Banque du Canada en 2020. Les effets du moratoire imposé par le gouvernement canadien sur la pêche à la morue en juillet 1992 en raison de l’épuisement des stocks et la fin de vie de plusieurs mines continuent à se répercuter négativement sur l’économie de nombreuses localités qui peinent à se diversifier. En outre, les conflits d’usage entre l’exploitation de certaines ressources (pétrole, poisson, protection de la biodiversité) constituent un enjeu important tant en matière de développement économique qu’au chapitre de l’aménagement du territoire. Sur le plan environnemental, à l’instar des autres provinces de l’Atlantique, celle de Terre-Neuve-et-Labrador subit les contrecoups liés aux changements climatiques : elle est soumise à l’érosion côtière et les tempêtes de vent et de neige tendent à augmenter autant en fréquence qu’en intensité.

— Amanda CROMPTON

— Majella SIMARD

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeure agrégée, département d'archéologie, histoire, théologie et sciences des religions, université arctique de Tromsø (Norvège)
  • : docteur en développement régional, professeur de géographie à l'université de Moncton, Nouveau-Brunswick (Canada)

Classification

Pour citer cet article

Amanda CROMPTON et Majella SIMARD. TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 11/10/2022

Médias

Terre-Neuve-et-Labrador : carte de situation - crédits : Encyclopædia Universalis France

Terre-Neuve-et-Labrador : carte de situation

Terre-Neuve-et-Labrador : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Terre-Neuve-et-Labrador : carte administrative

Terre-Neuve, Canada - crédits : EB Adventure Photography/ Shutterstock

Terre-Neuve, Canada

Autres références

  • AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

    • Écrit par
    • 4 807 mots
    • 6 médias
    L'île de Terre-Neuve, en face de l'embouchure du Saint-Laurent, semble avoir été connue de bonne heure des marins européens. Certains érudits situent le Vinland sur le littoral nord-est (baie de la Trinité). Mais ce n'est pas tant la vigne que le poisson – la morue surtout – qui attirait sur les...
  • CANADA - Histoire et politique

    • Écrit par , et
    • 19 402 mots
    • 12 médias
    ...1763. L'île du Prince-Édouard, l'ancienne île Saint-Jean de l'époque coloniale française, séparée de la Nouvelle-Écosse en 1769, conserva son autonomie.Terre-Neuve, encore privée d'institutions représentatives, demeura un centre de pêche et un point d'escale pour la marine de guerre de Sa Majesté.
  • CANADA, économie

    • Écrit par
    • 7 923 mots
    Le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador comptaient pour 6,7 p. 100 de la population et 6 p. 100 seulement du PIB canadien en 2016. Historiquement, le revenu par habitant et la productivité de la main-d’œuvre de ces provinces ont toujours...
  • CANADA - Espace et société

    • Écrit par
    • 12 678 mots
    • 5 médias
    ...d’une bonne partie de sa population pour devenir un haut-lieu du télémarketing et autres services téléphoniques. St. John’s dessert la population de l’île de Terre-Neuve et du Labrador voisin. Par ailleurs, aucune n’a vraiment réussi à s’imposer comme capitale régionale. En outre, le manque d’unité...
  • Afficher les 9 références