TEMPO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fixité ou mobilité

Certaines des musiques extra-européennes ont une tradition de stabilité du tempo, d'autres, au contraire, le varient plus ou moins systématiquement.

Confucius critiquait les variations du tempo et la rapidité, de même que les variations progressives d'intensité et le fortissimo, parce qu'ils bouleversent les nerfs des auditeurs au lieu de les apaiser. Dans la musique (d'origine chinoise) de la cour japonaise, le mouvement ne doit pas dépasser trente-deux à la noire à peu près, et si l'on admet un accelerando à la fin d'un morceau, changer le tempo dans un mouvement serait une faute de goût.

Dans la musique berbère du Haut-Atlas, l'Ahwach, joué et dansé dans les fêtes profanes, alterne les chœurs d'hommes et de femmes : énoncé et réponse, repris, avec accompagnement d'une trentaine de tambours. La mesure est à quatre temps, avec premier temps marqué, l'un des tambours joue en valeurs ternaires. Au cours d'un lent accelerando, les tambours éliminent progressivement les frappes des deuxième, troisième et quatrième temps, ne jouant finalement plus que le premier, tandis que les chanteurs, abandonnant peu à peu leurs chœurs, ponctuent de cris et de you-yous la percussion. L'accelerando se poursuit jusqu'à doubler exactement le tempo (de 138 à 276 à la noire, vérification faite sur un enregistrement sur disque, et montrant l'étonnante précision de la variation), puis le tempo primitif est repris, et le même accelerando entamé. Ces séquences d'accelerando peuvent être jouées plusieurs fois.

Un autre exemple d'accelerando se trouve dans une partie d'une cérémonie du rite Mevlevî, l'Âyin, des derviches tourneurs. Quatre rythmes se succèdent dans une musique pour chœur et instruments ; le premier comporte vingt-quatre temps, est en noires, croches et doubles croches, tempo : cinquante à la noire. Un imperceptible accelerando amène le deuxième, dix temps, en blanches, noires et croches, tempo : cent douze à la noire (valeurs dédoublées, donc pas de changement brusque du mouvement, le tempo est en fait très lé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages






Écrit par :

  • : compositeur, fondatrice et directrice artistique de l'Association pour la collaboration des interprètes et compositeurs

Classification


Autres références

«  TEMPO  » est également traité dans :

CARTER ELLIOTT (1908-2012)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 675 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du néoclassicisme à la modulation métrique »  : […] Elliott Cook Carter Jr., né à New York le 11 décembre 1908, étudie auprès de Walter Piston et d'Edward Burlingame Hill à l'université Harvard, où il obtient un master of arts en 1932, puis à Paris, avec Nadia Boulanger, de 1932 à 1935 ; de ce fait, ses premières œuvres sacrifient au néoclassicisme qui prévaut alors. Mais il s'éloignera de cette esthétique aux relents « populistes » au bout de dix […] Lire la suite

GALOP, danse

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 109 mots

Danse tournée, de tempo rapide, sur un rythme à deux temps (2/4), établi sur le schéma : qui se groupe en formules de quatre, huit ou seize mesures. Cette danse serait d'origine bavaroise ou hongroise (cf. le Rutscher ou le Hopser ). Elle connut la faveur de l'Europe durant une cinquantaine d'années (1825-1875) et se plaçait ordinairement à la fin d'un quadrille. Parmi les musiciens qui en ont co […] Lire la suite

MESURE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 4 071 mots

Dans le chapitre « Le système classique »  : […] Dans la musique classique occidentale notée avec une assez grande précision, la partition d'une œuvre est divisée en parties égales par des barres de mesure ; les valeurs, notes ou silences, comprises entre ces barres constituent la mesure ; celle-ci comprend un nombre fixe (généralement entre deux et sept) de subdivisions appelées temps. Un chiffrage, au début de l'œuvre, indique sous forme de f […] Lire la suite

NOTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Mireille HELFFER, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 5 222 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Limites de la notation »  : […] Les signes qui figurent sur une partition ne sont que la traduction de l'œuvre. Pour lui donner sa réalité sonore, il faut un exécutant qui reproduise les signes notés. Il y a donc une certaine marge qui n'existe pas dans la notation littéraire, la marge de l'interprétation. Et, au-delà de cet élément fondamental, la notation connaît d'autres limites : œuvres sans destination instrumentale précise […] Lire la suite

POLYRYTHMIE

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 500 mots

La polyrythmie est constituée par la superposition de deux ou plusieurs rythmes différents ; les structures rythmiques qui la constituent se déroulent simultanément et indépendamment l'une et l'autre, chacune d'elles présentant soit une mesure différente de celle des parties voisines, soit des décalages d'accents, soit des schèmes rythmiques irréductibles entre eux, soit des tempi différents. Le […] Lire la suite

RUBATO

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 159 mots

En musique, indication d'ordre dynamique (en italien « volé, dérobé ») où la rigueur de la mesure est respectée pour le rythme de la basse, tandis que les notes du chant sont ralenties ou accélérées. La notion de rubato apparaît au xvii e  siècle (Giulio Caccini, Le Nuove Musiche , 1602 ; Luigi Rossi ; Pier Francesco Tosi, Opinioni de' cantori antichi e moderni , 1723) et au xviii e  siècle (Domen […] Lire la suite

SICILIENNE, danse

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 300 mots

Ancienne danse populaire de Sicile ( siciliano ), de rythme binaire (6/8, 12/8, quelquefois 6/4), de tempo modéré, très souvent écrite en mode mineur, ce qui est en harmonie avec son caractère volontiers sentimental, élégiaque et bucolique. C'est une sorte de forlane nettement ralentie. On mentionne déjà la sicilienne en 1389 et l'on en rencontre dans les éditions d'Ottaviano Petrucci (1505). Joha […] Lire la suite

THÈME, musique

  • Écrit par 
  •  • 1 036 mots

Un thème est un motif mélodique ou rythmique ou mélodico-rythmique, parfois harmonique, suffisamment typé pour être facilement reconnaissable, et suffisamment riche pour être développé, varié, transposé ou transformé. Ce terme fut précédé de bien d'autres vocables au cours de l'histoire : cantus ( firmus ), ténor ou teneur, phrase, idée musicale, sujet dans le cadre précis de la fugue. Le thème c […] Lire la suite

VALSE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 262 mots
  •  • 2 médias

Danse tournée moderne de rythme ternaire (3/4) . Elle s'exécute et s'écrit de plusieurs manières. On distingue la valse lente, la plus ancienne, et la valse viennoise, rapide, à pas glissés. Les origines de la valse sont controversées. G. Desrat ( Dictionnaire de la danse , 1895) estime qu'elle naquit en France ; il s'appuie sur l'existence, en Provence, de la volta ( xii e  s.), qui monta à Paris […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicole LACHARTRE, « TEMPO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tempo/