Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DERVICHES TOURNEURS

On donne communément, en Occident, en raison de leur danse caractéristique, le nom de derviches tourneurs aux membres de la confrérie, ou ṭarīqa, des Mawlāwī, disciples de Mawlānā Djalāl al-Dīn Rūmī. Le terme arabe de ṭarīqa (signifiant « chemin », « voie ») a pris deux acceptions en mystique musulmane ; il désigne tantôt une méthode de direction spirituelle menant, à travers diverses étapes, de la pratique littérale de la Loi révélée (sharī‘a) jusqu'à la Réalité ultime (ḥaqīqa) ; tantôt l'ensemble des rites préconisés pour la vie commune dans les confréries musulmanes et, par extension, ces communautés elles-mêmes (pluriel ṭuruq) ayant pour chef un maître qui tire lui-même son autorité de toute une chaîne (silsila) de maîtres spirituels qui remontent généralement au Prophète ou à son gendre, l'imām ‘Alī. Ce dernier cas est celui des Mawlāwī, nous dit Aflākī, leur hagiographe (Manāqib ul-‘Ārifīn, trad. C. Huart, Les Saints des derviches tourneurs, 2 vol., Paris, 1918-1922, t. I). L'appartenance à l'une de ces confréries — assez similaires aux tiers ordres chrétiens — peut entraîner la résidence dans un « monastère » (takya) pour des périodes plus ou moins longues, très rarement pour toute la vie.

La ṭarīqa des Mawlāwī a été fondée à Konya, au xiiie siècle, par Djalāl al-Dīn Rūmī, mais fut véritablement organisée par son fils, Sultān Walad, qui, aux dires d'Aflākī, « remplit de ses lieutenants le territoire de l'Asie Mineure ». La première takya de Konya devint le centre à partir duquel les autres furent créées. Dans les plus importantes, appelées āstāna, se faisaient les retraites (tchella), qui duraient mille et un jours ; c'est là aussi que les derviches recevaient un enseignement. Il existait des takya en Turquie, en très grand nombre ; en Syrie, en Égypte, et dans tout l'empire ottoman, jusqu'à Vienne. C'est le chef de la confrérie, habitant à Konya et portant le titre de tchelebi, qui avait le privilège, à partir du xvie et du xviie siècle, de ceindre de l'épée le nouveau sultan. Vingt et un tchelebis se sont succédé depuis Djalāl al-Dīn Rūmī. À partir du xvie siècle, les principales takya ont été construites par des émirs et des princes.

Au début, la confrérie était décentralisée et d'esprit très démocratique. Peu à peu, la faveur dont elle était l'objet de la part des sultans, qui s'en servirent souvent comme rempart contre les mouvements hérétiques et révolutionnaires d'autres sectes, lui conférèrent un caractère plus aristocratique. Mais elle ne perdit jamais les caractéristiques que lui avait imprimées son fondateur : esprit de large tolérance, ne faisant aucune différence entre les religions, amour de la science et de la beauté sous toutes ses formes. La littérature, la musique, la danse, la poésie et les traditions artistiques (calligraphie, notamment) des Mawlāwī exercèrent leur influence sur la culture, non seulement de l'Anatolie, mais de tout l'empire. En 1925, par ordre d'Ataturk, toutes les ṭuruq ont été supprimées en Turquie, et la takya de Konya a été transformée en musée. Il existe encore des centres mawlāwīs en Égypte, à Chypre, en Libye, au Liban, en Yougoslavie.

La célèbre danse tournoyante des Mawlāwī ou derviches tourneurs constitue un véritable office liturgique dont tous les gestes comportent un sens symbolique. Les derviches entrent dans la salle de la takya vêtus de blanc, symbole du linceul, et enveloppés d'un manteau noir représentant la tombe (ou la lourdeur terrestre). Ils s'en libèrent comme pour une nouvelle naissance. Leur haute toque est l'image de la pierre tombale. Le sheikh, au milieu des danseurs, représente le point d'intersection de l'intemporel et du temporel. Les derviches font d'abord trois tours,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CONFRÉRIES MUSULMANES

    • Écrit par Charles-Robert AGERON
    • 1 554 mots
    ...1750 par un chaïkh kabyle et devenue la plus importante confrérie algérienne (150 000 membres vers 1900, et 170 zāwīya) ; la Mawlāwīya (vulgairement «  derviches tourneurs »), se réfugia en Syrie après les persécutions des kémalistes ; la Sanūsīya, l'ordre des Senoussis, fondée en 1837 par le chaïkh algérien...
  • DJALĀL AL-DĪN RŪMĪ ou GALAL AL-DIN RUMI (1207-1273)

    • Écrit par Eva de VITRAY-MEYEROVITCH
    • 812 mots

    Poète persan né à Balkh, dans le Khorasan, mort à Konya, où son père, Bahā al-Dīn Walad, théologien éminent, avait été invité par le sultan seldjoukide à diriger une madrasa. Après avoir passé plusieurs années d'études à Alep et à Damas, où il rencontra sans doute Ibn al-‘Arabī, Djalāl al-Dīn...

  • DJĪLĀNĪ ou JĪLĀNĪ ‘ABD AL-QĀDIR (mort en 1166)

    • Écrit par Sayed Attia ABUL NAGA
    • 262 mots

    Docteur ḥanbalite et soufi d'origine persane, ‘Abd al-Qādir al-Djīlānī vécut à Bagdad. Il parvint à concilier l'orthodoxie avec le mysticisme. Il dirigea à Bagdad une école de la secte ḥanbalite et un ribāt (couvent) ; il réunit autour de lui un grand nombre de disciples...

  • ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

    • Écrit par Chafik CHEHATA, Roger DELADRIÈRE, Daniel GIMARET, Guy MONNOT, Gérard TROUPEAU
    • 12 170 mots
    ...les couches populaires, à partir du xiiie siècle. Ils portent le nom de leur fondateur : Suhrawardiyya, Kubrawiyya, Mawlawiyya, l'ordre des «  derviches tourneurs », fondé par « Mawlānā » Jalāl al-Dīn Rūmī (mort en 1273), grand poète en langue persane de l'amour mystique ; Qādiriyya, répandu assez...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi