TECTITES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractères morphologiques

La masse des tectites varie de 1 g à 13,2 kg. Dans le champ d'Australasie, où les objets sont le mieux conservés, les morphologies varient du sud au nord. En Australie, les formes à symétrie de révolution prédominent ; elles sont totalement absentes en Indochine, en Thaïlande et en Chine du Sud ; dans les régions intermédiaires (Java), les formes régulières sphéroïdales et irrégulières (larmes, poires, plaquettes) coexistent.

La morphologie très caractéristique de certaines tectites recueillies en Australie (australites « en boutons ») ne peut, semble-t-il, s'expliquer que par deux processus de fusion successifs : une fusion primaire, suivie d'un refroidissement rapide, qui produit d'abord une sphère vitreuse rigide ; une fusion partielle ultérieure qui, formant un bourrelet autour de la sphère primaire, donne à l'objet l'aspect d'un bouton. Cette modification d'une sphère vitreuse rigide a été reproduite en laboratoire et attribuée à un réchauffement lors de la traversée de l'atmosphère à très grande vitesse (5 à 10 km/s), cause d'une ablation (perte de masse par volatilisation partielle). Dean R. Chapman et Howard K. Larson, à partir de considérations aérodynamiques, ont estimé des angles et des vitesses d'entrée dans l'atmosphère pour les australites « en boutons », qui, d'après ces auteurs, ne pourraient provenir que de la Lune.

Bouton d'australite

Dessin : Bouton d'australite

Dessin

Reconstruction d'un bouton d'australite à partir de verre fondu constituant le bourrelet (vues de profil). Le volume manquant (perdu par vaporisation) représente 11 % de la masse de la sphère vitreuse primitive (d'après D.R. Chapman et H.K. Larson, 1963). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., co-directeur du laboratoire associé 286 (minéralogie des roches profondes et des météorites), C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  TECTITES  » est également traité dans :

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 573 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Impacts d'objets extraterrestres »  : […] La découverte d'un enrichissement exceptionnel en iridium dans une couche d'argile très fine au contact des strates crétacées et paléogènes affleurant près de Gubbio (Italie) a alerté la communauté scientifique sur des relations possibles entre des catastrophes terrestres, comme les extinctions en masse, et des collisions entre la Terre et des objets extraterrestres. Toute jeune, la Terre a subi […] Lire la suite

EXTINCTIONS BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT, 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 8 278 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une collision cosmique »  : […] En 1980, par un article resté célèbre, publié dans Science , Luis Alvarez et ses collaborateurs annonçaient la découverte dans les strates sédimentaires, à la limite Crétacé-Tertiaire, d'un enrichissement notable en iridium, qu'ils interprétaient comme la conséquence de la collision d'une énorme météorite avec la Terre. Le cataclysme provoqué par cet impact aurait été la cause des extinctions surv […] Lire la suite

MÉTÉORITES

  • Écrit par 
  • Mireille CHRISTOPHE MICHEL-LEVY, 
  • Paul PELLAS
  •  • 14 743 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Classification »  : […] On classe les météorites d'après les proportions métal-silicates en trois grands groupes : les pierres, les fers et les lithosidérites (ayant environ autant de métal que de silicates). Jusqu'en 1969, les tectites, masses vitreuses riches en SiO 2 , FeO, MgO et CaO et qui présentent souvent une morphologie attribuée à une traversée de l'atmosphère à grande vitesse, étaient considérées comme pouvant […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul PELLAS, « TECTITES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tectites/