ENSOR JAMES (1860-1949)

Artiste d'exception, Ensor, peintre et graveur belge, atteint la pleine maîtrise de ses moyens dès l'âge de vingt ans, mais sa prodigieuse imagination créatrice semble se tarir avant le tournant du xxe siècle. On a comparé sa carrière à un film montrant à l'accéléré près d'un demi-siècle de peinture, allant du naturalisme à l'expressionnisme et au surréalisme en passant par l'impressionnisme, le symbolisme et le fauvisme. On ne peut donc associer son nom à un style pictural défini ; il les transcende tous. Il n'a pas davantage élaboré de théorie artistique, mais a assimilé, en se jouant de leurs limites, toutes celles qui se sont succédé. Méconnu pendant ses années de génie, il fut fêté dans sa vieillesse, alors qu'il ne faisait que se survivre. Bien qu'il n'ait pas formé d'élève, tous les peintres belges contemporains se reconnaissent une dette à son égard. Son influence fut très grande dans les pays germaniques et nordiques ainsi qu'aux États-Unis. Il fut le « précurseur » de nombreux peintres : Frits Van den Berghe et Alechinsky, Nolde, Heckel, Grosz, Kubin, Klee, Jorn... Peintre des masques et des squelettes, individu solitaire, tourmenté par ses démons, il incarne l'inquiétude moderne, l'esprit de provocation, le conflit entre l'artiste et la société. Ses incursions dans le fantastique, sa fuite hors du réel touchent la sensibilité contemporaine plus que l'évasion d'un Gauguin vers un Éden mythique. Psychologues et psychanalystes se penchent sur le mystère de son brusque déclin, tandis que le message de ses jeunes années prend une signification universelle.

Ensor et son temps

James Sydney Ensor est né à Ostende d'une mère flamande et d'un père anglais qui, grand bourgeois cultivé, finit par devenir un raté. Sa famille tint longtemps une boutique de coquillages, d'objets exotiques et de souvenirs, qu'Ensor conserva plus tard en tant que décor insolite et chargé de sens. Il vécut « rivé à la mer », subjugué par sa lumière changeante. Ses débuts furent brillants m [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  ENSOR JAMES (1860-1949)  » est également traité dans :

BELGE JEUNE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 337 mots

Groupe fondé à Bruxelles, sous la présidence d'honneur de James Ensor et à l'initiative de Robert L. Delevoy, animateur depuis 1942 des salons « Apport » pour lesquels il installa, en 1944-1945, un jury qui devait constituer le noyau administratif de l'association Jeune Peinture belge. Parmi les artistes fondateurs, on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeune-peinture-belge/#i_11614

SPILLIAERT LÉON (1881-1946)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 857 mots

Dans le chapitre « Un art littéraire »  : […] Ainsi en va-t-il de ces deux artistes qui eurent une influence déterminante sur Spilliaert : James Ensor, dont l'œuvre de maturité n'est que la version aplatie, affaiblie et répétée de ses premières réussites, Maeterlinck, qui, après le très recueilli Trésor des humbles (1896) et la mystique naturelle de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-spilliaert/#i_11614

Pour citer l’article

Francine-Claire LEGRAND, « ENSOR JAMES - (1860-1949) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-ensor/