RIMES SYSTÈMES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Quel enfant sourd ou quel nègre fou / nous a forgé ce bijou d'un sou », s'exclame Verlaine, tout en rime et en multipliant les échos sonores à l'intérieur des vers. La poésie ne peut se passer de la rime — grâce à laquelle celle-là se distingue de la prose —, sauf si d'autres éléments rythmiques (système métrique, isomorphismes sonores divers) viennent occuper la fonction qui est la sienne. Cependant, la rime est partie constituante nécessaire de la poésie classique à forme fixe dont la « technique » repose en grande partie sur la nature, la distribution et la combinaison déterminées d'avance des rimes. Elles s'adressent aussi bien à l'œil qu'à l'oreille. Jean Mazaleyrat définit la rime comme « l'homophonie entre deux ou plusieurs mots, de leur dernière voyelle tonique ainsi que de tous les phonèmes qui, éventuellement, la suivent ».

En dehors ou plutôt au-dessus de la « technique de rimailler » intervient la qualité esthétique de la rime (que Verlaine fait semblant d'ignorer). Cette qualité prend sa source dans la « plus-value » de sens obtenue par la mise en relation spatiale et sonore des mots qui, jusque-là, ne communiquaient pas et qui n'ont aucun rapport morphologique, lexical ou sémantique. Cette exigence se généralise à partir du xviie siècle, mais déjà Clément Marot fait rencontrer « mon trépas » et « je ne meurs pas » pour figurer le caractère aléatoire de la réponse du monarque (Au Roi pour le délivrer de prison).

La nature, la qualité interne, la « richesse » de l'homophonie peut être représentée sur une échelle graduée : la correspondance d'un seul son écrit en une seule lettre est l'assonance, variété de rime minimale très usitée dans les chansons de gestes. La rime suffisante contient au moins une voyelle tonique écrite en deux lettres (fou/sou), elle est encore suffisante si une consonne suit cette voyelle. La richesse commence là où apparaît, en plus, la consonne dite d'appui qui précède la voyelle rimante. Au-delà de deux syl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RIMES SYSTÈMES DE  » est également traité dans :

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La forme qaṣīda ou le lyrisme d'un langage »  : […] On connaît la division tripartite de la qaṣīda. C'est d'abord le nasīb , prélude élégiaque né de la visite d'un campement déserté, d'une séparation au petit jour, ou de l'apparition de l'ombre de la Dame ; à partir de ces situations conventionnelles, utilisant souvent la fiction de réminiscences lointaines, l'amant évoque sa passion en termes érotiques ou courtois. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_93990

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Superstructures métriques »  : […] Dans la poésie littéraire traditionnelle, les vers ne sont pas les seules unités métriques : ils sont généralement regroupés, d'une manière systématique, en unités de niveau supérieur, essentiellement au moyen de la rime, parfois aussi au moyen des variations métriques ou de la répétition verbale. Ainsi dans ce passage de Horror , de Hugo : La graphie impose d'emblée un regro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrique/#i_93990

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formes »  : […] Selon son étymologie latine ( versus ), le vers se définit par le fait de revenir à la ligne. Or ce retour comporte deux implications presque contradictoires mais pour la tradition complémentaires : une rupture dans la continuité du discours et la récurrence de traits analogues d'un vers à l'autre, qui détermine précisément la périodicité du passage à la ligne. La forme vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_93990

RONDEAU

  • Écrit par 
  • Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET
  •  • 560 mots

Le rondeau qui naît de la danse, de la ronde , ancre ce qui deviendra une forme lyrique dans le corps, le rythme et la musique. Le Moyen Âge toutefois met plutôt le rondeau en rapport avec sa forme, à l'enseigne du rond . Pensée homologique qui au-delà de la stricte étymologie dit une essence formelle : le retour du refrain. Le rondeau comme texte poétiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rondeau/#i_93990

RUBĀ‘IYYĀT, Umar Khayyam - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marina GAILLARD
  •  • 962 mots

Dans le chapitre « Un problème d'attribution »  : […] L'énorme quantité des « quatrains » qui ont été attribués à Khayyām pose donc un problème d'authenticité presque insoluble. Un siècle environ après sa mort, moins de dix de ces poèmes sont mentionnés dans divers ouvrages, et seuls deux d'entre eux lui sont nommément attribués par Nadjm al-Dīn Rāzī (1223). Ce n'est que vers le milieu du xiv e  sièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruba-iyyat/#i_93990

SONNET

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 042 mots

Poème à forme fixe de quatorze vers répartis en quatre strophes, le sonnet tient dans la littérature européenne, et notamment française, une place extrêmement importante. On sait qu'« un sonnet sans défaut vaut seul un long poème » (Boileau), et qu'il suffit d'un sonnet pour rendre célèbre un écrivain (Arvers) ou pour ridiculiser un personnage de comédie (Oronte). Sans doute élaboré en Sicile au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonnet/#i_93990

STROPHE

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 334 mots

Originellement liée à la tragédie grecque dont elle désigne un moment, la strophe est un ensemble de vers reliés entre eux selon un schéma rythmique préétabli et/ou selon un système de rimes. Elle est encadrée par des lignes de blancs ou des silences et comporte parfois une césure. Un poème est composé la plupart du temps de strophes à structure identique. Cependant, il est possible de varier les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/strophe/#i_93990

VERS

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 1 746 mots

Dans le chapitre « Naissance de l'alexandrin »  : […] Utilisé pour la première fois dans le Pèlerinage de Charlemagne (fin xi e -début xii e  siècle), son nom apparaît seulement au xii e  siècle, dans une poésie épique, le Roman d'Alexandre . Ce vers de dou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vers/#i_93990

VERSIFICATION

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 1 216 mots

Dans les langues où la longueur de la syllabe est pertinente (soit par la nature de la voyelle, soit par sa position, c'est-à-dire son environnement consonantique de droite), les vers sont construits et identifiés d'après un nombre relativement fixe de pieds (séquence rythmée de syllabes longues, notées ▂, et de syllabes courtes, notées ⌣). Les vers de six pieds sont dits hexamètres, et sont surto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/versification/#i_93990

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « RIMES SYSTÈMES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-de-rimes/