SUPRAMOLÉCULAIRE (CHIMIE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Anneaux borroméens

Anneaux borroméens
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Fonctions de base

Fonctions de base
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Structures macropolycycliques

Structures macropolycycliques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Réactions 1 à 20

Réactions 1 à 20
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Tous les médias


Les cryptates d'ions métalliques di- et polynucléaires

Les ligands macropolycycliques comportant deux ou plusieurs sous-unités de fixation pour des ions métalliques forment des cryptates di- ou polynucléaires, dans lesquels la distance et la disposition des cations maintenus à l'intérieur de la cavité moléculaire peuvent être contrôlées par la conception du ligand. Ils permettent l'étude des interactions cation-cation (couplage magnétique, transfert d'électrons, propriétés redox et photochimiques), ainsi que l'inclusion de substrats pontants pour donner des complexes en cascade, qui sont d'un grand intérêt pour la modélisation bio-inorganique et la catalyse multicentre-multiélectron.

Selon la nature et le nombre des sous-unités de fixation et des ponts de liaison utilisés comme éléments de construction, on peut envisager une grande variété de structures macropolycycliques. Des ligands ditopiques comportant deux unités, qui peuvent être chélatantes, tripodales ou macrocycliques, fixent deux ions métalliques pour former des cryptates dinucléaires de divers types. La combinaison de trois ou quatre telles sous-unités conduit à des récepteurs d'ions métalliques tri- et tétratopiques. Des ligands dissymétriques, qui contiennent des sous-unités avec des sites de fixation « durs » et « mous », donnent des complexes dans lesquels les ions fixés agissent soit comme centres redox, soit comme acides de Lewis. Des représentants de ces types de ligands et de complexes ont été obtenus et étudiés.

Cryptates dinucléaires

Cryptates dinucléaires

Dessin

Quelques cryptates dinucléaires de cryptants macropolycycliques résultant de la connection de sous-unités chélatantes, tripodales et macrocycliques. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ainsi, les cryptates dinucléaires de cuivre (II) formés par des ligands macrocycliques (par exemple 12) ou des ligands macropolycycliques (par exemple 13) et contenant des groupes pontants (imidazolato, hydroxy ou azido) présentent un couplage antiferromagnétique ou ferromagnétique entre les ions et rappellent les sites dinucléaires des protéines à cuivre. Les macrobicycles latéraux sont dissymétriques dans leur conception même ; ainsi, la réduction monoélectronique du Cu(II), fixé à la sous-unité macrocyclique (12)-N2S2 dans le cryptate bis-Cu(II) 17, donne un complexe de valence mixte Cu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SUPRAMOLÉCULAIRE CHIMIE  » est également traité dans :

CHIMIE SUPRAMOLÉCULAIRE, en bref

  • Écrit par 
  • Arnaud HAUDRECHY
  •  • 282 mots

Au-delà de la vision moléculaire, où les atomes se combinent pour former des structures déjà complexes, il existe un autre domaine d'association qui implique cette fois des molécules pour donner des assemblages aux multiples applications. Ce champ d'études, appelé chimie supramoléculaire, implique des liaisons dites faibles (forces électrosta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-supramoleculaire-en-bref/

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 163 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La chimie moléculaire et la biochimie »  : […] La chimie organique traditionnelle s'est fortement élargie et s'étend aussi bien aux molécules biologiques complexes qu'aux molécules inorganiques ou aux macromolécules. Elle crée des édifices plus ou moins complexes et explique leurs propriétés. Outre les composés organiques classiques, on prépare et on étudie des molécules dans lesquelles le squelette organique est lié à des atomes métalliques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-histoire/#i_95370

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 832 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Chimie supramoléculaire »  : […] Charles John Pedersen (1904-1989), Donald James Cram (1919-2001) et Jean-Marie Lehn (né en 1939) sont les créateurs de la chimie supramoléculaire, ce qui leur valut le prix Nobel en 1987. L'un des germes en fut le modèle « clé-serrure », comme Emil Fischer (1852-1919) dénomma l'interaction spécifique d'un substrat et de sa poche réceptrice, au sein d'une enzyme. L'informatique fournit une autre s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-la-chimie-aujourd-hui/#i_95370

COMPLEXES, chimie

  • Écrit par 
  • René-Antoine PARIS, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 4 353 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Coordinats macrocycliques »  : […] De nouveaux coordinats, dont les applications potentielles sont nombreuses, ont été synthétisés récemment et conduisent à des complexes doués de propriétés remarquables (par exemple, solubiliser le permanganate de potassium dans des solvants non polaires comme le benzène !). En effet, il est connu que certaines substances naturelles macrocycliques, tels certains antibiotiques comme la valinomycin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexes-chimie/#i_95370

LEHN JEAN-MARIE (1939- )

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BEHR, 
  • Mir Wais HOSSEINI
  • , Universalis
  •  • 590 mots

Chimiste français né le 30 septembre 1939 à Rosheim (Bas-Rhin), Jean-Marie Lehn a reçu, en 1987, le prix Nobel de chimie, avec les Américains Donald J. Cram et Charles J. Pedersen. Ce prix récompense leurs travaux sur l'élaboration et l'utilisation de molécules « creuses » pouvant exercer, avec une haute sélectivité, une interaction spécifique de structure. Après des études secondaires au lycée F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-marie-lehn/#i_95370

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marie LEHN, « SUPRAMOLÉCULAIRE (CHIMIE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/supramoleculaire-chimie/