BORODINE MIKHAÏL MARKOVITCH GROUZENBERG dit (1884-1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Principal agent du Komintern en Chine dans les années vingt, Borodine joua un rôle important dans la réorganisation du Guomindang et dans l'application de la politique de la IIIe Internationale en Chine. Borodine avait rejoint les rangs du Parti social-démocrate russe (bolchevik) en 1903. Arrêté et exilé en 1906, il émigra aux États-Unis, fréquenta l'université de Valparaiso (Indiana), et fonda ensuite une école pour émigrés à Chicago. Après la révolution d'Octobre, il retourna en Russie et fut envoyé par le Komintern en Scandinavie, au Mexique, en Espagne, en Turquie et en Grande-Bretagne. Il se rendit en Chine en 1923 pour conseiller Sun Yat-sen après que celui-ci eut accédé à la demande des Soviétiques qui désiraient que les communistes chinois pussent se joindre au Guomindang. Borodine contribua de manière importante à la réorganisation du Guomindang sur le modèle du Parti bolchevik et à la mise sur pied d'une armée dévouée au parti, ce qui fit des nationalistes une force importante dans la politique chinoise. En 1927, Tchiang Kaï-chek, qui avait succédé à Sun Yat-sen mort en 1925, rompit avec les communistes et Borodine fut expulsé du pays. La politique de Staline, appliquée par Borodine, aboutit ainsi à un grave échec pour les communistes chinois qui furent écrasés. À son retour à Moscou, il devient vice-commissaire du peuple au Travail en 1932, directeur adjoint de l'agence Tass, puis, jusqu'en 1949, rédacteur au Sovinformburo. À la fin de 1949, il est nommé rédacteur en chef du journal Moscow Daily News, pour être arrêté en 1951 et fusillé dans le cadre de la liquidation des membres du Comité antifasciste juif.

—  Georges HAUPT

Écrit par :

  • : sous-directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  BORODINE MIKHAÏL MARKOVITCH GROUZENBERG dit (1884-1951)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Coopération avec les nationalistes »  : […] C'est du côté du Guomindang et de Sun Yat-sen que s'opère ce rapprochement nécessaire. Cette stratégie est conforme à la ligne générale d'alliance avec les « nationalistes bourgeois » pratiquée alors par le Komintern, mais elle correspond aussi à l'évolution interne de la situation chinoise. Sun Yat-sen est rentré une nouvelle fois à Canton au printemps de 1923 ; il est lassé de ses infructueuses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_21935

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Révolution permanente ou socialisme dans un seul pays ? »  : […] Avec la fin de la guerre civile et la victoire du régime bolchevique, les grandes puissances ont pris acte de l'existence, de facto, de la Russie soviétique. Toujours très isolée, celle-ci tente, dans les années 1920, de réintégrer progressivement la communauté des nations, mais à ses propres conditions, sans payer les dettes de l'État tsariste ni renoncer à son rôle de centre de la révolution mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_21935

Pour citer l’article

Georges HAUPT, « BORODINE MIKHAÏL MARKOVITCH GROUZENBERG dit (1884-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/borodine/