DEMIREL SÜLEYMAN (1924-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique turc, il fut Premier ministre à plusieurs reprises des années 1960 aux années 1990, avant d’être président de la République de 1993 à 2000.

Né à Islamköy dans la région d'Isparta (sud du plateau anatolien), au sein d'une famille de paysans aisés, Süleyman Demirel obtient son diplôme d'ingénieur en hydraulique en 1949 à Istanbul, puis bénéficie d'une bourse américaine pour étudier aux États-Unis. Rentré en Turquie, il est nommé, à trente et un ans, à la tête des Travaux publics, où son activité débordante lui vaut le surnom de « roi des barrages ».

Süleyman Demirel en campagne électorale, Turquie, 1979

Photographie : Süleyman Demirel en campagne électorale, Turquie, 1979

Süleyman Demirel, chef du Parti de la justice, pendant la campagne électorale de 1979, à l'issue de laquelle il retrouvera son poste de Premier ministre, qu'il a déjà occupé de nombreuses fois depuis les années 1960. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Après le coup d'État militaire du 27 mai 1960 qui renverse le gouvernement d'Adnan Menderes, dont il est le protégé, Demirel se fait homme d'affaires ; il y réussit fort bien en très peu de temps comme ingénieur-conseil et représentant de sociétés étrangères.

Toujours aussi actif, il se lance simultanément dans la politique au sein du Parti de la Justice (P.J.), qui succède au Parti démocrate, dissous en 1960. Inconnu du grand public, il crée la surprise en se faisant élire en 1964 à la présidence du P.J. Il bénéficie du soutien des amis d'Adnan Menderes et des milieux d'affaires qu'il a fréquentés au sein de la franc-maçonnerie turque. Il fait ses classes politiques en tant que vice-Premier ministre dans le gouvernement de transition de Suat Hayri Urgüplü de février à octobre 1965. Sous sa direction, le P.J. obtient, aux élections d'octobre 1965, la majorité absolue au Parlement, en dépit du système proportionnel, spécialement façonné pour morceler les suffrages. Il triomphe : il est l'homme de la grande bourgeoisie et des Américains.

Mais, aussitôt après, les difficultés commencent pour lui : une partie des classes privilégiées qui le soutiennent se détourne de lui ; il doit faire face à la gauche qui augmente son audience, à l'agitation estudiantine dans les universités et à des relations sociales détériorées. Il emporte les élections de 1969, mais avec beaucoup moins de suffrages qu'en 1965. Peu après, l'aile droite de son parti fait scission. Sa position personnelle est affaiblie par les scandales financiers auxquels sont mêlés ses frères. L'émeute ouvrière de juin 1970 inquiète terriblement les milieux d'affaires. Abandonné par ces derniers, qui ne croient plus à son aptitude à gouverner, il est forcé à démissionner par les chefs de l'armée, le 12 mars 1971. Il contrôle toujours le P.J. et revient peu à peu au premier plan, mais il perd les élections d'octobre 1973.

Après le bref intermède du gouvernement de Bülent Ecevit (janvier-septembre 1974), Demirel s'emploie à constituer une coalition des partis de droite, appelée le Front national. Le libéral des années 1960 a changé. Sur le plan économique il reste le partisan de la libre entreprise, mais sur le plan politique il adopte la manière forte. Il se rapproche du Parti d'action nationale du colonel Alparslan Türkes, dont les commandos bien armés et entraînés lui fournissent une force de frappe redoutable. Le gouvernement du Front national, constitué en avril 1975 après six mois d'efforts, mène une politique électoraliste qui ruine l'économie et pratique une politique de force et d'intimidation à l'égard de l'opposition et des syndicats. Demirel réussit à faire accepter l'organisation d'élections anticipées, le 5 juin 1977, à un moment qu'il a choisi, ce qui lui permettra de limiter l'avance du Parti républicain du peuple (C.H.P.). Celui-ci ne réussit pas à obtenir la majorité absolue tandis que le P.J., bien que second, derrière le C.H.P., augmente considérablement ses suffrages au détriment de ses partenaires au sein de la coalition, sauf le parti fasciste de Türkes dont le nombre des députés passe de trois à seize. Devant l'échec de Bülent Ecevit à former un gouvernement de coalition, le Front national garde le pouvoir sous la direction de Süleyman Demirel, qui aura ainsi réussi le tour de force de rester au pouvoir malgré deux défaites électorales successives.

Cependant, les politiques économiques poursuivies par le Front national ayant conduit le pays au bord de la catastrophe, la coalition dirigée par Demirel éclate à la fin de 1977. De nouveau dans l'opposition, il regagne patiemment le terrain perdu et obtient avec le P.J. un franc succès aux élections partielles d'octobre 1979. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Süleyman Demirel en campagne électorale, Turquie, 1979

Süleyman Demirel en campagne électorale, Turquie, 1979
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Süleyman Demirel, 2000

Süleyman Demirel, 2000
Crédits : Tarik Tinazay/ EPA

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : politologue, essayiste, directeur de la revue Anatoli : de l'Adriatique à la Caspienne

Classification

Autres références

«  DEMIREL SÜLEYMAN (1924-2015)  » est également traité dans :

ECEVIT BÜLENT (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Ali KAZANCIGIL
  •  • 1 140 mots
  •  • 2 médias

Homme politique turc, Bülent Ecevit est aussi poète et critique d'art. Taxé de rêveur par ses adversaires, il se révèle être un redoutable tacticien. Il écrit des poèmes exaltant l'amitié gréco-turque, mais n'hésite pas à envoyer ses armées envahir la moitié de Chypre et à risquer une guerre avec la Grèce. Les multiples facettes de sa riche personnalité lui ont acquis en quelques années une rép […] Lire la suite

EVREN KENAN (1917-2015)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 732 mots

Général turc, instigateur du coup d’État de 1980, Kenan Evren est né dans l’Empire ottoman le 17 juillet 1917 à Alaşehir, en Anatolie occidentale, dans l’Ionie largement peuplée de Grecs. Celui qui était surnommé le « Pinochet turc » est issu d’une famille de réfugiés turcs d’Üsküb (Skopje à partir de 1913, aujourd’hui en Macédoine du Nord), chassée par l’armée serbe en 1913, lors des guerres bal […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « En Turquie »  : […] Du temps d' Atatürk et d'Ismet Inǒnü, le pouvoir politique s'est totalement identifié au Parti républicain du peuple, dont l'un des six principes était le laïcisme. Ce principe, appliqué avec rigueur jusqu'en 1946, a paru connaître quelque écho dans une partie de la population, essentiellement celle des grands centres urbains ; mais l'effort de modernisation et d'instruction entrepris n'a pu atte […] Lire la suite

KURDES

  • Écrit par 
  • Thomas BOIS, 
  • Hamit BOZARSLAN, 
  • Christiane MORE, 
  • Éric ROULEAU
  •  • 16 404 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Escalade de la violence »  : […] Depuis 1990, le développement de la guérilla a conduit Ankara à accentuer sa politique de répression indiscriminée (assassinats politiques, destructions de villages, arrestations de sympathisants supposés du P.K.K., torture, répression de manifestations pacifiques, etc.) couverte par des lois d'exception : décrets-lois 413 et 424 (9 avr. et 9 mai) qui accroissent les pouvoirs discrétionnaires du s […] Lire la suite

TÜRKES ALPARSLAN (1917-1997)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 649 mots

Leader incontesté des ultranationalistes turcs pendant plus de trois décennies, Alparslan Türkes est né à Nicosie (Chypre) en 1917. Il poursuit ses études à l'école de guerre et entre dans l'armée turque en 1938. En juin 1941, la Turquie et l'Allemagne nazie signent un traité d'amitié. Alparslan Türkes, jeune officier chargé de la propagande, approuve. Alors que les agents de la Gestapo, très nomb […] Lire la suite

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 41 638 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'ère de l'instabilité politique »  : […] Les élections municipales de 1989 sont marquées par un recul important de l'ANAP, que confirment les élections législatives de 1991 : celles-ci sont gagnées par le DYP (27 p. 100) devant l'ANAP qui n'obtient que 24 p. 100, suivi du SHP (20,8 p. 100) et les islamistes du RP, qui font un bond considérable, remportant 16,9 p. 100 des suffrages. Le DYP et le SHP forment un gouvernement de coalition so […] Lire la suite

Les derniers événements

5 avril 2000 Turquie. Rejet de la transformation du mandat présidentiel

Le président Suleyman Demirel ne pourra donc pas se représenter en mai. Le Premier ministre, Bülent Ecevit, qui défendait cet amendement, craint que l'élection d'une nouvelle personnalité ne détruise l'équilibre politique sur lequel repose sa coalition gouvernementale.  […] Lire la suite

2-28 mai 1999 Turquie. Formation d'un gouvernement de coalition

Le 2, le président Süleyman Demirel charge le Premier ministre sortant, Bülent Ecevit, qui a remporté les élections législatives d'avril, de former le gouvernement. Lors de la prestation de serment des nouveaux députés, une élue du Parti de la vertu, Merve Kavakci, qui se présente la tête couverte du foulard islamique, provoque la colère des élus. […] Lire la suite

1er-30 juin 1997 Turquie. Remplacement du Premier ministre Necmettin Erbakan par le chef de l'opposition Mesut Yilmaz

Le 18, Necmettin Erbakan présente sa démission au président Süleyman Demirel, à qui il demande de le remplacer par Tansu Ciller. Le 20, le président Demirel nomme Premier ministre le chef de l'opposition Mesut Yilmaz, leader de l'A.N.A.P., deuxième formation à l'Assemblée en nombre d'élus. L'A.N.A.P. et le D.Y.P. avaient formé une coalition gouvernementale entre mars et juin 1996. […] Lire la suite

4 février - 5 mars 1997 Turquie. Tension entre l'armée et le Refah

Le 24, le président Süleyman Demirel appelle l'attention du Premier ministre sur le « malaise des militaires ». Le 28, le Conseil national de sécurité, qui réunit le chef de l'État, le Premier ministre et les principaux ministres, le chef d'état-major et des généraux de l'armée et de la gendarmerie, publie un communiqué qui appelle le gouvernement à adopter des mesures à l'encontre des groupes radicaux qui menacent la laïcité. […] Lire la suite

6 juin - 8 juillet 1996 Turquie. Nomination du dirigeant islamiste Necmettin Erbakan au poste de Premier ministre

Le 7, le président Suleyman Demirel charge Necmettin Erbakan, chef du Refah, de former le nouveau gouvernement. Le Refah a remporté les élections législatives de décembre 1995, mais ne dispose pas d'une majorité parlementaire. Le 28, Necmettin Erbakan est nommé Premier ministre d'un gouvernement de coalition formé avec le D.Y.P. Tansu Ciller devient vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ali KAZANCIGIL, « DEMIREL SÜLEYMAN - (1924-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/suleyman-demirel/