MENDERES ADNAN (1899-1961)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Co-fondateur du Parti démocrate turc (P.D.), qu'il mène à la victoire aux élections de 1950 contre le Parti républicain du peuple (P.R.P.), Adnan Menderes est Premier ministre de 1950 à 1960. Sa carrière politique se termine par l'arrivée au pouvoir d'une junte militaire, qui le condamne à mort le 17 septembre 1961. Dès l'après-guerre, il se veut défenseur du monde libre autour de la Méditerranée, la Turquie devant être un bastion contre le communisme. Aussi en fera-t-il l'alliée des États-Unis, en échange d'une aide économique et militaire.

Né près d'Izmir en 1899, Menderes fait ses études au collège américain de cette ville, puis il étudie le droit à l'Université d'Istanbul. Diplômé, il revient vivre auprès de sa famille, des paysans aisés, et s'efforce d'introduire des méthodes modernes dans l'agriculture. Dès 1923, il travaille dans une organisation politique et se fait remarquer par Kemal Atatürk. Élu député du parti unique, le P.R.P., en 1930, il rejoint en 1946 Djelal Bayar pour fonder le P.D. composé à ses débuts de dissidents du P.R.P. Ces « démocrates » sont farouchement nationalistes et anticommunistes. Promettant le progrès social et économique, ils n'hésitent pas à se dire partisans d'un retour aux valeurs traditionnelles pour obtenir l'appui des masses paysannes, remettant en question la laïcité de l'État turc. Après les élections de 1946, Menderes et Bayar ouvrent leur parti aussi bien aux kémalistes réformistes qu'aux libéraux ou encore à des hommes d'extrême droite. Ils mettent à profit la sclérose de la vie politique, engendrée par la dictature du P.R.P. et d'Ismet Inonu, pour tenter d'insuffler un vent nouveau à la vie politique. En réalité, le P.D. se contente de reprendre les thèmes et projets des kémalistes. Plus démagogue toutefois, il remporte 408 sièges aux élections de 1950, n'en laissant que 69 au P.R.P. Bayar devient président de la République, Menderes forme le nouveau cabinet.

Bénéficiant du soutien de toutes les couches de la populatio [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MENDERES ADNAN (1899-1961)  » est également traité dans :

BAYAR CELÂL (1883-1986)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 1 117 mots

avec 393 députés. Le 22 mai 1950, Celâl Bayar est élu président de la République et Adnan Menderes président du Conseil. La politique libérale est immédiatement mise en application : des avantages multiples sont accordés aux agriculteurs, les sociétés étrangères sont invitées à investir en Turquie, les règles strictes de la laïcité officielle sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celal-bayar/#i_45717

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 603 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « De l'État kémaliste à la démocratie bourgeoise »  : […] formé du président de la République Celâl Bayar (ancien Premier ministre d'Atatürk) et du Premier ministre Adnan Menderes (grand propriétaire terrien de la région d'Izmir), le pouvoir démocrate constitue un tournant dans l'histoire politique turque. C'est pendant les années cinquante que la Turquie amorce la dernière phase de son passage vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_45717

Pour citer l’article

Jean-Charles BLANC, « MENDERES ADNAN - (1899-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adnan-menderes/