Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SUITE, musique

À l'origine, on désignait par « suite » une série d'airs de danse écrits dans la même tonalité (majeure ou mineure) mais de rythme et de caractère différents.

On peut faire remonter au Moyen Âge l'usage de lier les danses, deux par deux : une lente et une vive. On remarque aussi que l'estampida ou estampie, danse d'origine provençale, est divisée en plusieurs sections — ou puncta — offrant, par l'alternance des cadences « ouvertes » ou « closes », une périodicité mélodique interne.

Avec la Renaissance apparaît un abondant répertoire. On trouve ainsi, en 1508, dans les premières tablatures publiées par l'éditeur vénitien Petrucci (Intavolatura de lauto), des suites de trois danses : pavane, saltarelle, piva (danse modérée à 6/8).

Gaillarde - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Gaillarde

Mais le couple traditionnel au xvie siècle est constitué par la pavane et la gaillarde. La pavane, d'origine italienne, tire son nom de la ville de Padoue (padovana). C'est la danse noble, par excellence. La gaillarde, par contraste, danse alerte à trois temps, fournit aux jeunes cavaliers l'occasion d'éblouir leurs partenaires par leur agilité. L'étiquette veut d'ailleurs que les bals de Cour s'ouvrent par une danse solennelle, à laquelle succède la danse vive réservée aux plus jeunes seigneurs et damoiselles.

Au couple pavane-gaillarde se joignent les autres danses favorites de l'époque : basse danse, branles simple et double, tourdion, puis volte et passamezze. D'autre part, les luthistes ont l'habitude de faire précéder ces séries de danses d'un prélude improvisé, qui leur permet d'assurer l'accord de leur instrument et d'imposer la tonalité. Ce prélude devait avec les clavecinistes, prendre un caractère plus élaboré, tout en conservant néanmoins son aspect de « musique non mesurée ».

En passant du luth au clavecin, la suite s'enrichit de nouvelles danses, qui remplacent les rythmes de la Renaissance tombés en désuétude : sarabandes, allemandes, courantes, menuets, passepieds, rigaudons, bourrées... La gigue, d'origine anglaise, n'apparaît, elle, que plus tard. La suite pour clavier devient, ainsi, la première forme organisée de musique instrumentale.

Alors qu'en Italie et en Allemagne, on la nomme partita, et en Angleterre lessons, elle est baptisée ordre sous la plume de François Couperin.

En se développant, la suite admet des morceaux de caractère plus abstrait et plus ample : la toccata, par exemple, remplaçant le prélude. Frescobaldi fait paraître, en 1614, ses Toccate e Partite d'intavolatura di cembalo. Certaines danses sont pourvues de « double » ou variation. L'usage se répand de faire alterner un menuet en majeur et un menuet en mineur, avec reprise du premier. (Il en est de même pour les passepieds et rigaudons.) On trouve quelquefois, en guise de final, des pièces développées en forme de chaconne ou de passacaille, genres qui connaîtront une carrière indépendante. Enfin mentionnons l'introduction de pièces descriptives ou pittoresques qui, groupées, constituent de véritables programmes : en exemple, Couperin avec Les Fastes de la grande et ancienne Ménestrandise et Les Folies françaises ou les Dominos.

En Allemagne, on se montre moins fantaisiste ; les formes sont plus rigides et tendent à la standardisation : prélude, allemande et son double, courante et son double, sarabande, gigue.

Quoi qu'il en soit, de Froberger à Jean-Sébastien Bach, de Frescobaldi à Purcell puis Haendel, de Couperin à Rameau, la suite de clavecin domine l'époque baroque comme forme essentielle de la musique instrumentale. Par extension, toute composition instrumentale en plusieurs mouvements prend le caractère d'une suite obéissant aux principes de l'unité tonale et de l'alternance des rythmes (Sonata da camera et Sonata da chiesa). Il faut[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Gaillarde - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Gaillarde

Autres références

  • ALLEMANDE, danse

    • Écrit par Pierre-Paul LACAS
    • 193 mots

    Danse lente à 4/4, connue depuis 1575 environ ; elle semble dériver du branle (en allemand, Reigen), qui se développa dans les pays germaniques en opposition à la pavane, alors tombée en désuétude. L'allemande est de structure ABA. Aux xviie et xviiie siècles, en France, elle est...

  • BASSE-DANSE

    • Écrit par Pierre-Paul LACAS
    • 307 mots

    Selon la plupart des auteurs, danse de cour, à deux temps (parfois à trois), de tempo lent, au caractère grave et solennel, répandue en France et en Italie (bassa danza). La basse-danse doit son nom à ses pas marchés ou glissés, donc effectués à ras de terre, « bas », par opposition aux danses...

  • CHAMBONNIÈRES JACQUES CHAMPION DE (1601 env.-1670 ou 1672)

    • Écrit par Pierre-Paul LACAS
    • 720 mots

    Organiste et compositeur, mais aussi le plus grand virtuose du clavecin vers le milieu du xviie siècle français ; il est le plus célèbre d'une longue lignée de musiciens qui part de Jacques Champion, chantre de Charles Quint, en passant par Nicolas, lui aussi chantre de la chapelle impériale, Thomas,...

  • COUPERIN LES

    • Écrit par Philippe BEAUSSANT, Pierre-Paul LACAS
    • 5 500 mots
    • 2 médias
    ...L'Astrée) sous de nouveaux titres (La Françoise, L'Espagnole, La Piémontoise) ainsi que L'Impériale, en les complétant chacune d'une suite à la française. Les sonates à l'italienne constituent ainsi des sortes de préludes à ces suites nouvelles – qui forment le recueil des ...
  • Afficher les 15 références

Voir aussi