GAILLARDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Danse qui apparaît en Lombardie à la fin du xve siècle. De 1550 à 1650 — époque de la gaillarde, selon C. Sachs —, elle fut fort répandue. En 1529, on la dansait déjà à Paris et, en 1541, en Angleterre. Elle aurait été primitivement dénommée en France romane ou romanesque. Succédant toujours à la pavane, c'était une danse sautée, vigoureuse, sur une mesure ternaire rapide, à cinq pas (en général) ; son caractère gai et exubérant l'opposait à la pavane, binaire et grave. Elle se chantait et se jouait au luth. Elle devint danse de cour, mais la mode n'en subsista que dans les tablatures d'orgue (E. N. Ammerbach, 1571) et dans les suites. Le saltarello, qu'elle remplaça, et la romanesca sont souvent, en Italie, confondus avec elle. On appelle pas de gaillarde, un assemblé se composant d'un pas marché et d'un pas tombé. Enfin, la gaillarde est aussi un air à trois temps, gai, de tempo modéré, modèle unique sur lequel furent dansées les gaillardes du xvie siècle.

Gaillarde

photographie : Gaillarde

photographie

Danseurs de gaillarde, en 1588. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification

Autres références

«  GAILLARDE  » est également traité dans :

Gaillarde «Lord Salisbury», GIBBONS (Orlando)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 404 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Membre d'une famille illustre de musiciens anglais, Orlando Gibbons occupe, de 1605 à sa mort, le poste prestigieux d'organiste de la chapelle du roi Jacques I er . En 1625, il organise les solennités qui entourent les funérailles de Jacques I er et prépare les festivités organisées pour accueillir Henriette Marie de France, future reine d'Angleterre. Son catalogue comporte surtout de la musique […] Lire la suite

SUITE, musique

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 1 052 mots
  •  • 1 média

À l'origine, on désignait par « suite » une série d'airs de danse écrits dans la même tonalité (majeure ou mineure) mais de rythme et de caractère différents. On peut faire remonter au Moyen Âge l'usage de lier les danses, deux par deux : une lente et une vive. On remarque aussi que l' estampida ou estampie , danse d'origine provençale, est divisée en plusieurs sections — ou puncta — offrant, pa […] Lire la suite

The Earl of Essex Galliard, DOWLAND (John)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 578 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Luthiste, chanteur et compositeur, l'Anglais John Dowland est, de 1580 à 1584, au service de l'ambassadeur d'Angleterre à Paris. Déçu de ne pas obtenir en 1594 le poste de luthiste à la cour d'Élisabeth I re (probablement parce qu'il s'est converti au catholicisme), il décide de quitter l'Angleterre ; il réside en Allemagne et en Italie avant d'être engagé en 1598 comme luthiste du roi Christian […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « GAILLARDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaillarde/