SUDÈTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En géographie, les Sudètes désignent une partie du territoire nord-est du quadrilatère de Bohême se situant entre la Porte de Moravie et les monts des Géants (Karkonosze).

Population de langue allemande, les Sudètes ont en vain demandé leur rattachement à l'Allemagne en 1919 lors du traité de Versailles. Dès le début du national-socialisme, Hitler soutient leur revendication et un parti nazi est fondé en 1933 : le Parti allemand des Sudètes. Son chef est Conrad Henlein. Les élections municipales de mai 1938 lui donnent 70 p. 100 des voix allemandes. Il réclame l'autonomie dans un État fédéraliste. Malgré la pression des gouvernements de Londres et de Paris, Prague refuse et, le 21 mai 1938, procède même à une mobilisation partielle. Hitler réplique en menaçant d'envoyer l'armée allemande libérer les Sudètes. La tension internationale ne cesse alors de grandir. La France avait signé avec la Tchécoslovaquie en 1925 un traité d'alliance, et, depuis 1935, un pacte d'assistance mutuelle liait Prague, Moscou et Paris. En août 1938, le Premier ministre britannique fait accepter par la France une médiation entre Sudètes et Tchèques, confiée à lord Runciman. Le 14 septembre, les conversations entre Sudètes et Tchèques sont rompues. Henlein réclame alors le rattachement des Sudètes au IIIe Reich, et provoque ainsi une crise dramatique. Cette crise, au cours de laquelle la menace d'une guerre grandit d'heure en heure, voit son dénouement à Munich au cours d'une conférence tenue les 29 et 30 septembre entre Hitler et Mussolini d'une part, Daladier et Chamberlain de l'autre. Les revendications de Hitler sont acceptées sans l'avis de Prague. Le 1er octobre 1938, l'occupation allemande commence, qui enlève à la Tchécoslovaquie 30 000 kilomètres carrés et 3 millions d'habitants.À la fin de la Seconde Guerre mondiale, celle-ci récupère ce territoire mais les Sudètes n'y sont plus qu'à peine 300 000 et leur nombre ira en décroissant.

—  André BRISSAUD

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SUDÈTES  » est également traité dans :

ACCORDS DE MUNICH

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 213 mots
  •  • 1 média

Fidèle à son pangermanisme proclamé, Adolf Hitler réclame avec plus d'insistance que jamais, en septembre 1938, la cession au III e  Reich du territoire tchécoslovaque sur lequel vit la minorité germanophone des Sudètes. L'Allemagne est prête à la guerre pour obtenir gain de cause. Le 28 septembre, Benito Mussolini, poussé en ce sens par le Premier ministre britannique Arthur Neville Chamberlain, […] Lire la suite

BOHÊME, géologie et géographie

  • Écrit par 
  • Joseph SCHULTZ
  •  • 925 mots

Čechy en tchèque, la Bohême est d'abord une unité naturelle, une cuvette entourée de toutes parts par un rempart de montagnes. Les Krušné Hory (monts Métallifères, Erzgebirge), au nord-ouest, dominent par un véritable abrupt l'intérieur du « quadrilatère ». Au nord, les Sudètes, succession de horsts et de grabens, sont hérissés de blocs cristallins élevés (Krkonoše, 1 602 m, Jeseníky, 1 492 m) et […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 016 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La question nationale dans la stratégie de la IIIe Internationale »  : […] Confrontée aux querelles nationales et aux conflits frontaliers qui agitent en permanence l'Europe centrale dans l'entre-deux-guerres, la III e Internationale n'a pas arrêté une position de principe de nature à lui donner une ligne de conduite homogène et cohérente dans ce domaine. Les débats théoriques qui agitaient le mouvement social-démocrate avant la Première Guerre mondiale n'ont plus cours […] Lire la suite

HENLEIN KONRAD (1898-1945)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 307 mots

Homme politique germanophone, né le 6 mai 1898 à Maffersdorf bei Reichenberg, dans les Sudètes en Bohême (Autriche-Hongrie, auj. Vratislavice nad Nisou, près de Liberec, en Rép. tchèque), mort le 10 mai 1945 à Plzeň (auj. Rép. tchèque). Konrad Henlein, après des études de commerce, est employé de banque puis professeur de gymnastique. Il est responsable du Deutsche Turnbewegung (mouvement de gymn […] Lire la suite

HITLER ADOLF (1889-1945)

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 4 747 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le chef de régime »  : […] La nomination de Hitler au poste de chancelier, le 30 janvier 1933, ne fut pas la conséquence d'une victoire électorale . Aux élections de novembre 1932, le Parti nazi avait perdu des voix par rapport à celles de juillet, passant de 37,3 à 33,1 p. 100 des suffrages (196 sièges). Cette nomination fut le résultat des intrigues d'une poignée de conservateurs, menés par Franz von Papen ; désireux de […] Lire la suite

MUNICH (ACCORDS DE)

  • Écrit par 
  • Georges-Henri SOUTOU
  •  • 900 mots
  •  • 5 médias

Avec le rattachement au Reich des trois millions d'Allemands des Sudètes, les accords de Munich du 29 septembre 1938 marquent une étape décisive dans le programme d'expansion de l'Allemagne nazie. Avant l'Anschluss, les revendications de ces derniers ne portaient que sur un degré plus large d'autonomie. Mais, le 24 avril 1938, un congrès des Allemands des Sudètes présidé par Henlein réclame la cr […] Lire la suite

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 233 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le piémont méridional et les franges montagneuses »  : […] Le tiers méridional du pays se compose d'un vaste piémont adossé à un système montagneux de structure complexe. Formé de plateaux et de bassins aux paysages variés, le piémont méridional comprend à l'est le plateau de Lublin, recouvert en son centre de sols lœssiques, le bassin de Sandomierz au confluent de la Vistule et du San ; au centre, la Petite Pologne se compose du massif de Sainte-Croix ( […] Lire la suite

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 872 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  La Tchécoslovaquie de 1945 à 1968 »  : […] Entre la libération en mai 1945 et le « coup de Prague » de 1948, la Tchécoslovaquie a connu une évolution politique originale par rapport aux autres pays d'Europe de l'Est libérés par l'Armée rouge. Alors que certains de ces pays avaient subi soit une soviétisation rapide et brutale (Roumanie, Bulgarie), soit la fameuse « tactique du salami » (Pologne, Hongrie), la Tchécoslovaquie a connu de 1945 […] Lire la suite

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 244 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les résurgences du passé »  : […] Bien que la commémoration de la « révolution de velours » ait de moins en moins d'adeptes, elle est l'occasion de campagnes visant à interdire les symboles et l'idéologie communistes, comme l'a demandé, par exemple, en février 2005, un groupe de sénateurs et d'anciens leaders étudiants, par le biais d'une pétition. Mais certains s'interrogent sur la pertinence d'une proposition de loi qui vise à […] Lire la suite

TROISIÈME REICH (1933-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 9 940 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Munich »  : […] Encouragé par ce succès, Hitler ne tarda pas à s'en prendre à la Tchécoslovaquie. Le 30 mai 1938, une instruction secrète à la Wehrmacht prévoyait « le démembrement de ce pays dans un proche avenir par une action militaire ». Le prétexte fut fourni par l'agitation de la minorité sudète. L'Angleterre ayant conseillé à Prague de faire droit aux revendications des Sudètes, tout dépendait de l'attitu […] Lire la suite

Les derniers événements

République tchèque – Union européenne. Difficile ratification du traité de Lisbonne. 29 octobre - 3 novembre 2009

irlandais du 3 octobre, le président Klaus demandait une « exemption similaire » à celle qui a été accordée au Royaume-Uni et à la Pologne, afin d'empêcher les Allemands des Sudètes, expulsés de Tchécoslovaquie en 1945, d'obtenir réparation devant la justice européenne. Le 3 novembre, la Cour […] Lire la suite

Allemagne – République tchèque. « Déclaration commune » sur la question des Sudètes. 21 janvier 1997

Après plus de dix-huit mois de négociations, le chancelier allemand Helmut Kohl et le Premier ministre tchèque Václav Klaus signent, à Prague, une « déclaration commune » destinée à régler le contentieux historique relatif à la région tchèque des Sudètes, annexée au Reich en 1938 et dont […] Lire la suite

Allemagne – Tchécoslovaquie. Signature d'un traité d'amitié et de coopération. 27 février 1992

en 1938 et à l'expulsion de 2,9 millions d'Allemands en 1945, ce traité relance le contentieux. En raison du silence du texte sur l'indemnisation des Sudètes expulsés, les Tchécoslovaques craignent des concessions ultérieures et protestent contre l'hégémonie renaissante de l'Allemagne […] Lire la suite

Tchécoslovaquie. Signature de traités avec la France ; l'U.R.S.S., l'Allemagne et la Pologne. 1er-8 octobre 1991

avec l'U.R.S.S., l'Allemagne et la Pologne. Il s'agit de régler non seulement des contentieux frontaliers nés de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi celui qui résulte de l'occupation des troupes soviétiques après 1968. Le 8, le traité germano-tchécoslovaque est paraphé, mettant ainsi fin à des négociations compliquées par les revendications de la minorité allemande des Sudètes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « SUDÈTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sudetes/