Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

STYLE INTERNATIONAL, architecture

La notion de style international qui couvre une aire fort large de l'architecture du xxe siècle, est contenue dans Internationale Architektur, panorama de l'architecture établi en 1924 par Gropius. Elle a été explicitée en 1932, sinon effectivement fondée à la suite d'une suggestion d'Alfred Barr, alors directeur du Museum of Modern Art de New York dans l'ouvrage de Henry Russel Hitchcock et de Philip Johnson : The International Style Architecture Since 1922, à l'occasion de la première Exposition internationale d'architecture moderne organisée, précisément, au Museum of Modern Art de New York et où Le Corbusier, Gropius, Oud et Mies van der Rohe furent présentés comme les initiateurs et les guides de la nouvelle architecture. Après avoir ainsi désigné l'architecture des années 1920-1930, c'est-à-dire celles qui voient se former et s'agencer les éléments d'un nouveau langage, elle a ensuite, par extension et malgré les controverses qu'elle suscite, été utilisée pour identifier globalement l'architecture des années 1930-1950 (H. R. Hitchcock, « The International Style Twenty Years After », in Architectural Record, vol. CX, 1952).

Au niveau théorique, le style international du premier demi-siècle apparaît comme une résultante des positions rationalistes incorporées à la culture américaine après 1933 (fuite devant le nazisme et fixation aux États-Unis des animateurs du Bauhaus), introduites en Amérique du Sud par les disciples de Le Corbusier (Costa, Niemeyer, Reidy, Moreira), au Japon et au Moyen-Orient par des épigones de Le Corbusier (Maekawa, Wogenscky), des élèves du Bauhaus (Mizutani, Yamawaki) et des adeptes du Werkbund (Kishida, Sato, Yoshida), et des tendances classiques du Bauhaus, du Stijl et de l'Esprit nouveau. Au niveau pratique, le style international est un corollaire de l'essor technologique (normalisation, standardisation des composantes du bâtiment, béton armé, voile de béton, ossature d'acier, mur-rideau). Au niveau socio-économique, il est marqué par le développement (souvent anarchique) de la construction en hauteur, conséquence de la croissance de la bureaucratie capitaliste, de la spéculation foncière, de la coagulation urbaine. Il est aussi, au niveau sémiologique, la résultante de l'adoption (à l'échelle mondiale) de procédés constructifs identiques (unification des codes syntaxiques), de la généralisation d'usages, de la diffusion de modèles culturels analogues (appauvrissement des codes sémantiques) : conséquences du développement, de la multiplication et de la rapidité des moyens de communication autant que de l'extension universelle des mass media.

En dernière analyse, on dirait du style international, tel qu'il a marqué les produits majeurs de l'architecture mondiale entre les années 1920 et 1950, qu'il met en présence d'une architecture du besoin. Architecture du désir aussi, c'est-à-dire architecture anthropologique, architecture de la clarté, l'architecture moderne de style international écarte les épaisseurs sémantiques de l'architecture ambiguë ou pluraliste, productrice d'œuvres complexes, contradictoires, sombres, éclatantes et mystérieuses, celles-là mêmes qui ponctuent les tensions maniéristes, baroques, rococo, modern style. Bref, la pauvreté sémantique de l'architecture technocratique du xxe siècle (cela sans nier les trouvailles poétiques qui sauvent, par exemple, les grandes œuvres de Le Corbusier) tient essentiellement au fait qu'elle a été conçue et traitée comme fait physique (priorité à l'« acte de bâtir »), comme fait spatial et sensible (esthétique) en termes de fonctionnements et non comme fait ethnique, non comme phénomène de communication entre les hommes.

— Robert L. DELEVOY

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de l'École nationale supérieure d'architecture et des arts visuels, Bruxelles

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AALTO ALVAR (1898-1976)

    • Écrit par Gilles RAGOT
    • 2 590 mots
    • 2 médias

    Le Finlandais Alvar Aalto, comme le Suédois Gunnar Asplund, figure parmi les rares architectes scandinaves qui ont acquis une notoriété internationale avant la Seconde Guerre mondiale. Il est admis, généralement, de classer son œuvre dans la mouvance du style international né dans le courant des...

  • ABSTRAITS DE HANOVRE

    • Écrit par Isabelle EWIG
    • 2 598 mots
    • 1 média
    ...recherches faites au Bauhaus en imaginant une ligne très élégante et personnelle de mobilier en acier tubulaire (Chaise en acier tubulaire, vers 1930). Architecte également, domaine dans lequel il fut le plus actif, Nitzschke se rallia au Style international par ses projets et réalisations – des maisons...
  • BAUHAUS

    • Écrit par Serge LEMOINE
    • 4 461 mots
    • 6 médias
    ...d'optique, ont posé tous les principes de l'«  art cinétique » qu'un Schöffer et un Vasarely développèrent, parmi d'autres, quelque vingt-cinq ans plus tard. Les architectes Breuer et Bayer, entièrement formés au Bauhaus, ont depuis confirmé leur valeur ; avec Gropius et Mies van der Rohe, ils ont, de travaux...
  • BREUER MARCEL (1902-1981)

    • Écrit par François CHASLIN
    • 1 511 mots
    • 2 médias
    ...tramé, très charpenté, qui donne à ses édifices une solide élégance. Ce genre de façade, constituée de panneaux préfabriqués en béton armé, assez profonds, devient un stéréotype de l'architecture internationale de bureaux de la fin de la décennie (sous une forme moins rigoureuse et affadie, avec en plus des...
  • Afficher les 22 références

Voir aussi