IONIQUES STRUCTURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Énergie de liaison dans les cristaux ioniques

Les cristaux ioniques sont généralement caractérisés par des forces de cohésion importantes ; il en résulte, pour ces composés, des températures de fusion relativement élevées. Au sein d'une même série, telle que les fluorures alcalins, elles diminuent quasi linéairement lorsque la distance internucléaire cation-anion augmente ; il en va donc de même pour l'énergie du réseau, ou énergie réticulaire.

M. Born et J. R. Mayer ont montré que l'énergie d'un cristal ionique pouvait se diviser en deux termes : une énergie d'interaction coulombienne entre les divers ions porteurs de charges électriques, dont la résultante négative ΔH1, diminue lorsque l'on déplace ces ions de l'infini pour assembler le cristal ; une énergie de répulsion positive ΔH2, qui apparaît et augmente brutalement lorsque les nuages électroniques des divers ions commencent à se superposer. La résultante de ces deux termes ΔH possède un minimum correspondant à la position d'équilibre D entre cations et anions. La valeur de l'énergie réticulaire ΔH est alors donnée par l'expression :

z+ et z- représentent respectivement le nombre des charges du cation et de l'anion, e la charge électrique de l'électron, N le nombre d'Avogadro, ρ une constante reliée au coefficient de compressibilité du cristal et M la constante de Madelung, grandeur qui ne dépend que de la géométrie du cristal. Cette relation rend parfaitement compte de l'énergie réticulaire d'un cristal purement ionique, énergie que l'on peut d'ailleurs déterminer indirectement par des méthodes thermodynamiques (cycle de Born-Haber par exemple) ; elle explique également la diminution de la stabilité du réseau des fluorures alcalins avec l'augmentation de la distance internucléaire D.

Variation des énergies d'attraction et répulsion

Dessin : Variation des énergies d'attraction et répulsion

Variation des énergies d'attraction et de répulsion entre les ions d'un cristal ionique en fonction de leur éloignement respectif 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Densité électronique d'un cristal

Densité électronique d'un cristal
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Variation des énergies d'attraction et répulsion

Variation des énergies d'attraction et répulsion
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Oxydes :évolution structurale

Oxydes :évolution structurale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Rayons ioniques : valeurs

Rayons ioniques : valeurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, professeur de chimie à l'université de Bordeaux-I, membre de l'Institut

Classification

Autres références

«  IONIQUES STRUCTURES  » est également traité dans :

ALUNS

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 1 655 mots

On appelle communément alun le sulfate double de potassium et d' aluminium hydraté [K 2 SO 4 , Al 2 (SO 4 ) 3 , 24 H 2 O], qui reçoit souvent les noms usuels d'alun de potasse ou alun de roche, son appellation minéralogique étant kalinite. De nombreux composés semblables sont connus et, par extension, le mot alun désigne aujourd'hui tout sulfate double dont la formule peut s'écrire : les symboles […] Lire la suite

CÉSIUM

  • Écrit par 
  • Roger NASLAIN
  •  • 1 139 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Propriétés »  : […] Les principales constantes physiques sont indiquées au tableau . Le césium cristallise dans le système cubique centré. C'est de tous les métaux celui qui possède le rayon atomique le plus élevé et la dureté la plus faible. La vapeur de césium est essentiellement monoatomique. Le césium possède les propriétés chimiques caractéristiques des éléments de la famille des alcalins. Il est extrêmement réa […] Lire la suite

CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 7 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les structures ioniques »  : […] L'exemple le plus courant de ces structures est le sel de cuisine, ou chlorure de sodium, de formule NaCl. Les structures ioniques sont caractérisées par la présence de deux types d'atomes, A et B, dont l'un a tendance à s'ioniser positivement, en cédant un ou plusieurs électrons (A + ) à son voisin, et l'autre à s'ioniser négativement en empruntant un ou plusieurs électrons (B — ). Cela signifie […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 607 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les solides ioniques »  : […] Le prototype des cristaux ioniques est le sel gemme, NaCl, qui appartient à la famille des halogénures alcalins (NaCl, KCl, CsCl, KBr, etc.). Ces cristaux sont obligatoirement construits à partir de deux atomes différents : un atome monovalent (ne possédant qu'un électron de valence faiblement lié), comme le sodium ou le potassium, et un atome auquel il manque un électron pour que sa couche de va […] Lire la suite

MÉTAUX - Métaux alcalins

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 3 045 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Ionisation »  : […] Les atomes alcalins possèdent un cortège électronique, composé d'un ensemble de couches internes inertes, ayant la structure d'un gaz rare, et d'un électron supplémentaire, ou électron de valence, qui gravite sur une orbitale de type s. L'étude des potentiels d'ionisation montre que cet électron s'arrache facilement, l'ionisation demandant d'autant moins d'énergie que l'atome est plus lourd. La c […] Lire la suite

STÉRÉOCHIMIE - Stéréochimie inorganique

  • Écrit par 
  • Jacques-Émile GUERCHAIS
  •  • 4 042 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Essai de prédiction de structure »  : […] Les considérations géométriques et la notion de liaison ionique peuvent être invoquées dans beaucoup de cas. Mais les liaisons ne sont pas toujours ioniques, si bien que d'autres géométries sont observées et elles s'écartent bien au-delà de ce que l'on pouvait prévoir. C'est ainsi que l'on constate que certains ions possèdent une coordinence préférée. Il est assez courant de voir le cuivre I s'e […] Lire la suite

SUPERCONDUCTEURS IONIQUES

  • Écrit par 
  • Philippe COLOMBAN
  •  • 6 476 mots
  •  • 8 médias

La matière peut prendre différents états (plasma, gaz, liquide, solide) qui se différencient par leur densité, leur capacité thermique massique et, en particulier, la valeur du coefficient de diffusion des espèces constituantes : atomes, ions, molécules. Les mouvements de ces espèces sont très rapides dans un gaz, beaucoup plus lents dans un liquide, faibles et rares dans un solide où atomes, ion […] Lire la suite

TRACES ÉLÉMENTS EN

  • Écrit par 
  • Jean GONI, 
  • Michel LELEU
  •  • 2 759 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les substitutions diadochiques »  : […] V. M.  Goldschmidt (1937, 1945) a dégagé les critères qui conditionnent la substitution mutuelle de deux ions ( diadochie) dans une même structure, purement ionique et sans défauts. Il a pu montrer que le comportement géochimique des éléments est indépendant de leur situation dans le tableau périodique. Ce comportement est soumis au principe suivant : quand deux ions peuvent se substituer mutuelle […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel POUCHARD, « IONIQUES STRUCTURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/structures-ioniques/