HAWKING STEPHEN WILLIAM (1942-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le physicien théoricien et cosmologiste britannique Stephen Hawking a acquis une renommée mondiale dans le monde scientifique pour ses travaux sur la nature de l'espace et du temps, et dans le grand public comme auteur d'Une brève histoire du temps (1988), un ouvrage scientifique qui prit rang de best-seller. L'œuvre théorique de Hawking prend un relief d'autant plus remarquable qu'une très grave maladie invalidante évolutive l’avait rendu incapable de s'exprimer oralement et que sa communication exigeait le truchement d’un ordinateur et d’un synthétiseur de voix.

D'Oxford à Cambridge

Stephen William Hawking naît à Oxford le 8 janvier 1942, trois cents ans jour pour jour après la mort de Galilée. Le jeune Stephen fréquente l'école primaire, où il n'apprend à lire qu'assez lentement, et ne se révèle jamais un « fort en thème ». Son père, un médecin, souhaite qu'il étudie la médecine à l'université ; de ce fait, Hawking n'acquerra qu'un bagage mathématique succinct à l'école secondaire. Cependant, il montre beaucoup d'intérêt pour les sciences physiques, et il réussit, en 1959, à entrer à l’University College de l'université d'Oxford pour étudier la physique.

Hawking décrit Oxford en ce temps-là comme « très antitravail – vous étiez censé être très brillant et n'accomplir aucun effort, ou prendre conscience de vos limites et n'obtenir qu'un classement médiocre aux examens finals ». Hawking affirme n'avoir pas accompli plus de mille heures d'études en trois ans à Oxford, et il attribue ce fait à un ennui absolu et au sentiment que rien ne justifiait un quelconque effort. En dépit de cette atmosphère, il obtient les plus hautes distinctions aux examens de sortie.

La lassitude qui semblait si profondément enracinée en lui à Oxford disparaît brusquement dès son arrivée à l'université de Cambridge, en 1962, où il prépare un doctorat en relativité générale. Cependant, il ressent les premières atteintes de la maladie : ses mouvements deviennent maladroits. On diagnostique une affection neurologique incurable qui inhibe progressivement, mais rapidement, les fonctions motrices. En effet, la maladie commence par évoluer très vite, et Hawking pense alors qu'il ne vivra pas assez longtemps pour achever son travail doctoral. Mais, alors qu'il est sur le point d'abandonner ses recherches, il tombe amoureux de Jane Wilde, qui va lui donner une raison de vivre. Ils se marient sans attendre, en 1965, et Hawking retourne à ses travaux avec un enthousiasme renouvelé, en même temps qu'il se met en quête d'une situation.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : directeur de Scientific,Technical, and Medical Publishing, Cambridge (Grande-Bretagne)

Classification


Autres références

«  HAWKING STEPHEN WILLIAM (1942-2018)  » est également traité dans :

RELATIVITÉ - Relativité générale

  • Écrit par 
  • Thibault DAMOUR, 
  • Stanley DESER
  •  • 12 097 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Champs gravitationnels forts. Trous noirs »  : […] de simples analogies au niveau de la physique classique, mais un résultat remarquable de Hawking a montré qu'elles avaient un contenu réel au niveau de la physique quantique. En 1974, Hawking a étudié l'aspect le plus simple de l'interaction entre la gravité et la théorie quantique, le comportement d'un champ quantique se propageant dans l'espace- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relativite-relativite-generale/#i_96735

Voir aussi

Pour citer l’article

Simon MITTON, « HAWKING STEPHEN WILLIAM - (1942-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-william-hawking/