SPENDER STEPHEN (1909-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète, critique et journaliste anglais. Fils du grand journaliste Harold Spender et d'une mère allemande, Stephen Spender se lie au cours de ses études à University College et à Oxford avec Auden, Day Lewis et MacNeice, comme lui représentants de la poésie « nouvelle », à tendance communiste ; mais son adhésion au parti ne durera que quelques semaines. Il est avant tout un idéaliste, impatient de faire triompher sa vision d'une Europe unie par une culture commune. Il a œuvré généreusement dans ce sens par ses voyages, ses conférences, ses études critiques, ses nombreuses traductions (García Lorca, Rilke, Eluard, Büchner, Frank Wedekind). Dans les années 1930, il séjourne à Berlin, où il retrouve Christopher Isherwood. Les problèmes politiques ont été un ferment d'inspiration pour sa prose et sa poésie, d'où les liens entre Au-delà du libéralisme (Forward from Liberalism, 1939) et sa pièce en vers, Le Procès d'un juge (Trial of a Judge, 1938), « une tragédie en cinq actes » contre le totalitarisme. L'ardeur sincère d'un Shelley revit en lui, épris qu'il est de justice, d'indépendance et de liberté. Il est du côté des républicains dans la guerre civile d'Espagne, et partisan d'Israël dès la naissance de cet État. Quand il découvre les ingérences de la C.I.A. dans Encounter, honoré par d'éminentes collaborations, il démissionne, avec Frank Kermode, de son poste de directeur du périodique. Il y a aussi en Stephen Spender un poète moins connu, non engagé, appliquant son lyrisme à l'exploration de son monde intérieur. Ses poèmes introspectifs lui vaudront peut-être une réputation plus durable que ses poèmes très « modernes » : The Pylons, The Landscape Near an Aerodrome et The Express. Ses Selected Poems paraissent en 1965.

Mais Spender doit l'essentiel de son prestige et de sa renommée à son autobiographie, World within World (Monde parmi le monde), qui parut une première fois en 1951 et fut à nouveau publiée en 1977. Il s'y révèle grand mémorialiste : l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur honoraire à la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  SPENDER STEPHEN (1909-1995)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Retour au réel »  : […] En 1938, Cyril Connolly constatait, dans Enemies of Promise , le déclin des mandarins , ceux dont la prose savante prétendait rivaliser avec le vivant. Leur succédaient les vernacular , « tenants de la langue parlée, familière et brutale, et de la vision du monde qu'elle était propre à exprimer ». L'époque où « le voile trembla », où pouvait surgir un texte sacré, était tôt révolue de ce côté de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_6143

AUDEN WYSTAN HUGH (1907-1973)

  • Écrit par 
  • Laurette VÊZA
  •  • 1 077 mots
  •  • 1 média

Né en 1907, à York (Angleterre), Wystan Hugh Auden joua un rôle de premier plan dans la poésie des années trente, dominant de haut les disciples auxquels on a coutume de l'associer ; Stephen Spender et Louis MacNeice. Très tôt, avant même qu'il eût trente ans, les poètes de sa génération reconnaissaient son influence, saluaient ses innovations, ses audaces dans le domaine prosodique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wystan-hugh-auden/#i_6143

Pour citer l’article

Louis BONNEROT, « SPENDER STEPHEN - (1909-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-spender/