MACNEICE LOUIS (1907-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Belfast, Louis MacNeice est l'un des membres, peut-être le moins « populaire », du groupe des « poètes des années trente » ou « groupe d'Oxford », avec W. H. Auden, Stephen Spender et C. Day Lewis. Moins engagé à gauche, n'ayant aucune sympathie pour le communisme en raison même de la valeur qu'il accordait à l'individu, MacNeice a dit lui-même que ses sympathies étaient à gauche : « ... sur le papier et dans mon âme, mais pas dans mon cœur ni mes entrailles. » Érudit, critique, traducteur d'Eschyle et de Goethe, il écrivit aussi des pièces pour la B.B.C., dont les meilleures sont sans doute Christopher Columbus et The Dark Tower, qui sont toutes les deux des « quêtes ». Le poète est un virtuose, parfois un peu facile dans ses rythmes et ses rimes, mais extrêmement attachant par sa voix spirituelle et sophistiquée où la satire est teintée de mélancolie, et la révélation de soi freinée par une réserve innée. Son œuvre poétique est abondante, depuis les Blind Fireworks de sa jeunesse (1929) jusqu'à son dernier recueil, The Burning Perch (1963). MacNeice a su, avec une rare intensité, communiquer son plaisir de vivre et de jouir des fruits de la terre, en même temps que ses incertitudes et ses angoisses devant les inepties, la folie et la cruauté du monde ; des symboles religieux assez nombreux disent sa nostalgie d'une foi perdue. Après une période un peu aride (Ten Burnt Offerings, 1952, et Autumn Sequel, 1954), MacNeice retrouva avec Visitations (1953), Solstices (1961) et The Burning Perch sa créativité d'auteur, en même temps que s'approfondissaient les thèmes anciens et la connaissance de soi. Ses Collected Poems furent publiés en 1967.

—  Louis BONNEROT

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  MACNEICE LOUIS (1907-1963)  » est également traité dans :

AUDEN WYSTAN HUGH (1907-1973)

  • Écrit par 
  • Laurette VÊZA
  •  • 1 078 mots
  •  • 1 média

Né en 1907, à York (Angleterre), Wystan Hugh Auden joua un rôle de premier plan dans la poésie des années trente, dominant de haut les disciples auxquels on a coutume de l'associer ; Stephen Spender et Louis MacNeice. Très tôt, avant même qu'il eût trente ans, les poètes de sa génération reconnaissaient son influence, saluaient ses innovations, ses audaces dans le domaine prosodique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis BONNEROT, « MACNEICE LOUIS - (1907-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-macneice/