STÉNON, STENONIS NICOLAS ou STEENSEN NIELS (1638-1686)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tête de requin, Nicolas Sténon (1667)

Tête de requin, Nicolas Sténon (1667)
Crédits : BIU Santé Médecine, Paris, cote : 05530

photographie

Nicolas Sténon

Nicolas Sténon
Crédits : Zapf/ ullstein bild/ Getty Images

photographie


Un anatomiste de premier plan

Il fera sa première découverte anatomique, celle du canal dit de Sténon (canal parotidien excréteur de la salive produite par la parotide), en 1660 à Amsterdam, avant d’accéder au grade de docteur en médecine à l’université de Leyde (Pays-Bas), haut lieu de la médecine, où il reste plus de trois ans et se lie d’amitié avec des naturalistes, médecins et philosophes, dont Spinoza. Anatomiste très adroit – ses nombreuses dissections sur les glandes et le système lymphatique sont très remarquées –, il démontre la structure fibreuse des muscles et établit que le cœur n’est rien d’autre qu’un muscle qui, selon lui, ne saurait être le siège de la chaleur interne ou de l’âme.

Après un bref passage à Copenhague en 1664, il est à Paris en 1665, accueilli personnellement par Melchisédec Thévenot (1620-1692). Cette année parisienne est marquée par son Discours sur l’anatomie du cerveau à messieurs de l’Assemblée qui se fait chez Monsieur Thevenot (noyau de l’Académie des sciences, créée l’année suivante). Dans ce discours publié en 1669, il affirme modestement ne rien connaître de l’anatomie du cerveau mais, à la recherche de la meilleure façon d’en effectuer la dissection et de le représenter par des « figures justes et fidèles », il démonte les uns après les autres les différents types de dissection en montrant les erreurs produites par les méthodes utilisées. Il réfute alors une à une les affirmations de Descartes sur l’anatomie du cerveau et conclut que « son système du cerveau ne se trouve pas entièrement conforme à l’expérience » et que l’on doit « reconnaître une grande différence entre la machine que Monsieur des Cartes s’est imaginée et celle que nous voyons quand nous faisons l’Anatomie des corps humains ». Il s’oppose à la théorie cartésienne des esprits animaux et s’étonne que la méthode de Descartes à laquelle il adhère si fortement soit si peu mise en œuvre par Descartes lui-même et par les cartésiens qui affirment des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteure en épistémologie et histoire des sciences, chercheuse associée au Centre François Viète, université de Nantes

Classification


Autres références

«  STÉNON, STENONIS NICOLAS ou STEENSEN NIELS (1638-1686)  » est également traité dans :

STÉNON INVENTE LA STRATIGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 254 mots
  •  • 1 média

Dès 1667, le savant danois Niels Steensen (1638-1686) – en français Nicolas Sténon – introduit dans un ouvrage d'anatomie les notions et les termes de « strates » et de « sédiments ». Selon lui, les couches du sous-sol sont d'anciens sédiments qui se sont peu à peu déposés au fond de l'eau et indurés, et ces strates contiennent les restes d'animaux aquatiques.En 1669, dans son ouvrage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stenon-invente-la-stratigraphie/#i_11475

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les fossiles, marqueurs du temps »  : […] Pour les chrétiens, l’histoire prenait un nouveau sens de suite ordonnée, et non plus de séquence quasiment aléatoire d’événements. Le changement fut particulièrement bien illustré par la première chronologie « universelle » que l’évêque Eusèbe de Césarée (~265-av. 341) établit par le biais d’habiles rapprochements effectués entre systèmes chronologiques différents : ceux des Romains et des Grecs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/age-de-la-terre/#i_11475

DANEMARK

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, 
  • Jean Maurice BIZIÈRE, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  • , Universalis
  •  • 19 538 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La Réforme, Renaissance et « classicisme » »  : […] Avec le passage du catholicisme au luthéranisme, au début du xvi e  siècle, le paysage mental va changer. Toute une littérature pamphlétaire va voir le jour. L'œuvre la plus solide reste pourtant la traduction danoise de la Bible, qui parut en 1550. Au cours de ce siècle, les manuels de théologie de Niels Hemmingsen (1515-1600), élève de Melanchto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danemark/#i_11475

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 538 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le XVIIe siècle et les théories de la Terre jusqu'en 1729 »  : […] La mentalité change complètement dès le début du xvii e siècle. La doctrine mécaniste dévalorise la Nature. L'étude du contenu du sous-sol est au plus bas jusque vers 1660 (et en France jusqu'en 1710). Durant la première moitié du siècle, un seul auteur majeur est à signaler : il s'agit de Descartes, avec ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_11475

MATIÈRE (physique) - États de la matière

  • Écrit par 
  • Vincent FLEURY
  •  • 5 801 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Historique de la recherche sur l'état de la matière »  : […] L'expérience immédiate de la matière est commune à tous les hommes, depuis qu'ils sont doués de raison. La distinction entre solide et liquide était certainement présente à l'esprit de nos ancêtres de la préhistoire. Cependant, on peut se contenter de faire remonter les interrogations scientifiques sur les différents états de la matière à plusieurs lignes d'observations ou d'activités humaines, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etats-de-la-matiere/#i_11475

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] Ce sont des minéraux – éléments natifs comme le cuivre, l'or – qui ont été les premiers métaux utilisés par l'homme. En particulier, le cuivre a ouvert l'ère des métaux avec l'âge du cuivre ou Chalcolithique (vers 6000 av. J.-C.). Aristote divisa en deux classes le monde minéral : les métaux et les « fossiles » (roches et minéraux non métalliques). On trouve ensuite les travaux des naturalistes ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_11475

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise DREYER, « STÉNON, STENONIS NICOLAS ou STEENSEN NIELS - (1638-1686) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stenon-stenonis-steensen/