SPONGIAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écologie

De nos jours les Hexactinellides, surtout les Lyssakides, semblent adaptés à des températures très basses : ils vivent dans les abysses jusqu'à 4 800 mètres (2 0C), tandis que vers 500 de latitude, dans les eaux subarctiques, on les récolte entre 20 et 30 mètres.

Les Démosponges (Choristides, Lithistides, Sclérosponges) et les Calcisponges sont en majorité littoraux (entre 0 et 300 m, limite impérative pour tous les Ischyrosponges), étant liés à tous les biotopes algaires y compris les récifs, en pleine zone photique donc, et la luminosité est contrôlée par l'installation des plus sensibles (Spongiaires sciaphiles) dans des grottes sous-marines ou sous des pierres. Les Calcisponges non hypercalcifiés descendent jusqu'à la base du talus récifal (105 m).

Des Démosponges non calcaires, certains Céractinomorphes (Spongillides) ont conquis les eaux continentales douces ; d'autres restent dans le haut de la zone littorale, les herbiers (Haplosclérides) et les mangroves (Hadromérides). Les Lithistides, souvent de mers chaudes, présentent leur maximum de fréquentation entre 90 et 350 mètres, mais ils vivent en eaux bathyales jusqu'à près de 2 000 mètres. Certains Démosponges sont eurybathes et disposés autour des aires polaires (tel l'Halichondridé Tedania qui atteint 2 880 m dans l'Antarctique).

Ces données sont difficilement applicables pour les temps géologiques antérieurs au Miocène, car les fonds océaniques étaient alors aussi chauds que, sous les tropiques, les eaux de surface actuelles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Spongiaires : structure

Spongiaires : structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Choanocyte d'Éponge

Choanocyte d'Éponge
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Fécondation chez les Éponges calcaires

Fécondation chez les Éponges calcaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Embryologie des Éponges calcaires

Embryologie des Éponges calcaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SPONGIAIRES  » est également traité dans :

ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Martine MAÏBECHE
  •  • 4 302 mots

Dans le chapitre « Chez les suspensivores »  : […] Ce type de microphagie nécessite la mise en œuvre de deux mécanismes. D'une part, la formation d'un courant d'eau pour attirer les aliments vers l'orifice buccal par le déplacement de l'animal ou par le battement de cils, flagelles, appendices, tentacules... D'autre part, la filtration de l'eau à l'aide d'un appareil spécialisé pour retenir les particules consommables. La sécrétion de mucus perme […] Lire la suite

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Les systèmes circulatoires des animaux

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TRUCHOT
  •  • 4 514 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Compartimentation des liquides internes »  : […] Deux ensembles de distribution des liquides existent chez tous les animaux pluricellulaires : le compartiment intracellulaire et le compartiment extracellulaire. La plus ou moins grande complexité de ce dernier dépend de la différenciation des feuillets embryonnaires déterminant le plan d'organisation. Dans les phylums inférieurs d'invertébrés, spongiaires et cœlentérés, dont la paroi est consti […] Lire la suite

COLLAGÈNE

  • Écrit par 
  • Ladislas ROBERT
  •  • 3 423 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Divers types de collagène »  : […] Déjà chez les Porifera (ou Spongiaires), on retrouve plusieurs types de collagènes, comme les fines fibrilles de collagène intercellulaire, (spongine A), et les grosses fibres, macroscopiquement visibles, qui forment la trame solide de ces animaux que J. Gross, qui les a le premier étudiées, a appelé la spongine B. On trouve des collagènes sous d'autres formes moléculaires et microscopiques dans […] Lire la suite

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La base de l'arbre : un problème non résolu  »  : […] Les branches basales de l'arbre des métazoaires restent aujourd'hui très incertaines car les phylogénies moléculaires ont donné jusqu'à présent des résultats peu soutenus et contradictoires. L'arbre le plus couramment admis, faute de mieux, est celui de la figure 3 . La majorité des phylogénies réalisées avec les ARNr 18S et 28S suggèrent que les éponges forment un groupe paraphylétique à la base […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri TERMIER, Geneviève TERMIER, Odette TUZET, « SPONGIAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/spongiaires/