SPONGIAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Utilisation des Éponges par l'homme

Les Éponges utilisées par l'homme sont des Démosponges de type corné, appartenant aux genres Hippospongia et Euspongia. Hippospongia equina des côtes de Tunisie a de larges trous, elle est de texture assez grossière et convient surtout pour les usages domestiques. Euspongia officinalis se pêche sur les côtes de Syrie par exemple. C'est par excellence l'Éponge de toilette, douce au toucher. Euspongia mollissima se rencontre également sur les côtes de Syrie et de Grèce ; plus lourde que l'espèce précédente, elle est employée pour la toilette et dans les fabriques de porcelaine et d'optique. Les diverses variétés d'Euspongia zinnoca, plus dures, plus serrées que les précédentes, se pêchent dans tout l'archipel grec et sur les côtes italiennes. C'est aux caractères de leur squelette que ces Éponges doivent leurs propriétés ; les fibres cornées qui le forment sont élastiques et aptes à s'imbiber par capillarité grâce à la finesse de leur réseau. Ces Éponges se rencontrent non seulement en Méditerranée, mais aussi dans la mer Rouge, le golfe du Mexique, sur les côtes de Floride. C'est la Tunisie qui approvisionne en Éponges la plupart des pays d'Europe (marchés de Sfax et de Gabès).

La pêche des Éponges se fait de différentes façons. Sur les côtes de Syrie, des plongeurs descendent jusqu'à 30 à 40 mètres le long d'une corde et récoltent les animaux à la main. En maints endroits de la Méditerranée et sur les côtes plates des Indes de l'Ouest, à faible profondeur, la pêche se fait au harpon. La pêche à la « gangava » s'effectue à l'aide d'une drague qui est traînée sur le fond par un bateau. Elle a le défaut de détruire les jeunes Éponges. La pêche au scaphandre (avec tuyau à air) se pratique aussi. Les plongeurs restent souvent deux à quatre heures dans l'eau.

Comme on ne doit conserver que le squelette de l'Éponge, celles qu'on vient de pêcher sont laissées vingt-quatre heures à l'air. La putréfaction qui les débarrasse de leurs tissus mous est rapide. Puis on les lave et elles sont expédiées pour êt [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Spongiaires : structure

Spongiaires : structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Choanocyte d'Éponge

Choanocyte d'Éponge
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Fécondation chez les Éponges calcaires

Fécondation chez les Éponges calcaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Embryologie des Éponges calcaires

Embryologie des Éponges calcaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SPONGIAIRES  » est également traité dans :

ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Martine MAÏBECHE
  •  • 4 302 mots

Dans le chapitre « Chez les suspensivores »  : […] Ce type de microphagie nécessite la mise en œuvre de deux mécanismes. D'une part, la formation d'un courant d'eau pour attirer les aliments vers l'orifice buccal par le déplacement de l'animal ou par le battement de cils, flagelles, appendices, tentacules... D'autre part, la filtration de l'eau à l'aide d'un appareil spécialisé pour retenir les particules consommables. La sécrétion de mucus perme […] Lire la suite

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Les systèmes circulatoires des animaux

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TRUCHOT
  •  • 4 514 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Compartimentation des liquides internes »  : […] Deux ensembles de distribution des liquides existent chez tous les animaux pluricellulaires : le compartiment intracellulaire et le compartiment extracellulaire. La plus ou moins grande complexité de ce dernier dépend de la différenciation des feuillets embryonnaires déterminant le plan d'organisation. Dans les phylums inférieurs d'invertébrés, spongiaires et cœlentérés, dont la paroi est consti […] Lire la suite

COLLAGÈNE

  • Écrit par 
  • Ladislas ROBERT
  •  • 3 423 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Divers types de collagène »  : […] Déjà chez les Porifera (ou Spongiaires), on retrouve plusieurs types de collagènes, comme les fines fibrilles de collagène intercellulaire, (spongine A), et les grosses fibres, macroscopiquement visibles, qui forment la trame solide de ces animaux que J. Gross, qui les a le premier étudiées, a appelé la spongine B. On trouve des collagènes sous d'autres formes moléculaires et microscopiques dans […] Lire la suite

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La base de l'arbre : un problème non résolu  »  : […] Les branches basales de l'arbre des métazoaires restent aujourd'hui très incertaines car les phylogénies moléculaires ont donné jusqu'à présent des résultats peu soutenus et contradictoires. L'arbre le plus couramment admis, faute de mieux, est celui de la figure 3 . La majorité des phylogénies réalisées avec les ARNr 18S et 28S suggèrent que les éponges forment un groupe paraphylétique à la base […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri TERMIER, Geneviève TERMIER, Odette TUZET, « SPONGIAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/spongiaires/