SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des ébauches de solution

La quête de quatre années qui conduira les Alliés, puis les Allemands eux-mêmes, tous grandement aidés par Rose Valland, jusqu'à la fin de 1949, à localiser les œuvres, à se les faire remettre et à en identifier les provenances aboutira à la réexpédition vers la France de plus de 60 000 pièces. Sur la base de ses recherches et investigations propres, suscitant et collectant 2 290 dossiers de demandes de restitution, déposant des plaintes et provoquant des enquêtes diligentées par plusieurs juges d'instruction aidés par un groupe de policiers qui interrogea tout le marché de l'art parisien, la Commission de récupération artistique parvint, de l'automne de 1944 à 1949, à restituer plus de 45 000 œuvres. Parallèlement, diffusé au niveau international, le Répertoire des biens spoliés signalait les milliers d'œuvres réclamées qui n'avaient pas été retrouvées.

L'essentiel du travail de « remise en place » était terminé ; les mesures financières de réparations et d'indemnisations, introduites ultérieurement par des dispositifs législatifs allemands, parachevaient l'édifice.

La résurgence de souvenirs, le besoin de comprendre et de parler, les curiosités les plus diverses (celles des jeunes générations, celles des historiens), l'accessibilité et l'intelligibilité des archives, l'œuvre du temps... tout converge pour qu'à l'établissement des faits corresponde l'énoncé des responsabilités individuelles et collectives. Il n'en demeure pas moins qu'une différence majeure existe entre les biens immatériels que sont les fonds, les comptes et les contrats et les œuvres d'art ; ces dernières sont certes destinées à la délectation de l'esprit mais elles sont aussi soumises à un système qui les fait vivre : le marché de l'art.

On comprend seulement aujourd'hui à quel point il était inévitable, après un tel bouleversement et malgré les efforts accomplis pour tenter d'en réparer les effets, que des situations résiduelles, des cas ponctuels (si on pense à la masse des œuvres déplacées) réapparaissent aujourd'hui comme autant de faits ayant échappé aux règlements d' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : conservateur en chef du Patrimoine, conservateur au centre Georges Pompidou, chargé de la documentation de la collection du musée national d'art moderne

Classification

Autres références

«  SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)  » est également traité dans :

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 392 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La France occupée »  : […] Le 22 juin 1940, la convention d'armistice ratifiait la victoire de l'Allemagne nazie. Le 9 juillet 1940, le ministère de la Propagande du III e  Reich donnait au vaincu un avant-goût du sort qu'il lui réservait : la France ne serait pas considérée comme une « alliée » mais jouerait en Europe le rôle d'une « Suisse agrandie », réserve agricole et touristique pouvant éventuellement assurer certaine […] Lire la suite

FRANCOFONIA. LE LOUVRE SOUS L'OCCUPATION (A. Sokourov)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 957 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le musée et l’histoire »  : […] Francofonia s'ouvre sur un dialogue via Skype entre Sokourov et Dick, capitaine d'un cargo chargé de conteneurs remplis d'œuvres d'art, en perdition dans l'océan Atlantique. Pour survivre, le bateau devrait jeter son chargement à la mer. Cette menace du naufrage rend immédiatement sensible le danger mortel qui menace les œuvres d'art, englouties dans le passé par les vagues de l'océan, ou arrach […] Lire la suite

PAUME JEU DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 546 mots

Le Jeu de Paume, à Paris, fut un musée d’art impressionniste, puis d’art moderne et contemporain, avant d’être consacré à la photographie. La salle du Jeu de Paume fut construite sous Napoléon III en 1862 dans le jardin des Tuileries, en symétrie avec le bâtiment voisin de l’Orangerie. On y pratiquait un sport de balle, ancêtre du tennis. Le tennis ayant supplanté le jeu de paume et le lieu se rév […] Lire la suite

ŒUVRES D'ART & PRISES DE GUERRE (1945)

  • Écrit par 
  • Klaus GOLDMANN
  •  • 2 655 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pillage des nazis »  : […] En Allemagne, les nazis ont dès 1933 transgressé ces règles en mettant en œuvre, par exemple, l'opération de proscription des œuvres d'art condamnées au nom de leur idéologie ; un certain nombre d'entre elles furent réunies à Munich en 1937 à l'exposition Entartete Kunst (« art dégénéré »). Ils ont alors retiré des collections publiques des œuvres d'art moderne et les ont vendues. Ils ont de plu […] Lire la suite

PATRIMOINE CULTUREL ET CONFLITS ARMÉS

  • Écrit par 
  • Julien ANFRUNS
  •  • 3 404 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Seconde Guerre mondiale et les exactions à grande échelle contre les biens culturels »  : […] Les crimes commis durant la Seconde Guerre mondiale n’ont en rien épargné les biens culturels. Les exemples à citer seraient trop nombreux ; on retiendra autant les exactions dues à la mise en place, sous le régime nazi, d’un système organisé de spoliation que les destructions issues des affrontements et des bombardements de la guerre. Sur le premier point, on relèvera, entre autres, qu’ au print […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Didier SCHULMANN, « SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/spoliation-des-oeuvres-d-art-france/