ŒUVRES D'ART & PRISES DE GUERRE (1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Spoliation des œuvres d'art

Spoliation des œuvres d'art
Crédits : Hulton Getty

photographie

Art officiel

Art officiel
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Néfertiti, Égypte

Néfertiti, Égypte
Crédits : Bridgeman Images

photographie


En visite officielle à Athènes pendant l'été de 1993, Boris Eltsine, président de la fédération de Russie, a révélé que le Trésor de Priam (les objets en or trouvés par Heinrich Schliemann à Troie) se trouvait bien à Moscou, confirmant ainsi ce qui était connu depuis 1991 grâce aux publications de deux savants russes, Grigori Koslow et Konstantine Akinscha. L'or de Troie fait, depuis cette révélation, figure de symbole des milliers d'œuvres d'art disparues depuis 1945 sans laisser de trace, semblait-il, jusqu'à ce qu'elles soient petit à petit sorties des réserves de musées où elles étaient gardées dans le plus grand secret. Dans l'intervalle, le musée de l'Ermitage a montré les toiles et les dessins provenant de la Kunsthalle de Brême, des œuvres de Cézanne, Delacroix, Signac, Van Gogh et Toulouse-Lautrec ayant appartenu à des collections privées. D'autres chefs-d'œuvre qui avaient été propriétés néerlandaise (collection Koenigs), hongroise ou allemande sont, comme le Trésor de Priam, dans les réserves du musée Pouchkine à Moscou.

Spoliation des œuvres d'art

Spoliation des œuvres d'art

Photographie

Près du Königsee (Bavière), en mai 1945, des soldats américains découvrent dans une caserne abandonnée par la Luftwaffe (l'aviation allemande) une Ève du XVe siècle, trois Rembrandt et trois Cranach parmi les objets d'art accumulés. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le débat international qui s'est ouvert à propos de cet « art de butin » a atteint sa plus grande ampleur en janvier 1995, lors du congrès The Spoils of War qui s'est tenu à New York. Ces butins de guerre qui ont été prélevés sur l'héritage d'un grand nombre de pays européens doivent-ils être rapatriés ? Ou bien suffit-il – c'est l'opinion qui a été soutenue au congrès américain par Irina Antonova, directrice du musée Pouchkine – de rendre ces œuvres accessibles au public ? Quelle attitude adoptent les différentes nations européennes à l'égard de leur héritage ?


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : Oberkustos, Museum für Vor- und Frühgeschichte Staatliche Museen zu Berlin, Preussischer Kulturbesitz, Vorsitzender : Museumdorf Düppel e.V., Berlin

Classification


Autres références

«  OEUVRES D'ART & PRISES DE GUERRE (1945)  » est également traité dans :

RESTITUTION DES BIENS CULTURELS

  • Écrit par 
  • Krzysztof POMIAN
  •  • 6 768 mots

Dans le chapitre « Les pillages pendant la Seconde Guerre mondiale »  : […] Le dossier des œuvres d'art pillées par les nazis dans les pays qu'ils ont occupés est clos pour l'essentiel, la plupart des œuvres ayant été restituées dans l'immédiat après-guerre. Restent toutefois des familles juives spoliées auxquelles leurs biens n'ont pas été rendus et qui ont dû parfois intenter des procès pour les récupérer. En France, afin de permettre aux éventuels ayants droit de reco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restitution-des-biens-culturels/#i_85621

Voir aussi

Pour citer l’article

Klaus GOLDMANN, « ŒUVRES D'ART & PRISES DE GUERRE (1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-d-art-et-prises-de-guerre/