SPÉCIALISATION ET INTÉGRATION INTERHÉMISPHÉRIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spécialisation hémisphérique spécifique à diverses fonctions

Plusieurs fonctions cérébrales, notamment le langage, le traitement musical, les fonctions visuospatiales, la mémoire, les habiletés mathématiques et le contrôle moteur, sont étudiées dans le contexte de la spécialisation hémisphérique. Certaines théories estiment que, lors du développement, la dominance hémisphérique pour certaines fonctions « pousserait » d’autres fonctions à être prises en charge par l’hémisphère controlatéral (opposé) afin d’éviter une surcharge fonctionnelle. Par exemple, la dominance à gauche associée au langage engendrerait une dominance hémisphérique à droite pour les habiletés visuospatiales. D’autres théories proposent que la distribution hémisphérique des fonctions provient de facteurs biologiques indépendants et qu’ainsi la spécialisation hémisphérique du langage et celle des habiletés visuospatiales se développent relativement indépendamment l’une de l’autre et simultanément. Ces théories disposent toutes deux d’arguments empiriques ; davantage d’études seront nécessaires pour comprendre précisément l’origine et le développement de la spécialisation.

Langage

Le langage est probablement la fonction la plus étudiée concernant la latéralisation cérébrale. Il est connu que 90 à 94 p. 100 des individus présentent une dominance langagière hémisphérique à gauche. La dominance manuelle serait vue comme un facteur de variabilité important dans la distribution cérébrale des réseaux langagiers. Malgré cela, on observe une dominance hémisphérique à gauche chez approximativement 80 p. 100 des gauchers. Ce taux est plus bas dans certaines populations cliniques qui présentent des troubles neurologiques, comme une épilepsie frontale ou temporale gauche. L’évaluation de la dominance hémisphérique du langage est ainsi obligatoire chez ces patients si une neurochirurgie est envisagée pour traiter l’épilepsie afin de s’assurer de préserver les fonctions langagières après l’intervention chirurgicale.

Les régions cérébrales habituellement recrutées lors d’une tâche langagière sont les aires de Broca et de Wernicke, qui sont respectivement associées à la production et la compréhension du langage. Ces régions sont respectivement situées dans la région frontale inférieure gauche et la partie postérieure de la région temporale supérieure gauche du cerveau. Dès la naissance, cette dominance à gauche est présente, mais l’activation reste plus distribuée entre les deux hémisphères chez les nourrissons. Au contraire, les réseaux cérébraux du langage chez l’adulte sont prédominants à l’intérieur même de l’hémisphère gauche, même si des connexions avec les régions homologues persistent. Ainsi, une maturation de la spécialisation hémisphérique a lieu au cours du développement. Néanmoins, même chez l’adulte, l’hémisphère droit est impliqué dans le traitement langagier. Outre les aires de Broca et Wernicke, les régions frontales, temporales et pariétales des deux hémisphères sont recrutées. De nombreuses études ont d’ailleurs montré l’importance de l’hémisphère droit dans le traitement pragmatique du langage ainsi que dans celui de la prosodie.

Prosodie et musique

La prosodie réfère aux indices non verbaux dans la parole, telles l’accentuation et l’intonation. Le traitement des indices prosodiques du langage est associé à une activation dominante à droite, ce qui est très similaire au traitement de la mélodie dans la musique. Le traitement du langage et celui de la musique peuvent ainsi être mis en parallèle. Un autre exemple concerne la structure du langage (syntaxe de la phrase) et la structure mélodique (syntaxe musicale) qui sont toutes deux traitées par les régions frontales inférieures, mais avec une dominance gauche et droite respectivement. Un parallèle identique peut être fait entre l’identification des phonèmes dans la langue, traités à gauche, et des timbres dans la musique, traités à droite. Une des hypothèses proposées stipule que l’hémisphère gauche serait spécialisé dans le traitement des informations nécessitant une grande précision temporelle (plus hautes fréquences), nécessaire lors de la segmentation de l’information phonétique, tandis que la mélodie et la prosodie requièrent plutôt une analyse de l’envelop [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Schématisation de la connectivité intra- et interhémisphérique dans le cerveau

Schématisation de la connectivité intra- et interhémisphérique dans le cerveau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Principales commissures interhémisphériques du cerveau

Principales commissures interhémisphériques du cerveau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : candidate au doctorat en neuropsychologie, université de Montréal, Québec (Canada)
  • : neuropsychologue, professeure au département de psychologie de l'université de Montréal, directrice du Laboratoire d'imagerie optique en neurodéveloppement du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, université de Montréal , Québec (Canada)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Laura CARON-DESROCHERS, Anne GALLAGHER, « SPÉCIALISATION ET INTÉGRATION INTERHÉMISPHÉRIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/specialisation-et-integration-interhemispherique/