TAEUBER-ARP SOPHIE (1889-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artiste suisse, qui a pris une part active à la naissance de deux mouvements apparus dans son pays, Sophie Taeuber-Arp a exercé une influence déterminante sur l'art contemporain : dada et l'art concret. C'est dès 1916 qu'elle participe aux manifestations dada du cabaret Voltaire à Zurich, aux côtés de Picabia, de Tzara et de Hans Arp qu'elle épouse en 1921. Elle se produit comme danseuse dans ces réunions amicales, mais elle abandonne rapidement la danse pour se consacrer uniquement aux arts plastiques. À la même époque, alors qu'elle est professeur à l'École des arts et métiers de Zurich, (1916-1929), elle réduit son vocabulaire plastique à des surfaces rectangulaires colorées d'horizontales et de verticales qui évoquent la pratique du tissage et de la broderie. Après la guerre, elle découvrira les solutions identiques adoptées par le groupe De Stijl en Hollande (Mondrian, Van Doesburg) et par les artistes russes constructivistes. Elle pratique l'art concret bien avant que les principes n'en soient énoncés par Théo van Doesburg en 1930 et qu'il ne soit illustré par les artistes zurichois Max Bill et Richard-Paul Lohse. Ses compositions, formées d'éléments très simples, carrés et rectangles, auxquels se joint le cercle (1931), n'ont aucune référence à la nature et ne visent à aucune expression, ce que confirment les titres (Composition verticale-horizontale à triangles réciproques, 1918). Sa mort accidentelle en 1943 interrompt une évolution vers des formes plus organiques mais toujours très pures comme les courbes, les « coquilles », les barres coudées, et les lignes ondoyantes (Courants de lignes et lignes ouvertes, 1940). Ses principes de composition trouvent leur expression la plus novatrice dans les tableaux-reliefs tels que Relief rectangulaire ; cercles découpés, carrés peints et découpés, cubes et cylindres surgissant (1938). Son activité picturale s'inscrit d'ailleurs sans limitation précise dans ce qui constitue l'« environnement » ; ses travaux artisanaux l'y avaient très tôt préparée. C'est ainsi qu'elle conçoit (avec Arp et Van Doesburg) l'aménagement complet du foyer-bar-ciné-dancing-restaurant-salle de billard de l'Aubette à Strasbourg (1926-1928, totalement transformé en 1938 ; le ciné-dancing a été reconstitué de 1990 à 1994), les plans de sa maison de Meudon (1928) où elle vit jusqu'en 1939. Elle participe aux manifestations parisiennes à tendance géométrique : Cercle et Carré, créé par Michel Seuphor en 1930, puis Abstraction-Création, et fonde en 1937 la revue Plastique pour faire connaître cette peinture. Maintenant toujours un précieux équilibre entre la composition mathématique rigoureuse et l'imagination poétique, Sophie Taeuber-Arp développe entre les deux guerres un art de la simplicité géométrique qui ne peut être comparé pour sa constance d'application qu'à celui de Mondrian, mais dénué d'arrière-pensée métaphysique et consacré au seul épanouissement des moyens propres de la plastique : forme, couleur, ligne.

Marionnettes pour Le Roi Cerf, S. Taeuber-Arp

Photographie : Marionnettes pour Le Roi Cerf, S. Taeuber-Arp

Créé le 11 septembre 1918, Le Roi Cerf, d'après Carlo Gozzi, inaugure le théâtre de marionnettes suisse. Pour ce spectacle, Sophie Taeuber-Arp, riche de son expérience auprès du mouvement dada, a imaginé des créatures libérées de toute référence au réel, laissant volontairement... 

Crédits : Jonas Hänggi/ Kunstmuseum Basel

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification

Pour citer l’article

Michel FRIZOT, « TAEUBER-ARP SOPHIE - (1889-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sophie-taeuber-arp/