STRATIFICATION SOCIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les théories de la stratification ont en commun avec la théorie marxiste de chercher à rendre compte de l'inégalité des conditions que l'on constate au sein des sociétés. Alors que Karl Marx situe le principe d'explication de cette inégalité au niveau des rapports de production et conclut à une structure sociale divisée en classes antagonistes, les théories de la stratification conçoivent la société comme un ensemble de positions et de strates hiérarchiquement disposées en fonction d'une inégale distribution du pouvoir, de la richesse, des privilèges et du prestige.

Dès lors, le terme de classe, bien que surtout destiné à caractériser les aspects économiques du phénomène, coïncide avec ceux de strate et de couche sociale : il désigne les groupes de personnes qui occupent des statuts comparables et partagent les mêmes conditions et perspectives d'existence. Ces groupes se distinguent selon plusieurs critères, dont le mode de vie, le revenu et l'éducation de leurs membres, ainsi que la tendance de ces derniers à adopter les mêmes modèles de comportement et à se fréquenter entre eux. Lloyd Warner insiste aussi sur des critères subjectifs, tels que la représentation que se font les individus de leur propre situation et la réputation qu'ils attribuent aux autres.

Pour Max Weber, trois types de hiérarchies, reposant sur la propriété, sur le pouvoir et sur le prestige, se combinent pour fonder la stratification sociale : alors que les distinctions économiques et l'inégale répartition des biens déterminent les différentes classes, l'ordre politique engendre une hiérarchie entre les partis ; et le degré de prestige ou d'« honneur » que la société accorde aux caractéristiques individuelles ou sociales donne naissance à une série de groupes de status. Il y a cependant une certaine correspondance dans la composition et les intérêts des classes, des partis et des groupes de status, et une relation étroite entre eux.

De son côté, l'école fonctionnaliste fait de la stratification une nécessité de la vie collective. Selon Talcott Parsons, l'action sociale suppose une sélection et une évaluation des buts poursuivis par la collectivité, de sorte que les activités elles-mêmes sont évaluées et placées dans un ordre hiérarchique. On aboutit ainsi « à un classement différentiel des individus qui composent un système social donné et à leur qualification de supérieurs ou inférieurs les uns par rapport aux autres selon des valeurs importantes pour la société ». C'est aussi en fonction de ce classement statutaire que s'opère la répartition des biens et du pouvoir. Il s'ensuit aussi que les critères de hiérarchisation varient avec le système de valeurs propre à chaque société : celui-ci peut, par exemple, mettre l'accent sur le maintien de la tradition ou, au contraire, sur l'efficacité technique ; ce ne sont, dans les deux cas, ni les mêmes activités ni les mêmes qualités ou compétences individuelles qui auront le plus de prestige.

L'universalité de la stratification semble notamment attestée par l'observation, dans certaines sociétés animales, de formes élémentaires de distinctions sociales et d'ordres de préséance. Pour en rester aux collectivités humaines, Roger Bastide a montré que les groupes primitifs connaissent une inégalité des positions et des privilèges (liée en particulier au sexe et à l'âge) à l'intérieur de leur système de parenté, ainsi qu'une structure de domination-subordination entre les différents lignages.

En remontant à des formes plus complexes, on constate l'existence, dans des civilisations très anciennes, de véritables classes politiques et économiques superposées. On peut surtout voir dans le système des castes de l'Inde, avec son organisation rigide et son attachement à la règle d'endogamie, une forme extrême de stratification : selon Louis Dumont, c'est sur l'opposition de valeur entre les catégories religieuses du « pur » et de l'« impur » que se fonde la hiérarchie des castes ; c'est aussi par référence à cette distinction que se répartissent entre ces dernières les différents métiers ; par contre, la distribution du pouvoir est, à l'origine, un phénomène indépendant de ce principe de classification.

Les ordres de l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : assistant à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification

Autres références

«  STRATIFICATION SOCIALE  » est également traité dans :

CLASSES SOCIALES - Penser les classes sociales

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 4 745 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une référence centrale et controversée »  : […] Controversée, la conception marxiste des classes sociales reste une référence centrale dans la plupart des travaux ultérieurs, au moins d'un double point de vue. L'ancrage du concept marxiste de classe sociale dans l'économie (et, pour la période contemporaine, dans les rapports de propriété liés au mode de production capitaliste) est ainsi repris à son compte par Max Weber . Tout en critiquant « […] Lire la suite

MOBILITÉ SOCIALE

  • Écrit par 
  • Dominique MERLLIÉ
  •  • 2 473 mots

Dans le chapitre « Les indicateurs de mobilité sociale »  : […] Toutes les sociétés comportent des groupes sociaux ou des statuts inégalement valorisés et plus ou moins clairement hiérarchisés, constituant des formes diverses, elles-mêmes plus ou moins marquées ou rigides, de « stratification sociale ». L'analyse du fonctionnement et de la reproduction des sociétés conduit à s'interroger sur la manière dont sont attribués aux individus des groupes, statuts […] Lire la suite

MODE, sociologie

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Olivier BURGELIN
  •  • 5 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'offre et la demande »  : […] Le développement contemporain de la mode n'aurait pu se produire sans qu'apparaisse une offre d'un certain type. Par exemple, la mode paraît étroitement tributaire de la production massive, selon les normes de l'économie libérale, d'ersatz : objets de consommation courante, à bon marché, imitant les matériaux traditionnellement dotés de valeur ou de prestige (or, joyaux, soie, laine, bois, etc.). […] Lire la suite

ORGANISATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Jean CUISENIER
  •  • 5 285 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les groupes fondés sur la stratification de la société globale »  : […] Familles nucléaires, familles composées et groupes de consanguinité sont formés de parents et d'alliés, ou d'individus supposés tels, sans discrimination selon la richesse, la noblesse, la race ou la religion. Or dans aucune des cultures connues, jusques et y compris dans celles que l'on considère comme les plus « primitives », la parenté n'est seule à intervenir pour la formation des groupes et d […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Classe dominante

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 2 471 mots

Dans le chapitre « Bourgeoisie et élite(s) »  : […] Dans la perspective marxiste, le rapport de propriété est le rapport social déterminant. Dans le mode de production capitaliste, il oppose les bourgeois, propriétaires des moyens de production, aux prolétaires, détenteurs de leur seule force de travail. « Par bourgeoisie, on entend la classe des capitalistes modernes qui possèdent les moyens sociaux de production et utilisent le travail salar […] Lire la suite

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 394 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Segmentation et conflits de rôles »  : […] Les tensions sont directement liées à la différenciation des statuts et des rôles. L'idée a souvent été exprimée que les sociétés industrielles, qui sont les plus différenciées, sont traversées par un nombre croissant de conflits de rôles, dont la contrepartie est la résistance de ces sociétés à des déchirements complets. Un bon exemple de cette tendance est celui de l'éducation. La famille, l'éc […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Les systèmes de classe »  : […] Les classes sociales sont des groupes à l'intérieur d'un systéme hiérarchisé ; les membres entretiennent des relations d'abord à l'intérieur de leur propre groupe et secondairement avec la classe supérieure ou inférieure. Les classes sont rares dans les sociétés primitives, mais il existe presque toujours un certain genre de stratification. Les systèmes fondés sur l'âge, fréquents en Afrique orie […] Lire la suite

HIÉRARCHIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 990 mots

Observables dans toute société, archaïque ou moderne, totale – la société française, par exemple – ou partielle – le salon de Mme Verdurin –, les phénomènes de hiérarchisation sociale sont familiers et omniprésents. Dans toute société, les agents sociaux se classent les uns par rapport aux autres, se distinguent les uns des autres sous le rapport du prestige, du pouvoir ou de la richesse. Malgré c […] Lire la suite

CÔTE D'IVOIRE

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 13 470 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un pays d'immigration : de la division sociale du travail entre étrangers et « Ivoiriens de souche » »  : […] Les revendications (et les violences) actuelles liées à l'ivoirité, l'autochtonie et au nationalisme sont indissociables de la trajectoire d'une économie politique, celle de l'économie de plantation instaurée sous la colonie, qui produisit un développement inégal du territoire, mais aussi et surtout une modification sensible des équilibres démographiques, en faisant massivement appel à une main-d […] Lire la suite

ÉCONOMIE RÉGIONALE ET URBAINE

  • Écrit par 
  • Jacques THISSE
  •  • 12 076 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Stratification sociale des villes »  : […] En dépit d'un pouvoir explicatif incontestable, on peut légitimement s'interroger sur la pertinence du modèle canonique de l'économie urbaine puisque l'on y suppose des individus dotés d'un revenu identique. Ce modèle a évidemment été étendu au cas de groupes de travailleurs disposant de revenus différents. Le marché foncier joue le rôle d’une trieuse qui sélectionne les ménages disposant de la d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Xavier ROZE, « STRATIFICATION SOCIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stratification-sociale/