STRATIFICATION SOCIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les théories de la stratification ont en commun avec la théorie marxiste de chercher à rendre compte de l'inégalité des conditions que l'on constate au sein des sociétés. Alors que Karl Marx situe le principe d'explication de cette inégalité au niveau des rapports de production et conclut à une structure sociale divisée en classes antagonistes, les théories de la stratification conçoivent la société comme un ensemble de positions et de strates hiérarchiquement disposées en fonction d'une inégale distribution du pouvoir, de la richesse, des privilèges et du prestige.

Dès lors, le terme de classe, bien que surtout destiné à caractériser les aspects économiques du phénomène, coïncide avec ceux de strate et de couche sociale : il désigne les groupes de personnes qui occupent des statuts comparables et partagent les mêmes conditions et perspectives d'existence. Ces groupes se distinguent selon plusieurs critères, dont le mode de vie, le revenu et l'éducation de leurs membres, ainsi que la tendance de ces derniers à adopter les mêmes modèles de comportement et à se fréquenter entre eux. Lloyd Warner insiste aussi sur des critères subjectifs, tels que la représentation que se font les individus de leur propre situation et la réputation qu'ils attribuent aux autres.

Pour Max Weber, trois types de hiérarchies, reposant sur la propriété, sur le pouvoir et sur le prestige, se combinent pour fonder la stratification sociale : alors que les distinctions économiques et l'inégale répartition des biens déterminent les différentes classes, l'ordre politique engendre une hiérarchie entre les partis ; et le degré de prestige ou d'« honneur » que la société accorde aux caractéristiques individuelles ou sociales donne naissance à une série de groupes de status. Il y a cependant une certaine correspondance dans la composition et les intérêts des classes, des partis et des groupes de status, et une relation étroite entre e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : assistant à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification

Autres références

«  STRATIFICATION SOCIALE  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Stratification sociale et pouvoir »  : […] Une des tâches de l'anthropologie politique est de montrer les formes particulières que prennent le pouvoir et les inégalités sur lesquelles il s'appuie dans le cadre des sociétés traditionnelles. On peut évoquer, d'abord, les inégalités primaires fondées sur des critères naturels (sexe et âge) et « traitées » par le milieu culturel au sein duquel elles s'expriment ; elles instaurent une hiérar […] Lire la suite

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 315 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La structure sociale »  : […] La fusion des ethnies sumérienne et sémitique, juste avant le xix e siècle, marque la naissance de la Babylonie. Le sumérien, devenu langue savante, est supplanté par l'akkadien, et c'est dans cet idiome, désormais seul officiel, que Hammourabi entend parachever, au moyen de son Code, l'unification du droit : il semble avoir tenu compte, notamment en matière de mariage, de la coexistence de deux […] Lire la suite

CASTES

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 5 986 mots

La division analytique de l'humanité (et non pas seulement de la société indienne) en quatre classes fonctionnelles hiérarchisées constitue un système professé par les brahmanes auteurs des Traités de la disposition naturelle des choses ( Dharmaśāstra ). Sa spécificité indienne ne porte que sur les applications prescrites dans les rapports sociaux et les lois, car l'existence dans les sociétés d' […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Penser les classes sociales

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 4 744 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une référence centrale et controversée »  : […] Controversée, la conception marxiste des classes sociales reste une référence centrale dans la plupart des travaux ultérieurs, au moins d'un double point de vue. L'ancrage du concept marxiste de classe sociale dans l'économie (et, pour la période contemporaine, dans les rapports de propriété liés au mode de production capitaliste) est ainsi repris à son compte par Max Weber . Tout en critiquant « […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Classe dominante

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 2 471 mots

Dans le chapitre « Bourgeoisie et élite(s) »  : […] Dans la perspective marxiste, le rapport de propriété est le rapport social déterminant. Dans le mode de production capitaliste, il oppose les bourgeois, propriétaires des moyens de production, aux prolétaires, détenteurs de leur seule force de travail. « Par bourgeoisie, on entend la classe des capitalistes modernes qui possèdent les moyens sociaux de production et utilisent le travail salar […] Lire la suite

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 390 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Segmentation et conflits de rôles »  : […] Les tensions sont directement liées à la différenciation des statuts et des rôles. L'idée a souvent été exprimée que les sociétés industrielles, qui sont les plus différenciées, sont traversées par un nombre croissant de conflits de rôles, dont la contrepartie est la résistance de ces sociétés à des déchirements complets. Un bon exemple de cette tendance est celui de l'éducation. La famille, l'éc […] Lire la suite

CÔTE D'IVOIRE

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 13 468 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un pays d'immigration : de la division sociale du travail entre étrangers et « Ivoiriens de souche » »  : […] Les revendications (et les violences) actuelles liées à l'ivoirité, l'autochtonie et au nationalisme sont indissociables de la trajectoire d'une économie politique, celle de l'économie de plantation instaurée sous la colonie, qui produisit un développement inégal du territoire, mais aussi et surtout une modification sensible des équilibres démographiques, en faisant massivement appel à une main-d […] Lire la suite

DÉCLASSEMENT, sociologie

  • Écrit par 
  • Camille PEUGNY
  •  • 994 mots

Le déclassement, concept très présent dans le débat public depuis la fin des années 1990, est une notion sociologique polysémique qui peut renvoyer à trois définitions distinctes, et donc à trois réalités sociales différentes mais non exclusives les unes des autres. Dans une première acception, le déclassement revêt une dimension intergénérationnelle et est alors synonyme de mobilité sociale desc […] Lire la suite

ÉCONOMIE RÉGIONALE ET URBAINE

  • Écrit par 
  • Jacques THISSE
  •  • 12 076 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Stratification sociale des villes »  : […] En dépit d'un pouvoir explicatif incontestable, on peut légitimement s'interroger sur la pertinence du modèle canonique de l'économie urbaine puisque l'on y suppose des individus dotés d'un revenu identique. Ce modèle a évidemment été étendu au cas de groupes de travailleurs disposant de revenus différents. Le marché foncier joue le rôle d’une trieuse qui sélectionne les ménages disposant de la d […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Les systèmes de classe »  : […] Les classes sociales sont des groupes à l'intérieur d'un systéme hiérarchisé ; les membres entretiennent des relations d'abord à l'intérieur de leur propre groupe et secondairement avec la classe supérieure ou inférieure. Les classes sont rares dans les sociétés primitives, mais il existe presque toujours un certain genre de stratification. Les systèmes fondés sur l'âge, fréquents en Afrique orie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Xavier ROZE, « STRATIFICATION SOCIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stratification-sociale/