SOCIOLOGIELes grands courants

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les sociologies de l'action

Depuis Max Weber (1864-1920) et la publication de son ouvrage posthume, Wirtschaft und Gesellschaft, les sociologues ont pris l'habitude de distinguer quatre types idéaux d'actions humaines dont deux relèvent prioritairement des relations sociales communautaires (Vergemeinschaftung) : l'action traditionnelle et l'action émotionnelle (Affektual), et deux des relations sociétaires (Vergesellschaftung) : l'action rationnelle en finalité, de type instrumentale (Zweckrationalität), et l'action rationnelle en valeur, de type axiologique (Wertrationalität). Une partie de la postérité wébérienne a consisté à reprendre, critiquer, développer, amender cette typologie de type « compréhensive ».

Choix rationnel et individualisme méthodologique

La théorie du choix rationnel a tenté de complexifier et parfois d'infléchir les modèles d'analyse de l'action rationnelle tels que les mettent en œuvre les économistes. Selon ces derniers, un comportement est dit rationnel dès qu'il peut être modélisé au moyen du postulat d'optimisation du rapport bénéfices/coûts. Mais, pour les sociologues du « choix rationnel », l'optimisation se fait en situation de contrainte, ce qui les conduit à redéfinir une « rationalité sociale » distincte des versions de la rationalité des sciences économiques et politiques. Cette rationalité sociale suppose des individus qui mobilisent des ressources pour atteindre des objectifs très divers, sous des contraintes variables. Lorsque ces objectifs sont « substantiels » (traduisibles monétairement), la maximisation est postulée : le calcul bénéfice/coût peut s'appliquer selon le modèle de l'homo œconomicus. Lorsque les objectifs sont « opérationnels » (non monétaires), on se trouve dans des cas de rationalité limitée ou complexe, par exemple lorsque l'accès aux ressources et aux informations nécessaires à la décision est très inégal ou lorsque des capacités sont trop inégales pour postuler le même traitement des données pour prendre les décisions.

La question de savoir si un modèle élargi de « rationalité sociale » est applicable à tous les cas concrets reste ouverte (Siegwart Lindenberg, 2001). En effet, celle-ci fait intervenir cette « rationalité axiologique » définie par Max Weber comme la relation entre l'action et l'adhésion à des valeurs. C'est la raison pour laquelle, dans le souci de mieux distinguer et relier les diverses formes de rationalité, Raymond Boudon, démarquant l'individualisme méthodologique du seul choix rationnel, a élaboré le concept de « rationalité cognitive » (1995) pour désigner le fait commun à toutes les conduites rationnelles de pouvoir être justifiées par des « bonnes raisons » qu'elles soient de type économiques (intérêt), de type moral ou éthique (valeur) ou même de type logique (cognition).

Ainsi redéfini, « l'individualisme méthodologique », incluant la théorie du choix rationnel, procède au moyen de modélisations des actions individuelles permettant d'expliquer une corrélation jugée significative ou une relation historique jugée exemplaire par les « bonnes raisons » des acteurs individuels considérés comme des types abstraits.

L'analyse stratégique : l'acteur et le système

Issu des travaux d'Herbert Simon (1947) sur la rationalité limitée et de ceux de Michel Crozier sur l'administration française et Le Phénomène bureaucratique (1964), ce courant se rattache aux sociologies de l'action dans une perspective particulière, celle des rapports de pouvoir conçu non comme de la domination, mais comme des capacités inégales d'influencer autrui au sein d'une organisation, ou mieux, d'un système d'action concret. Formalisée dans l'ouvrage L'Acteur et le système par Michel Crozier et Erhard Friedberg (1977), cette orientation a connu un grand succès auprès de tous les spécialistes et acteurs des organisations à qui elle apporte non seulement des éléments d'analyse mais aussi des méthodes et concepts liant compréhension des jeux d'acteurs et transformation du système d'action concret.

La thèse centrale sous-jacente à ce courant de recherche est que tout acteur dans un système d'action concret, considéré comme un ensemble de jeux structurés par des règles, possède des ressources – certes inégales – lui permettant de construire des zones d'incertitude à l'intérieur du s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Émile Durkheim

Émile Durkheim
Crédits : Bettman/ Getty Images

photographie

Karl Marx

Karl Marx
Crédits : Courtesy of the trustees of the British Museum

photographie

Raymond Boudon

Raymond Boudon
Crédits : D.R.

photographie

Norbert Elias

Norbert Elias
Crédits : Roland Witschel/ picture alliance/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'Université, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, fondateur du Laboratoire Printemps (professions, institutions, temporalité), U.M.R. 8085 du C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  SOCIOLOGIE  » est également traité dans :

SOCIOLOGIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Howard S. BECKER
  •  • 1 121 mots

La sociologie n'a pas de date de naissance ou de père fondateur unanimement reconnus. Pour certains, son histoire commence avec Hérodote ou Machiavel. Pour ma part, je préfère la faire débuter avec Auguste Comte, en grande partie du fait que son Système de politique positive ou traité de sociologie est paru en 1839, année où Daguerr […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - La démarche sociologique

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 5 426 mots

On parle de démarche en sociologie pour indiquer non pas une suite balisée d'opérations répertoriées par la littérature méthodologique (observations conduisant à des questions, puis recueil de données, choix d'un cadre théorique, hypothèses, vérification, discussion des théories alternatives...), mais plutôt une façon de voir, un regard et une écoute, bref une posture qui se distingue par le point […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Les méthodes

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 7 617 mots
  •  • 4 médias

Une part importante des débats scientifiques en sociologie a porté, jusqu'à aujourd'hui, sur les questions de méthode. Depuis 1895 et l'ouvrage fondateur d'Émile Durkheim Les Règles de la méthode sociologique, on peut même dire que la méthodologie, entendue comme l'ensemble des règles d'inves […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

La sociologie n'est pas née ex nihilo toute armée de concepts et de méthodes. Avant qu'elle puisse s'imposer comme nouveau modèle de connaissance, il aura fallu qu'un ensemble de questionnements originaux rompe avec les représentations instituées du monde et des hommes. Au xviii […] Lire la suite

ACCULTURATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 8 292 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Situation actuelle du problème : la perspective sociologique »  : […] Malgré tous ces progrès, le « culturalisme » nord-américain ne pouvait satisfaire les esprits européens, et l'apport de l'Europe (l'Europe de la sociologie ou de l'anthropologie sociale tournée vers l'anthropologie culturelle) à la clarification des problèmes de l'acculturation nous paraît considérable : il ne tend à rien de moins qu'à une révision de tout le système théorique élaboré en grande p […] Lire la suite

ACTION COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 471 mots

On entend par ce terme, propre à la sociologie des minorités, des mouvements sociaux et des organisations, toutes les formes d'actions organisées et entreprises par un ensemble d'individus en vue d'atteindre des objectifs communs et d'en partager les profits. C'est autour de la question des motivations, des conditions de la coopération et des difficultés relatives à la coordination des membres […] Lire la suite

ACTION RATIONNELLE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 633 mots
  •  • 1 média

Les théories sociologiques ne convergent pas, loin s'en faut, lorsqu'il est question de rendre intelligibles les comportements individuels. D'inspiration psychologique, certaines estiment que les hommes demeurent avant tout les jouets de leurs passions. Dans un registre tout différent, d'autres analysent les pratiques comme la simple actualisation des structures sociales dont les individus seraie […] Lire la suite

ADMINISTRATION - La science administrative

  • Écrit par 
  • Jacques CHEVALLIER, 
  • Danièle LOCHAK
  •  • 3 207 mots

Dans le chapitre « Les principaux courants de la science administrative contemporaine »  : […] L'intitulé « science administrative » recouvre aujourd'hui des recherches portant sur des objets variables et entreprises dans des perspectives diverses. On peut, en dépit de la part d'arbitraire qui s'attache à toute classification de ce type, distinguer parmi elles trois courants : un courant juridico-politique dont le but essentiel est de parvenir à une meilleure connaissance des structures et […] Lire la suite

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Le concept d'anomie forgé par Durkheim est un des plus importants de la théorie sociologique. Il caractérise la situation où se trouvent les individus lorsque les règles sociales qui guident leurs conduites et leurs aspirations perdent leur pouvoir, sont incompatibles entre elles ou lorsque, minées par les changements sociaux, elles doivent céder la place à d'autres. Durkheim a montré que l'affa […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La construction de l'ethnologie »  : […] Les introductions classiques assignent à la naissance de l'ethnologie des dates différentes ; certaines la font remonter à Hérodote, d'autres à Rousseau ou à Morgan. La référence à Hérodote s'explique par l'intérêt qu'il porta à la description des autres peuples, considérés toutefois comme des barbares ; la référence à Rousseau ne repose pas tant sur son mythe du bon sauvage que sur sa façon de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude DUBAR, « SOCIOLOGIE - Les grands courants », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-grands-courants/