Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CROZIER MICHEL (1922-2013)

Michel Crozier - crédits : Eric Legouhy/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Michel Crozier

Né en 1922 à Sainte-Menehould (Marne), Michel Crozier mène des études de droit et obtient une habilitation à diriger des recherches en sociologie en 1963, puis devient directeur de recherches au C.N.R.S., professeur de sociologie à Nanterre, et professeur à l'Institut d'études politiques de Paris en 1975. Il a également enseigné à Harvard. Il s'est surtout intéressé au monde des employés et des fonctionnaires et a contribué à la diffusion d'une vision sociologique de la bureaucratie.

Une sociologie de la bureaucratie

Alors que ses premiers travaux sont encore principalement consacrés à l'histoire du mouvement ouvrier et à l'action des syndicats, Crozier s'est intéressé à partir de son entrée au C.N.R.S., en 1952, au rôle des employés et des petits fonctionnaires dans la structure sociale française. Il aborde cet univers sous les angles des phénomènes de la conscience de classe et de la participation sociale. Il élabore ainsi une analyse sociologique de l'administration où il propose un compromis entre une vision rationaliste des capacités de choix des agents, découlant des conceptions wébériennes, et un certain humanisme fondé sur l'affirmation de l'irréductibilité des mêmes agents aux impératifs des appareils bureaucratiques. Le modèle qu'il met au point implique l'existence, au sein des organisations, de « zones d'incertitudes », que cherchent à maîtriser les acteurs, en vue de consolider leurs positions stratégiques.

Son interprétation comporte une conception de la bureaucratie en tant qu'entité résistante, réticente au changement. Des mécanismes d'adaptation sont créés par ceux qui travaillent dans les organisations bureaucratiques afin de surmonter des rapports éventuellement conflictuels. Ces organisations sont donc des lieux relativement fermés sur eux-mêmes, qui constituent des freins au dynamisme souhaité d'une société moderne, en particulier de la société française. Les routines et rigidités qui y affectent les institutions bureaucratisées font précisément partie des moyens de défense de ceux qui doivent y subir des relations d'autorité trop oppressantes, héritées d'une longue tradition. Crozier tire ses conclusions d'observations empiriques, et non de raisonnements abstraits. Si son livre Le Phénomène bureaucratique (1963) repose sur une analyse du comportement des fonctionnaires de deux administrations françaises (les Chèques postaux et la S.E.I.T.A.), un autre ouvrage, Le Monde des employés de bureau (1965), est tiré d'une enquête qui a porté sur sept compagnies d'assurances parisiennes.

Pour Crozier, les sociologues doivent analyser et comprendre leur société en vue de contribuer à la décision politique. Il s'est lui-même efforcé d'exercer une influence sur la politique de réformes préconisée par Jacques Chaban-Delmas, Premier ministre de 1969 à 1972. En référence à un modèle de société positivement rationalisée, il critique le « blocage » de l'administration et de la société françaises en raison des structures d'autorité, de la centralisation et de la réglementation qui les caractérisent, et qui ne permettent le changement que par le recours au conflit ouvert, sans que cependant la structure globale soit modifiée en profondeur. Il convient de dépasser ce mode de changement par la constitution d'unités d'organisation basées sur la coopération et la participation, et qui font la part la plus belle possible à la rationalité.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Claude JAVEAU. CROZIER MICHEL (1922-2013) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ADMINISTRATION - La science administrative

    • Écrit par et
    • 3 208 mots
    En France, la sociologie des organisations s'est implantée sous l'impulsion de Michel Crozier, qui a fait connaître les travaux des sociologues américains et s'en est inspiré pour ses propres recherches. La méthode « clinique » qu'il préconise se fonde sur l'hypothèse que toute organisation se structure...
  • BUREAUCRATIE

    • Écrit par
    • 4 267 mots
    Michel Crozier en a tenté une transposition sur un plan sociologique plus large et s'en est servi comme point de départ d'une théorie nouvelle des formes bureaucratiques. Le pouvoir d'un individu à l'intérieur d'une organisation dépend, selon lui, de sa capacité de contrôler une source d'incertitude...
  • INTERVENTION SOCIOLOGIQUE

    • Écrit par
    • 3 853 mots
    Une autre démarche de caractère global est celle qui est développée en France par M. Crozier (1970). Pour lui, les sources des dysfonctionnements ne se trouvent pas dans les hommes ou dans les structures, mais dans les règles du jeu qui gouvernent leurs rapports. Le but est toujours de changer...
  • ORGANISATIONS THÉORIE DES

    • Écrit par
    • 5 326 mots
    Si March et Simon développent, dans Les Organisations, l'idée d'une « rationalité limitée de l'organisation », comme l'indiquent Crozier et Friedberg, ils n'en tirent pas les conséquences pratiques et continuent d'analyser les organisations selon les schémas de la pensée rationaliste classique....
  • Afficher les 8 références