CROZIER MICHEL (1922-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1922 à Sainte-Menehould (Marne), Michel Crozier mène des études de droit et obtient une habilitation à diriger des recherches en sociologie en 1963, puis devient directeur de recherches au C.N.R.S., professeur de sociologie à Nanterre, et professeur à l'Institut d'études politiques de Paris en 1975. Il a également enseigné à Harvard. Il s'est surtout intéressé au monde des employés et des fonctionnaires et a contribué à la diffusion d'une vision sociologique de la bureaucratie.

Michel Crozier

Michel Crozier

photographie

Michel Crozier est connu pour son analyse de la « société bloquée » et pour son rôle pionnier dans le développement de la sociologie de organisations. Il est l'auteur, dans l'Encyclopædia Universalis, de l'article « Bureaucratie ». 

Crédits : Sophie Bassouls/ Sygma/ Corbis

Afficher

Une sociologie de la bureaucratie

Alors que ses premiers travaux sont encore principalement consacrés à l'histoire du mouvement ouvrier et à l'action des syndicats, Crozier s'est intéressé à partir de son entrée au C.N.R.S., en 1952, au rôle des employés et des petits fonctionnaires dans la structure sociale française. Il aborde cet univers sous les angles des phénomènes de la conscience de classe et de la participation sociale. Il élabore ainsi une analyse sociologique de l'administration où il propose un compromis entre une vision rationaliste des capacités de choix des agents, découlant des conceptions wébériennes, et un certain humanisme fondé sur l'affirmation de l'irréductibilité des mêmes agents aux impératifs des appareils bureaucratiques. Le modèle qu'il met au point implique l'existence, au sein des organisations, de « zones d'incertitudes », que cherchent à maîtriser les acteurs, en vue de consolider leurs positions stratégiques.

Son interprétation comporte une conception de la bureaucratie en tant qu'entité résistante, réticente au changement. Des mécanismes d'adaptation sont créés par ceux qui travaillent dans les organisations bureaucratiques afin de surmonter des rapports éventuellement conflictuels. Ces organisations sont donc des lieux relativement fermés sur eux-mêmes, qui constituent des freins au dynamisme souhaité d'une société moderne, en particulier de la société française. Les routines et rigidités qui y affectent les institutions bureaucratisées font précisément partie des moyens de dé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CROZIER MICHEL (1922-2013)  » est également traité dans :

ADMINISTRATION - La science administrative

  • Écrit par 
  • Jacques CHEVALLIER, 
  • Danièle LOCHAK
  •  • 3 207 mots

Dans le chapitre « Les principaux courants de la science administrative contemporaine »  : […] En France, la sociologie des organisations s'est implantée sous l'impulsion de Michel Crozier, qui a fait connaître les travaux des sociologues américains et s'en est inspiré pour ses propres recherches. La méthode « clinique » qu'il préconise se fonde sur l'hypothèse que toute organisation se structure autour de relations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/administration-la-science-administrative/#i_92784

BUREAUCRATIE

  • Écrit par 
  • Michel CROZIER
  •  • 4 254 mots

Dans le chapitre « Les néo-rationalistes »  : […] Michel Crozier en a tenté une transposition sur un plan sociologique plus large et s'en est servi comme point de départ d'une théorie nouvelle des formes bureaucratiques. Le pouvoir d'un individu à l'intérieur d'une organisation dépend, selon lui, de sa capacité de contrôler une source d'incertitude déterminante pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bureaucratie/#i_92784

INTERVENTION SOCIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • W. ACKERMANN
  •  • 3 834 mots

Dans le chapitre « Principales démarches »  : […] Une autre démarche de caractère global est celle qui est développée en France par M. Crozier (1970). Pour lui, les sources des dysfonctionnements ne se trouvent pas dans les hommes ou dans les structures, mais dans les règles du jeu qui gouvernent leurs rapports. Le but est toujours de changer les comportements, mais l'approche proposée est plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intervention-sociologique/#i_92784

ORGANISATIONS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • René DAVAL
  •  • 5 301 mots

Dans le chapitre « La théorie actionniste des organisations »  : […] , l'idée d'une « rationalité limitée de l'organisation », comme l'indiquent Crozier et Friedberg, ils n'en tirent pas les conséquences pratiques et continuent d'analyser les organisations selon les schémas de la pensée rationaliste classique. C'est du moins le reproche que leur adressent les auteurs de L'Acteur et le Système […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-organisations/#i_92784

PARTIS POLITIQUES - Théorie

  • Écrit par 
  • Michel OFFERLÉ
  •  • 7 098 mots

Dans le chapitre « Une sociologie constructiviste et relationnelle »  : […] Pierre Bourdieu, l'agent social sans son champ ou, selon ceux de Michel Crozier, l'acteur sans son système. Pour répondre à la question « pourquoi et comment les agents font ce qu'ils font », il faut s'intéresser à leurs trajectoires sociales et comprendre comment leurs cadres cognitifs, matériels et interactionnels, ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/partis-politiques-theorie/#i_92784

PROFESSIONS SOCIOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel EYMERI-DOUZANS
  •  • 3 416 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La sociologie française et les professions »  : […] faux objets ». Quant à ce courant riche d'échanges avec les États-Unis qu'est la sociologie des organisations, animée par Michel Crozier, sa propension à laisser seul à seul « l'acteur » stratège et « le système » organisationnel sans considération des groupes et des collectifs d'appartenance des individus sociaux était peu propice à fournir un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-des-professions/#i_92784

SOCIÉTÉ DE MASSE

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 3 716 mots

Dans le chapitre « Des chances espérées et un risque durable »  : […] exemple), elles parviennent à accroître leurs activités. La bureaucratisation se heurte elle aussi à une résistance humaine, et Michel Crozier, après Alvin Gouldner (Industrial Bureaucracy), a mis au jour les relations sociales qui persistent en dépit des règles impersonnelles selon lesquelles les bureaucraties devraient fonctionner. Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-de-masse/#i_92784

SOCIOLOGIE - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Claude DUBAR
  •  • 7 717 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'analyse stratégique : l'acteur et le système »  : […] Issu des travaux d'Herbert Simon (1947) sur la rationalité limitée et de ceux de Michel Crozier sur l'administration française et Le Phénomène bureaucratique (1964), ce courant se rattache aux sociologies de l'action dans une perspective particulière, celle des rapports de pouvoir conçu non comme de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-les-grands-courants/#i_92784

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude JAVEAU, « CROZIER MICHEL - (1922-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-crozier/