Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SÉMITES

Le mythe du Sémite

Si les Sémites ont formé à l'origine un seul peuple, il est légitime de rechercher les traces de leurs institutions primitives, de leurs idées et de leur mentalité dans ce que les peuples attestés historiquement ont en commun. L'étude comparée du vocabulaire de la parenté permet ainsi de deviner qu'ils ont privilégié le lignage paternel. Dans le domaine de la religion, les résultats de l'enquête sont décevants, étant donné la pauvreté du vocabulaire commun s'y rapportant. On trouve quelques termes dénotant des pratiques peu caractéristiques, quelques noms divins omniprésents, tels que El et Athtar (Ishtar en Mésopotamie), mais rien ne prouve qu'ils aient toujours et partout correspondu à la même représentation. On constate tout au plus, grâce à l'étude des noms propres significatifs, que les Sémites ont souvent conçu leurs divinités comme providentielles et protectrices de l'individu, et l'on peut entrevoir ainsi quelque chose de leur piété, mais on ne saurait parler d'un panthéon sémitique commun et moins encore d'une mythologie commune.

C'est un grave abus que de tenir pour des traits « sémitiques » ce que quelques-unes des civilisations considérées ont produit de plus frappant et de plus spécifique, et aussi certaines déficiences qu'on croit y remarquer. C'est surtout en combinant divers aspects du prophétisme israélite et de l'islam que Renan a tracé un portrait générique du Sémite, qu'il entendait opposer à l'Aryen : le Sémite possède un sens invétéré de la majesté et de l'unicité de Dieu, il est animé par un besoin intransigeant de justice, mais il pèche par fanatisme, par pauvreté d'imagination, par incapacité esthétique et politique, par son mépris de la « science positive » ; la civilisation occidentale doit aux Aryens les plus belles de ses vertus, et Renan ne doute pas qu'elle ne devienne de moins en moins déterminée par les influences sémitiques qu'elle a reçues du christianisme. Si Renan n'a pas versé dans l'« antisémitisme » vulgaire, c'est que, pour lui, les anciens Sémites ont pour seuls représentants modernes les Arabes musulmans. Plus près de nous, et avec plus de prudence, G. Levi della Vida a tenté de dégager quelques aspects constants de la mentalité et de l'activité des Sémites. Il reprend certains arguments de Renan, comme celui de l'incapacité mythopoïétique des Sémites, argument que les découvertes d'Ougarit sont venues depuis infirmer. Il aboutit surtout à dresser un tableau de détails contradictoires : à l'exaltation religieuse des prophètes et des ascètes s'opposent l'esprit d'initiative et le savoir-faire des marchands (mais peut-on traiter sous un même titre des trafiquants assyriens d'Anatolie, des colons phéniciens, des marchands juifs ou yéménites ?), au prophétisme s'oppose le légalisme, au misonéisme le progressisme. Il est évident qu'on ne saurait invoquer comme ethniques, sinon comme raciaux, des aspects aussi divers de civilisations diverses et qui correspondent à des situations particulières imposées aux Sémites par les contingences de l'histoire.

— André CAQUOT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AKKAD

    • Écrit par Gilbert LAFFORGUE
    • 2 890 mots
    • 3 médias

    Akkad (du sémitique Akkadû, forme à laquelle le scribe préférait Agadé) désigne à la fois une « ville de royauté » du IIIe millénaire avant J.-C. et la partie nord de la Babylonie. Du nom de la cité dérive le terme akkadien, qui sert à qualifier la dynastie royale d'Akkad, la population...

  • AMORRITES ou AMORRHÉENS

    • Écrit par Gilbert LAFFORGUE
    • 728 mots

    Amorrites, ou Amorrhéen, est un nom de peuple que les orientalistes ont tiré du mot akkadien Amourrou, par lequel les Mésopotamiens désignaient la région située à l'ouest de leur pays et aussi ses habitants.

    Comme les Amorrites n'ont pas écrit leur langue, nous ne les connaissons que par...

  • ARAMÉENS

    • Écrit par R.D. BARNETT
    • 1 910 mots
    • 1 média

    On groupe, sous le nom d'Araméens, une confédération de tribus qui parlaient un langage nord-sémitique et qui, entre le xie et le viiie siècle avant J.-C., occupèrent le pays d'Aram, région englobant des territoires assez étendus au nord de la Syrie. À la même époque, certaines...

  • ASSYRIE

    • Écrit par Guillaume CARDASCIA, Gilbert LAFFORGUE
    • 9 694 mots
    • 6 médias
    ...un temple « pour la vie de son maître », le roi d'Our, Amar-Souen (env. 2045). Puis, après l'effondrement de cet empire sous les coups des Amorrites ( Sémites venus de l'ouest), des inscriptions qui commencent vers 1970 indiquent qu'Assour est gouvernée par des princes indépendants qui portent des noms...
  • Afficher les 16 références

Voir aussi