Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SÉMITES

Bibliographie

G. A. Barton, Semitic and Hamitic Origins, Philadelphie, 1934

C. Brockelmann, Semitische Sprachwissenschaft, Leipzig, 1906

L. Caetani, Studi di storia orientale, Milan, 1911

R. Dussaud, La Pénétration des Arabes en Syrie avant l'islam, Paris, 1955

T. Fahd, La Divination arabe, Strasbourg, 1966

P. Fronzaroli, « Studi sul lessico comune semitico », in Rendiconti della Accademia nazionale dei Lincei, 1964, 1965, 1968

F. Gabrielli, L'Antica Società beduina, Rome, 1959

I. Guidi, « Della sede primitiva dei popoli semitici », in Atti della Reale Accademia dei Lincei, 1879 ; Histoire du peuple d'Israël, t. I, Paris, 1887

K. M. Kenyon, Amorites and Canaanites, Londres, 1966

G. Levi della Vida, Storia e religione nell'Oriente semitico, Florence, 1924

P. Marrassini, Formazione del lessico dell'edilizia militare nel semitico di Siria, Florence, 1971

S. Moscati, Histoire et civilisation des peuples sémitiques, Paris, 1955

M. Olender, Les Langues du paradis, Gallimard, Paris, 1989

H. Rabin, « The Origin of the Subdivisions of Semitic », in Hebrew and Semitic Studies Presented to G. R. Driver, Oxford, 1963

E. Renan, Histoire générale des langues sémitiques, Paris, 1855.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AKKAD

    • Écrit par Gilbert LAFFORGUE
    • 2 890 mots
    • 3 médias

    Akkad (du sémitique Akkadû, forme à laquelle le scribe préférait Agadé) désigne à la fois une « ville de royauté » du IIIe millénaire avant J.-C. et la partie nord de la Babylonie. Du nom de la cité dérive le terme akkadien, qui sert à qualifier la dynastie royale d'Akkad, la population...

  • AMORRITES ou AMORRHÉENS

    • Écrit par Gilbert LAFFORGUE
    • 728 mots

    Amorrites, ou Amorrhéen, est un nom de peuple que les orientalistes ont tiré du mot akkadien Amourrou, par lequel les Mésopotamiens désignaient la région située à l'ouest de leur pays et aussi ses habitants.

    Comme les Amorrites n'ont pas écrit leur langue, nous ne les connaissons que par...

  • ARAMÉENS

    • Écrit par R.D. BARNETT
    • 1 910 mots
    • 1 média

    On groupe, sous le nom d'Araméens, une confédération de tribus qui parlaient un langage nord-sémitique et qui, entre le xie et le viiie siècle avant J.-C., occupèrent le pays d'Aram, région englobant des territoires assez étendus au nord de la Syrie. À la même époque, certaines...

  • ASSYRIE

    • Écrit par Guillaume CARDASCIA, Gilbert LAFFORGUE
    • 9 694 mots
    • 6 médias
    ...un temple « pour la vie de son maître », le roi d'Our, Amar-Souen (env. 2045). Puis, après l'effondrement de cet empire sous les coups des Amorrites ( Sémites venus de l'ouest), des inscriptions qui commencent vers 1970 indiquent qu'Assour est gouvernée par des princes indépendants qui portent des noms...
  • Afficher les 16 références

Voir aussi