Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SECTES

Les déplacements des controverses autour des sectes

L'évolution constatée des sectes s'accompagne d'un déplacement des controverses à leur sujet. Il faut souligner aussi que les acteurs et les enjeux ne sont plus du tout les mêmes que dans la période des années 1950.

Tout d'abord, la polémique ne se situe plus essentiellement dans le camp des Églises officielles. Leurs représentants adoptent un ton mesuré à propos du phénomène des sectes, préférant souligner le besoin spirituel qu'elles révéleraient, plutôt que d'en dénoncer l'existence même – certaines attaques pouvant en effet se retourner contre des mouvements apparus au sein même de ces Églises. Le discours virulent contre les sectes n'émane plus que de courants intégristes qui voient en elles des tentatives de subversion de l'« Occident chrétien », voire le prélude à l'arrivée de l'Antéchrist, ou bien parfois de courants chrétiens de gauche qui n'hésitent pas à critiquer le fonctionnement de certains mouvements d'Église tels que l'Opus Dei en les assimilant aux sectes du dehors en raison d'analogies dans l'organisation interne et le mode d'exercice du pouvoir.

Le discours antisectes provient aujourd'hui essentiellement de militants laïcs secondés par des praticiens, notamment dans le domaine psychiatrique. Il est largement relayé par les médias. Une littérature prolixe a fleuri, enrichie de témoignages d'anciens adeptes ou d'enquêtes dénonciatrices menées par des journalistes spécialisés qui travaillent souvent en lien étroit avec les associations antisectes apparues au milieu des années 1970, l'une autour de la défense de la famille et de l'individu, l'autre qui s'attache, dans une optique plus classiquement rationaliste, à repérer et à dénoncer les « manipulations mentales » dont les membres des sectes seraient l'objet. Un certains nombre de procès ont eu lieu, notamment autour de la garde d'enfants pour laquelle les familles se déchirent et, de leur côté, plusieurs sectes se sont lancées dans des démarches judiciaires répétées pour défendre leur réputation et leurs méthodes. En France, certains parlementaires sensibles à la lutte contre les sectes ont rédigé un premier rapport officiel en 1983 (rapport Vivien), suivi treize ans plus tard d'un second (rapport Gest-Guyard, 1996) qui, sans préconiser l'adoption d'une législation spécifique aux sectes, recommande une utilisation renforcée de l'arsenal juridique existant pour contrôler les atteintes au droit des personnes ou au droit fiscal émanant de groupes qualifiés de sectes. Ces préoccupations se retrouvent dans de nombreux pays d’Europe et ont gagné les organisations internationales. La France a finalement adopté le 12 juin 2001 une loi tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires.

Sur le fond, la polémique affirme délaisser les contenus de croyance pour s’en prendre seulement aux structures sociales et aux conditionnements psychologiques pratiqués dans les sectes. La lutte contre les sectes quitte le terrain de la théologie pour celui de la psychiatrie ou de la psychopathologie. Du coup, le caractère religieux n'est plus nécessairement présent dans la définition de la secte : ainsi, la littérature des mouvements antisectes parle indifféremment de sectes religieuses, politiques, commerciales (les sociétés de vente pyramidale) ou psychothérapeutiques.

Les accusations contre les sectes ne renvoient plus guère à une menace qu'elles feraient peser sur la société globale et sa cohésion ; aujourd'hui, le discours social contre la secte l'identifie avant tout comme un danger pour l'individu, une structure susceptible d'attenter au libre-arbitre, voire de réaliser une destruction de la personnalité du fait de la « déstabilisation psychologique[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : enseignant à l'université de Paris XII-Créteil-Val-de-Marne, membre du Groupe de sociologie des religions et de la laïcité
  • : docteur ès lettres et sciences humaines, maître de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer cet article

Louis HOURMANT et Jean SÉGUY. SECTES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Ron Hubbard - crédits : Chris Ware/ Hulton Archive/ Getty Images

Ron Hubbard

Autres références

  • ÂGE DE LA TERRE

    • Écrit par Pascal RICHET
    • 5 143 mots
    • 5 médias
    Ce fut au milieu du iie siècle que la question du type de création prit une grande importance dans le cadre de polémiques avec les sectes gnostiques. Celles-ci avaient en effet soulevé un sérieux problème théologique : si toute chose avait une origine divine, comment le Dieu bon des Écritures...
  • CATHOLICISME - Les nouveaux mouvements ecclésiaux

    • Écrit par Salvatore ABBRUZZESE
    • 2 474 mots
    La « communauté des disciples » devient un premier trait essentiel à cette forme de lien. Sur ce point, on peut parler, en référence à Ernst Troeltsch et au mode idéal-typique qu'il propose, d'une présence de traits sectaires dans la mesure où l'appartenance à ces mouvements est souvent subordonnée à...
  • CHRÉTIENNE SCIENCE

    • Écrit par Jean SÉGUY
    • 1 048 mots
    • 2 médias
    La Science chrétienne attire principalement des personnes des classes moyennes et supérieures sujettes à des maladies dites « de civilisation ». Mais cette fonction intégratrice ne rend pas compte des significations variées du mouvement à son origine. D'une part, il participe, au départ, du ...
  • ÉGLISE ET SECTE, notion d'

    • Écrit par Louis HOURMANT
    • 1 352 mots
    ...et Max Weber, met l'accent sur le caractère exclusif (secte) ou au contraire inclusif (Église) des groupes religieux. Dans une telle perspective, la secte est une association volontaire de croyants unis par l'intensité de leurs aspirations et résolus à maintenir un haut degré de vie religieuse au...
  • Afficher les 17 références

Voir aussi