Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SECTES

Les sectes comme phénomène social

Dans le monde anglo-saxon, la recherche sur les sectes et les nouveaux mouvements religieux a donné lieu à une multitude de travaux, de nature psychologique ou sociologique en particulier. En France, les données établies restent beaucoup plus lacunaires en comparaison. Toutefois, plusieurs résultats apparaissent aujourd'hui étayés quand bien même l'interprétation générale à conférer au phénomène de la multiplication des sectes reste matière à large débat.

Au cours des années 1970, il était fréquent d'assimiler les sectes à des mouvements de jeunes, au point que, dans certains pays, on les qualifiait de « religions de jeunes ». On avait alors l'idée que les sectes, en particulier celles qui proposaient un mode de vie communautaire, étaient uniquement composées de jeunes à peine sortis de l'adolescence et supposés aussi idéalistes que malléables. La secte communautaire apparaissait à certains égards comme un sas de transition vers la vie adulte au sein d'une grande famille de substitution. Aujourd'hui, on estime que l'âge moyen d'entrée dans un groupe religieux minoritaire est nettement plus élevé (34-35 ans) et que nombre de membres s'avèrent d'âge tout à fait mûr. Ce fait résulte autant d'une meilleure connaissance du terrain que de l'évolution interne des groupes dans une conjoncture historique nouvelle.

Il en va de même en ce qui concerne le recrutement social, qui semble beaucoup plus diversifié qu'on ne l'imaginait précédemment. L'opinion ancienne, selon laquelle les personnes susceptibles d'être recrutées par les sectes étaient des marginaux ou des personnes en fragilité sociale s'est révélée très abusive : de fait, nombre d'adeptes de sectes (y compris celles qui ont sombré dans une folie meurtrière comme l'Ordre du temple solaire) sont des individus socialement favorisés et dotés d'une parfaite respectabilité sociale. Face à ce fait, il n'est plus possible de rapporter mécaniquement l'adhésion à une religion de type sectaire à un phénomène de protestation sociale : certes, aux époques où le refus de la société ne pouvait s'exprimer que sous une forme religieuse, l'émergence des sectes pouvait fréquemment être analysée en termes de protestation contre l'ordre social établi de couches socialement ou culturellement défavorisées. Même si l'on introduit l'idée que, plus que la privation brute elle-même, c'est la possibilité de comparer sa situation à celle d'autrui qui engendre frustration sociale et – éventuellement – protestation religieuse, il faut tenir compte de tous les cas, nombreux, où les mouvements sectaires ont été plutôt le fait de nantis ou de gens dotés d'un capital culturel élevé qui les prédisposait théoriquement à assumer des situations enviables dans la société.

À côté de l'interprétation en termes de protestation sociale, il est un schéma courant qui explique la multiplication des sectes par une recherche nouvelle de sens, par un renouveau du besoin religieux qui serait également perceptible dans les mouvements de renouveau internes aux Églises. Une telle explication fait peu de cas de la diversité des aspirations rencontrées dans les mouvements : peut-on penser, par exemple, que l'émergence d'une secte apocalyptique puisse être analysée de la même façon que le développement des self-religions qui mettent en avant l'exploration de la conscience ? L'émiettement du croire qui accompagne le développement des nouveaux mouvements religieux peut suggérer la thèse, non d'un retour du religieux dans la société contemporaine, mais d'un nouveau déclin de sa pertinence sociale du fait de son incapacité à dépasser le seuil des micro-univers de croyances.

Il est également[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : enseignant à l'université de Paris XII-Créteil-Val-de-Marne, membre du Groupe de sociologie des religions et de la laïcité
  • : docteur ès lettres et sciences humaines, maître de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer cet article

Louis HOURMANT et Jean SÉGUY. SECTES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Ron Hubbard - crédits : Chris Ware/ Hulton Archive/ Getty Images

Ron Hubbard

Autres références

  • ÂGE DE LA TERRE

    • Écrit par Pascal RICHET
    • 5 143 mots
    • 5 médias
    Ce fut au milieu du iie siècle que la question du type de création prit une grande importance dans le cadre de polémiques avec les sectes gnostiques. Celles-ci avaient en effet soulevé un sérieux problème théologique : si toute chose avait une origine divine, comment le Dieu bon des Écritures...
  • CATHOLICISME - Les nouveaux mouvements ecclésiaux

    • Écrit par Salvatore ABBRUZZESE
    • 2 474 mots
    La « communauté des disciples » devient un premier trait essentiel à cette forme de lien. Sur ce point, on peut parler, en référence à Ernst Troeltsch et au mode idéal-typique qu'il propose, d'une présence de traits sectaires dans la mesure où l'appartenance à ces mouvements est souvent subordonnée à...
  • CHRÉTIENNE SCIENCE

    • Écrit par Jean SÉGUY
    • 1 048 mots
    • 2 médias
    La Science chrétienne attire principalement des personnes des classes moyennes et supérieures sujettes à des maladies dites « de civilisation ». Mais cette fonction intégratrice ne rend pas compte des significations variées du mouvement à son origine. D'une part, il participe, au départ, du ...
  • ÉGLISE ET SECTE, notion d'

    • Écrit par Louis HOURMANT
    • 1 352 mots
    ...et Max Weber, met l'accent sur le caractère exclusif (secte) ou au contraire inclusif (Église) des groupes religieux. Dans une telle perspective, la secte est une association volontaire de croyants unis par l'intensité de leurs aspirations et résolus à maintenir un haut degré de vie religieuse au...
  • Afficher les 17 références

Voir aussi