RÉVOLUTION ANGLAISE SECONDE, dite GLORIEUSE RÉVOLUTION (1688)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le débarquement de Guillaume d'Orange à Torbay, le 5 novembre 1688, donne le signal d'une révolution aussi remarquable par sa brièveté que par sa portée : le 22 décembre, le roi Jacques II s'enfuit en France, où Louis XIV lui ménage une généreuse hospitalité au château de Saint-Germain. Réuni à partir du 22 janvier 1689, un Parlement Convention règle en moins de cinq mois les principaux problèmes constitutionnels et religieux. Malgré le soulèvement de l'Irlande, qui exige une campagne militaire de plus d'un an, une victoire écrasante sur les rives de la Boyne le 1er juillet 1690 et un traité spécial signé à Limerick en 1691 seulement, la révolution proprement dite a duré moins de sept mois.

Par ses origines, elle rappelle la Grande Rébellion (première révolution anglaise). Comme son père, Charles Ier, Jacques II a cherché à développer son autorité royale, à limiter les interventions du Parlement, à se doter d'une armée permanente de près de 30 000 hommes, à organiser des finances indépendantes de toute sanction extérieure (grâce aux douanes et à l'excise) ; il a prétendu limiter l'autonomie des commissaires locaux et, en particulier, celle des juges de paix ; la crainte d'une évolution absolutiste du régime a contribué fortement à lui susciter des adversaires. Plus que le Stuart exécuté en 1649, Jacques II a justifié le soupçon d'être un suppôt du « papisme » et de favoriser le retour de l'Angleterre dans le giron romain : lui-même catholique avoué, il a favorisé ses coreligionnaires par l'octroi de dispenses individuelles du Test, leur permettant ainsi d'entrer dans l'administration et surtout dans l'armée ; bien plus, le 4 avril 1687, puis le 27 avril 1688, il a promulgué une « déclaration d'indulgence » portant dispense générale, au profit des dissidents protestants comme des catholiques romains, de toutes les mesures discriminatoires existantes et a prétendu imposer la lecture de cette déclaration dans toutes les églises anglicanes. Il a provoqué ainsi la révolte de l'épiscopat — [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  RÉVOLUTION ANGLAISE SECONDE, dite GLORIEUSE RÉVOLUTION (1688)  » est également traité dans :

JACQUES II (1633-1701) roi d'Angleterre (1685-1688) et roi d'Écosse sous le nom de JACQUES VII (1685-1688)

  • Écrit par 
  • John P. KENYON
  • , Universalis
  •  • 987 mots

Roi d'Angleterre (1685-1688) et roi d'Écosse sous le nom de Jacques VII (1685-1688), né le 14 octobre 1633 à Londres, mort le 16 septembre 1701 à Saint-Germain-en-Laye. Fils de Charles I er (1600-1649) et d'Henriette Marie de France (1609-1649, fille d'Henri IV et de Marie de Médicis), Jacques Stuart est fait duc d'York en janvier 1644. Pendant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-ii-1633-1701-roi-d-angleterre-1685-1688-et-roi-d-ecosse-sous-le-nom-de-jacques-vii-1685-1688/#i_14267

RÉVOLUTIONS ANGLAISES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 486 mots

1629 Charles I er , roi depuis 1625, dissout son troisième Parlement et inaugure une période de gouvernement personnel. Signature de la paix avec la France et, l'année suivante, avec l'Espagne. 1637 Tentative d'introduction du Common Prayer Book anglican à Édimbourg. Les troubles religieux évoluent quelques mois plus tard en rébellion politique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolutions-anglaises-reperes-chronologiques/#i_14267

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « La Glorieuse Révolution »  : […] La « Glorieuse Révolution » naît d'une conspiration d'aristocrates et d'évêques, de leur appel à un prince étranger, Guillaume d'Orange, gendre de Jacques, qui débarque ses troupes à Torbay, dans le Devon, le 7 novembre 1688, et de la prompte désertion de la plupart des soutiens escomptés du roi. Celui-ci, arrêté, s'enfuit en France, laissant le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_14267

WHIGS

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 461 mots

Nom donné, à partir des années 1679-1680, à la fraction libérale de la classe politique anglaise. Celle-ci fut baptisée par ses adversaires du nom de révoltés écossais du début de la Restauration ; une nuance péjorative de banditisme et de violence y est attachée. Soupçonnés de nourrir les plus noirs desseins contre la personne royale au temps du c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/whigs/#i_14267

Pour citer l’article

Roland MARX, « RÉVOLUTION ANGLAISE SECONDE, dite GLORIEUSE RÉVOLUTION (1688) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/seconde-revolution-anglaise/