ÉDIMBOURG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deuxième ville d'Écosse (463 500 hab. en 2006) après Glasgow, Édimbourg est située sur la rive méridionale de l'estuaire du Forth. Du gaélique Dun eideann (colline fortifiée d'Eidin), le nom d'Édimbourg (Edinburgh), contrairement à la tradition, est sans rapport avec Edwin de Northumbrie. La colline du château est fortifiée depuis le vie siècle, mais l'histoire de la ville n'est connue qu'à partir du règne de Malcolm III Canmore (1058-1093) qui y établit une de ses résidences. Sous David Ier (1124-1153), le bourg s'étend sur les pentes de la colline ; ce roi fonde, à environ 1,5 km à l'est, l'abbaye de Holyrood autour de laquelle se forme le village de Canongate. À la fin du xiie siècle, Édimbourg est une des quatre villes privilégiées d'Écosse. Lors des guerres de l'Indépendance, le château est pris et repris, l'exploit des hommes de Randolph Moray escaladant la façade sud est resté célèbre. Malgré des dévastations, la ville se développe et compte environ 15 000 habitants à la fin du xive siècle. Holyrood est une des résidences royales, mais Édimbourg ne remplace Perth comme capitale que sous Jacques II (1437-1460) qui entoure la cité de murailles. Sous Jacques IV, qui y fixe le siège de la juridiction supérieure de l'Écosse (Session General) et y favorise l'imprimerie, la fonction de capitale se développe. Le xvie siècle est une période troublée pour la ville qui est dévastée par les Anglais en 1544 et en 1547, occupée par les Français (1548-1560) appelés par la régente Marie de Guise alors que la Réforme progresse. La victoire des réformés se manifeste à Édimbourg par la réunion de la première Assemblée générale de l'Église écossaise (1560), mais les questions religieuses secouent encore la ville sous le règne de Marie Stuart et pendant la minorité de Jacques VI. Ce roi fonde en 1582 l'université d'Édimbourg. La réunion des couronnes et le départ de la cour portent un coup à la prospérité de la ville (1603) qui manifeste, à plusieurs reprises, son opposition à l'Angleterre. Elle refuse l'anglicanisme sous Charles Ier, l'émeute éclate quand il veut imposer le livre de prière de Laud, et le National Covenant y est signé en 1638, restaurant le gouvernement de l'Église presbytérienne. En 1650, Cromwell assiège et prend Édimbourg ; celle-ci compte environ 20 000 habitants en 1670. L'union des Parlements (1707) qui supprime le Parlement écossais d'Édimbourg, l'occupation de la ville par le prétendant Charles-Édouard Stuart (1745) n'empêchent pas sa croissance qui s'accentue dans la seconde moitié du xviiie siècle. Édimbourg bénéficie du développement économique de l'Écosse ; le canal de la Clyde au Forth est terminé en 1790. La ville change d'aspect ; au nord du château se développe la ville nouvelle (New Town), entre Princes Street et Queen Street, sur un plan régulier. Sa population s'élève à 83 000 habitants en 1801. Son rayonnement intellectuel est grand même si la fuite des talents écossais vers l'Angleterre est importante, ainsi David Hume et Adam Smith n'y passent qu'une assez faible partie de leur vie active. De grands poètes y résident (Ramsay, Ferguson, Burns) et l'activité scientifique y est particulièrement développée (médecine, géologie avec J. Hutton). L'essor de la ville continue au xixe siècle, grâce à la construction des chemins de fer, et sa population double entre 1801 et 1856, mais, dès le début du xxe siècle, Édimbourg cesse d'être la première ville d'Écosse, dépassée par Glasgow, plus industrielle. L'industrie ne s'y est développée que faiblement et tardivement, et il s'agit surtout d'industries légères : papeterie, édition (deuxième centre d'édition britannique après Londres), brasserie, vieillissement du whisky, confiserie et surtout, en accroissement depuis le début des années 1980, électronique.

Royaume-Uni : carte administrative

Carte : Royaume-Uni : carte administrative

Carte administrative du Royaume-Uni. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Château d'Édimbourg

Photographie : Château d'Édimbourg

Le château d'Édimbourg sur sa colline fortifiée, Écosse. 

Crédits : Marcus Brooke/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Édimbourg

Photographie : Édimbourg

Princes Street, à Édimbourg, capitale de l'Écosse. 

Crédits : Michael McQueen/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Édimbourg est essentiellement une ville d'activités tertiaires ; elle est le siège de deux grandes banques, de compagnies d'assurances. Elle possède deux universités et abrite chaque année un festival de renom international.

Édimbourg se compose de trois parties très distinctes : au sud, le château juché sur le piton volcanique de Castle Rock ; au centre, au-delà de la prestigieuse artère de Princes Street, la « ville nouvelle » du xviiie siècle aux bâtiments uniformes construits selon un plan en damier ; au nord, le port de Leith rattaché à Édimbourg en 1920. La ville, construit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Royaume-Uni : carte administrative

Royaume-Uni : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Château d'Édimbourg

Château d'Édimbourg
Crédits : Marcus Brooke/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Édimbourg

Édimbourg
Crédits : Michael McQueen/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, assistant à l'université de Paris-I
  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  ÉDIMBOURG  » est également traité dans :

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 247 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le festival d'Édimbourg »  : […] Comme son frère avignonnais ce festival est né en 1947. Mais là s'arrête leur similitude originelle. Car si dans la cité des Papes la semaine d'Art affichait des ambitions culturelles, dans la capitale écossaise le premier objectif était de créer une manifestation suffisamment ludique pour dissiper les affres de la Seconde Guerre mondiale. Il s'agissait également de profiter de l'événement pour m […] Lire la suite

LOWLANDS

  • Écrit par 
  • Claude MOINDROT
  •  • 435 mots

Profonde dépression structurale de l'Écosse centrale, orientée du nord-est au sud-est et limitée au nord et au sud par deux grandes failles à regard interne. L'érosion a creusé les roches les plus tendres du fossé (grès, houille), mettant en relief de petits massifs volcaniques — comme les Sidlaw, les Ochil, les Campsie (500 m) — qui fragmentent la plaine. De longs estuaires, la Clyde à l'ouest, l […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Frédéric RICHARD
  •  • 15 006 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Un secteur des services aussi dominant qu'hétérogène »  : […] La tentation de considérer le Royaume-Uni comme une économie post-industrielle vient autant de sa désindustrialisation massive que du développement d'une catégorie très singulière de services supérieurs intimement liés à la mondialisation de l'économie. De fait, avec 77 p. 100 du P.I.B. en 2010, les services occupent une place majeure dans la production nationale. En termes d'emploi, la tendance […] Lire la suite

Les derniers événements

15 mai 2018 Royaume-Uni. Rejet par le Parlement écossais d'une loi organisant le Brexit.

Le Parlement d’Édimbourg refuse son « consentement » au projet de loi britannique qui organise la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne en prévoyant la fin de la suprématie du droit européen sur le droit national, ainsi que la transposition des réglementations européennes. L’Écosse souhaite récupérer les compétences européennes en matière de pêche et d’agriculture notamment, que le projet de loi attribue à Londres. […] Lire la suite

1er-31 mars 2017 Royaume-Uni – Union européenne. Mise en œuvre du « Brexit ».

Le 28, le Parlement d’Édimbourg dominé par les indépendantistes autorise la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon à demander à Londres l’organisation d’un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Écosse entre fin 2018 et début 2019. Le vote majoritaire des Écossais contre le Brexit lors du référendum de juin 2016 modifie, selon Nicola Sturgeon, la nature des relations entre Édimbourg et Londres. […] Lire la suite

16-30 juin 2016 Royaume-Uni – Union européenne. Référendum britannique en faveur de la sortie de l'UE.

En Irlande du Nord, le Sinn Fein demande l’organisation d’un référendum sur l’unification des deux Irlande, tandis que le Parti national écossais, au pouvoir à Édimbourg, évoque l’organisation d’un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Écosse, justifiée par la volonté exprimée par les Écossais de rester dans l’UE. Dans une déclaration commune, les présidents des institutions européennes – Commission, Conseil et Parlement, ainsi que la présidence tournante – demandent « que le gouvernement du Royaume-Uni rende effective cette décision du peuple britannique dès que possible », car « tout retard prolongerait inutilement l’incertitude ». […] Lire la suite

6-13 mai 1999 Royaume-Uni. Élection des Parlements autonomes d'Écosse et du pays de Galles

Celle-ci octroie une large autonomie administrative à Édimbourg et à Cardiff. Le Parti travailliste remporte 56 sièges sur 129 au Parlement d'Édimbourg tandis que le Parti national écossais d'Alex Salmond (indépendantiste) en obtient 35. La formation du Premier ministre Tony Blair conclura une alliance avec le Parti libéral-démocrate (centriste) pour disposer d'une majorité parlementaire. […] Lire la suite

21-22 juin 1993 C.E.E. Conseil européen de Copenhague

Afin de favoriser la reprise de l'activité, les Douze décident, pour le court terme, d'augmenter de 5 à 8 milliards d'écus (1 écu = 6,5 F) la dotation de l'« initiative de croissance » adoptée par le Conseil européen d'Édimbourg en décembre 1992. Ils prévoient aussi de débloquer dès juillet le programme de fonds structurels d'un montant de 160 milliards d'écus destiné à favoriser la mise à niveau des économies de la Grèce, de l'Espagne, du Portugal et de l'Irlande, qui devait débuter en 1994. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul BENOÎT, Claude MOINDROT, « ÉDIMBOURG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edimbourg/