ABDESSEMED ADEL (1971- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre photographique qui a servi de manifeste à l'exposition du Centre Georges-Pompidou à Paris, du 3 octobre 2012 au 7 janvier 2013, montre l'artiste debout devant la porte de son atelier parisien. Adel Abdessemed, l'œil à demi fermé, croise les bras devant sa poitrine et s'offre au feu qui, depuis le sol, s'est propagé sur tout son corps, jusqu'au visage effleuré par une flamme en forme de vague. Cette image est emblématique d'une œuvre qui interpelle le spectateur sans détours. Il n'y a pas de trucage, l'artiste brûle, mais il parvient à garder sa position frontale, dominant la peur. Le titre de la photographie et de l'exposition-manifeste, Adel Abdessemed Je suis innocent (2012), est formulé à la première personne.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification


Autres références

«  ABDESSEMED ADEL (1971- )  » est également traité dans :

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La statuaire retrouvée »  : […] À l’opposé de cette échelle colossale, la représentation en ronde-bosse du corps, dans un esprit très figuratif, suscite à nouveau l’intérêt du public et peut créer le scandale par la crudité de son langage. La Nona Ora ou Le Pape terrassé par un météorite (1999) a ainsi pu choquer, tout comme la représentat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-contemporaine/#i_54854

Voir aussi

Pour citer l’article

Giovanni CARERI, « ABDESSEMED ADEL (1971- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adel-abdessemed/