DIBBETS JAN (1941- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'artiste Jan Dibbets, né en 1941 à Weert, aux Pays-Bas, appartient à la génération des peintres-photographes qui, à la fin des années 1960, estiment que la peinture dans laquelle ils se sont engagés conduit à une impasse. Ils se tournent alors vers la photographie, medium qui répond mieux aux exigences de la sensibilité contemporaine. Moyen, mais non fin en soi, la photographie apparaît comme l'instrument idéal pour élargir le champ d'investigation de l'art. Jan Dibbets s'inscrit dans la lignée de la tradition hollandaise, celle d'un Vermeer, d'un Saenredam, ou d'un Mondrian : le paysage, le travail sur le motif, la représentation à travers la perspective, le cadrage, la notion de point de vue, tels vont être les grands axes de sa démarche.

Les Corrections de perspective (1967-1968) sont les premiers travaux connus de Jan Dibbets. Des figures géométriques (trapèzes, carrés, rectangles) sont tracées au sol (herbe ou plancher) et sont photographiées de manière à être vues en plan et non en perspective : Perspective Correction Rectangle with 1 Diagonal (1967). Viennent ensuite les travaux séquentiels : juxtaposition de plans photographiques successifs. Ainsi la série des Panoramas : des paysages, surtout des bords de mer, sont photographiés avec un appareil qui à chaque fois pivote de quelques degrés sur un axe fixe. Les photographies (noir et blanc ou en couleurs) sont ensuite assemblées côte à côte, selon une droite ou une courbe, avec le dessin des angles de visée. Dibbets les appelle ironiquement les Dutch Mountains, en raison de l'effet vallonné et sinueux obtenu : Panorama Dutch Mountain/Sea, II, A (1971) ou Comet Horizon 60-720 (1973).

À partir de 1974, le travail de Dibbets perd son caractère analytique et conceptuel pour devenir plus sensible et plus plastique. Prendre plaisir à voir et à montrer importe plus que démontrer. C'est la série des Structure Pieces, dont font partie les études sur les reflets aquatiques, hommage aux Nymphéas de Monet : Monet' Dream Study (1975). Exemplaires apparaissent aussi les Colour Studies de 1976, études de reflets et de couleurs sur des carrosseries d'automobiles. Les Structure Panoramas de 1977 reprennent le principe des premiers panoramas, les dallages et pavés remplaçant les rivages, et annoncent les œuvres où Dibbets mélange photo et peinture et dont un exemple achevé est la suite Saenredam-Sénanque 1980-1981 (présentée en 1982 à l'abbaye de Sénanque). Des photographies d'éléments architecturaux de l'abbaye (colonnes, arcs, chapiteaux, etc.) sont présentées en vue circulaire de 360 degrés et sur un fond de peinture de la même tonalité que celle des photographies. Il n'y a plus de points de repère, les lignes de construction disparaissent dans la matière picturale, seule subsiste une représentation tourbillonnante où les points de fuite se multiplient à l'infini. La pseudo-objectivité de la vision photographique est bannie au profit d'une construction sensuelle et lyrique.

Dibbets, qui expose régulièrement en France (galerie Lelong, Paris, en 1989, et en 1991 au palais de Tōkyō), reçoit deux importantes commandes publiques. La première, L'Hommage à Arago, commande conjointe de l'État et de la Ville de Paris (1994), est un parcours à travers Paris ; du nord au sud de la ville, 135 médaillons en bronze fixés au sol le long du méridien étudié au début du xixe siècle par François Arago. « Un monument imaginaire réalisé sur le tracé d'une ligne imaginaire », ainsi Dibbets définit-il l'Hommage. Ce projet intègre des notions constamment présentes dans l'œuvre de l'artiste : l'organisation de l'espace, la modification du paysage qui ne sont pas sans analogie avec certains aspects du land art, le rapport subtil entre connaissance et perception.

Jan Dibbets est également chargé de créer trente et une verrières pour la cathédrale Saint-Louis de Blois, le maître verrier Jean Mauret assurant la réalisation des vitraux (2000).

L’œuvre de Jean Dibbets a fait l’objet de nombreuses expositions, notamment au Stedelijk Museum d’Amsterdam (1972), au musée Guggenheim de New York (1986), au Miami Art Museum (2007) ou au musée d’Art moderne de la Ville de Paris (2010).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : conservateur à l'A.R.C., musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Classification

Autres références

«  DIBBETS JAN (1941- )  » est également traité dans :

FRANCE (Arts et culture) - L'art public

  • Écrit par 
  • Caroline CROS, 
  • Universalis
  •  • 3 246 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle impulsion politique »  : […] Mais l'arrivée en 1981 de Jack Lang au ministère de la Culture, pendant la présidence de François Mitterrand, marque un véritable tournant dans l'histoire de la commande publique. Le ministre comprend très vite l'intérêt d'une procédure comme la commande publique qu'il va renforcer en affectant un fonds budgétaire important à la Délégation aux arts plastiques. Claude Mollard, en charge de l'organi […] Lire la suite

LAND ART

  • Écrit par 
  • Gilles A. TIBERGHIEN
  •  • 3 685 mots

Dans le chapitre « Land art »  : […] Travailler dans un environnement naturel ne signifie pas ipso facto faire du land art, comme on a trop souvent tendance à le croire aujourd'hui. Le land art est un mouvement historique né à la fin des années 1960 qui hérite souvent d'une esthétique minimaliste et qui, lié à une certaine compréhension du site, est caractérisé par l'utilisation de matériaux naturels, la terre et ses dérivés. Parmi c […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 799 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Au-delà des étiquettes »  : […] Mais la grande découverte des années 1970 est que toute photo est surréaliste. Susan Sontag l'a bien montré. La photographie de famille ordinaire, dans sa spontanéité naïve, mais aussi avec ses conventions étroites, non seulement rejoint le « banalisme » d'un Robert Frank, mais dépasse en bizarrerie les recherches les plus élaborées. Ken Graves et Mitchell Paynes en font un choix extraordinaire da […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Réinventer la monumentalité »  : […] House s’inscrit dans la vogue nouvelle des années 1990- 2000, la commande d’œuvres qu’on a souvent regroupées sous l’appellation d’antimonuments ou de contre-monuments. « Comment faire un monument à la fin du xx e  siècle ? », telle était la question de départ que se posait l’artiste néerlandais Jan Dibbets lors de son projet d’ Hommage à Arago (1989-1994), à Paris, qui consistait en cent vingt- […] Lire la suite

Pour citer l’article

Béatrice PARENT, « DIBBETS JAN (1941- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-dibbets/